Taubira, les moines de Tibhirine, le logement social… et l’Algérie !

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Christiane Taubira et Abdelaziz Bouteflika : Rencontre entre colonisés. DR.

Christiane Taubira et Abdelaziz Bouteflika : Rencontre entre colonisés. DR.

Fin décembre, la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, a visité l’Algérie où elle s’est permis d’ouvrir à nouveau la plaie de la décennie rouge et noire en évoquant l’affaire des moines de Tibhirine que l’on continue à utiliser comme du foin pour nourrir les ânes en Algérie et ailleurs. Le but de cette énième exhumation du dossier des moines était de faire pression sur une Algérie exsangue du fait des agissements d’une caste de bougnoules colonisés qui s’assument comme tels en étant aux ordres de la France. Mes informations confirment cependant que l’initiative de cette nouvelle offensive de la thèse « qui-tue-quiste » provient des cercles algérois, notamment du clan présidentiel mené par Saïd Bouteflika, qui ont rouvert cette boîte de Pandore pour contrer leurs adversaires, à savoir le clan des fidèles du général Toufik, lequel garde sa capacité de frappe et dont les sorties et les déclarations mettent à mal la bande des mafieux menée par le frère du président. La première salve de Toufik a été sa lettre publiée début décembre et dont j’ai exposé le sens dans un précédent article avec la mission du général Hassan en Libye et surtout son abandon par l’état-major derrière les lignes de Daech, alors que l’opération de récupération d’armes dont était chargé le général Hassan était d’une extrême sensibilité. Abandonné derrière les lignes des terroristes, Hassan avait trouvé refuge dans la tribu de Kadhafi jusqu’à ce qu’il fasse un forcing pour revenir en territoire algérien. Cette opération très périlleuse dépassait de loin l’Algérie et les visions archaïques des pouilleux qui entourent la momie et son frère Saïd qui dirige actuellement l’Algérie. Mon interprétation est confirmée par les propos que m’a tenus mon ami le professeur Mouagal au cours de l’une de nos conversations. En effet, lors d’une visite à l’OTAN à Bruxelles avec une délégation du MAE, du MDN et de la Sonatrach, Mohamed Lakhdar Mouagal avait exposé le problème de la prolifération incontrôlée et incontrôlable de missiles sophistiqués en Libye issus de l’armement de guerre libyen acheté aux États européens membres de l’OTAN. Le professeur avait suggéré aux responsables de l’OTAN, avec un peu de provocation, d’après lui, de donner à l’armée algérienne les codes balistiques des missiles vendus à Kadhafi pour qu’elle protège l’Algérie et le Sahel, rappelant le précédent qui s’était déroulé lors de la guerre des Malouines lorsque la France avait livré les codes balistiques des missiles Exocet qu’elle avait vendus à l’Argentine entrée en guerre avec la Grande Bretagne au sujet des îles Faukland colonisées par l’Empire britannique. Depuis l’élimination de Kadhafi, le Sasel (Sahara et Sahel) est dans une situation de grave danger avec la circulation de missiles et l’Algérie pourrait devenir une cible privilégiée des groupes terroristes. Les États de ces marchands d’armes font tout aujourd’hui pour racheter et récupérer les missiles vendus à Kadhafi et qui sont passés dans les mains des terroristes. Ainsi que je l’ai souligné dans l’un de mes articles, l’inquiétude des pays revendeurs d’armements et de leurs services secrets parait être le problème central de l’affaire du général Hassan chargé de traquer les convoyeurs-revendeurs de missiles à travers le Sasel.

La peur pousse le clan des mafieux à instrumentaliser le régime français, complice dans toutes les affaires, y compris celle du retour de la thèse du « qui-tue-qui » concernant la mort des moines de Tibhirine afin de fragiliser l’armée, et la garde des Sceaux française Taubira s’est prêtée bien volontiers à ce jeu trouble. Pourtant, le monde a-t-il intérêt à voir une Algérie avec une armée fragilisée et des services de renseignement affaiblis quand la Libye est envahie par des groupes terroristes armés de missiles balistiques ? Taubira semble ne pas s’en soucier, elle qui n’est pas à une contrevérité près, puisqu’elle a été désavouée par son propre gouvernement suite à sa déclaration sur l’abandon de la déchéance de nationalité française des djihadistes binationaux, François Hollande, dit Flamby, affirmant le contraire quelques heures plus tard. Cela n’empêche nullement Christiane Taubira de persister à prêcher sa propre vision avec la véhémence dont elle est coutumière, à l’exact opposé de la décision du gouvernement dont elle fait partie. Taubira, spécialiste du marathon verbal, emportée par sa logorrhée, n’en finit pas de faire parler d’elle, quitte à jouer les électrons libres et à s’opposer à la politique de sa propre équipe gouvernementale. Cela montre la déliquescence du pouvoir français représenté par François Hollande qui permet à sa ministre de la Justice de contrer les décisions de son gouvernement. Et on va encore nous rabattre les oreilles avec l’excellence française… S’il n’y avait que cela ! On apprend, ahuris, que Christiane Taubira, chargée d’un ministère régalien, est locataire d’un logement social dans le XVIIe arrondissement parisien, jouissant d’un appartement de 100 m2 à loyer réduit ! Mais malgré la révélation de cette affaire d’accaparement d’un logement social par un ministre en fonction et bien que discréditée politiquement, Christine Taubira continue à pérorer alors qu’elle devrait démissionner immédiatement si elle avait une once de dignité. Les Français devraient s’inquiéter pour les Sceaux, puisque l’on vient d’apprendre que celle qui en a la garde n’a aucun scrupule à piquer dans la caisse. La rencontre de Taubira avec la momie IV et son frère Saïd s’inscrit dans le cadre d’une rencontre entre bougnoules qui s’arrangent comme larrons en foire pour faire des affaires sur le dos de leurs peuples respectifs. La ministre française a sans doute oublié les coups de fouet sur le dos de ses ancêtres, oublié qu’elle provient des territoires d’Outremer colonisés par la France, oublié la négritude décrite par Aymé Césaire, et je l’engage vivement à lire Franz Fanon pour qu’elle comprenne son statut de colonisée et de bougnoule de service. Ambition, hypocrisie, quand tu nous tiens ! Christiane Taubira a perdu une occasion de se taire, mais connaissant son incontinence verbale pathologique, le silence semble être pour elle une mission impossible. Tout au moins devrait-elle démissionner, parce qu’elle n’a aucun avenir. Que n’a-t-elle déployé autant de zèle pour faire libérer Georges Ibrahim Abdallah qui croupit dans une prison française depuis plus de trente ans, alors qu’il est libérable depuis 1999. Mais bien entendu, quand l’Oncle Sam via un mail d’Hillary Clinton daté du 10 janvier 2013 à Fabius – mail aujourd’hui déclassifié – ordonne de garder Georges Abdallah en prison, la France « souveraine » se met au garde-à-vous et obtempère !

Dans cette histoire glauque du « qui-tue-qui », Taubira a manœuvré et mal géré une affaire franco-française à la demande des bougnoules colonisés de l’intérieur du pays qui n’ont de cesse de contrer et de porter les coups les plus bas à l’armée et aux services de renseignement, et tout spécialement au clan de Toufik. Saïd et son frère ne reculeront devant rien pour se maintenir au pouvoir, aidés par la cohorte de larbins corrompus qui les entourent, quitte à chuchoter dans l’oreille de Taubira pour qu’elle ressorte l’affaire des moines, alors que les Français n’ont rien demandé, étant trop occupés à essayer de s’extraire de leur propre piège terroriste avec les attentats qui les ont foudroyés en plein cœur de Paris, empêtrés avec un président faible, impopulaire et méprisé, un gouvernement en perte de vitesse et une extrême-droite qui revient en force. Malgré tout, chez nous, en Algérie, le régime français est un guide et un gourou pour le clan des frères Bouteflika qui a fait circuler l’information selon laquelle le démantèlement du DRS et les frappes multiples qui l’ont ciblé avec la mise en retraite ou l’incarcération de ses officiers supérieurs, sont le résultat de la gestion de la prise d’otages d’In Amenas, faisant ainsi de l’affaire Tiguentourine un Tibhirine bis. Or, on a beau suivre tous les débats internationaux, que ce soit en Grande Bretagne ou aux États-Unis, personne ne parle de l’affaire de Tigentourine, sauf les apôtres du « qui-tue-qui » en France et dans le clan présidentiel algérien. Va-t-on reprocher à nos services de n’avoir pas voulu dialoguer avec les terroristes ni payer de rançon, contrairement à ce que fait la France ? Celle-ci va-t-elle continuer à puiser des millions d’euros dans le coffre secret d’Areva pour faire libérer ses ressortissants pris en otages par les terroristes, quand l’ONU l’interdit ? La manipulation des faits à des fins politiciennes risque de coûter très cher à l’Algérie, et ce ne sont ni les services occidentaux, français, américains ou autres qui ont remis ces deux affaires sur le tapis, mais le clan présidentiel infâme lui-même qui n’hésite pas à instrumentaliser des affaires extrêmement dangereuses pour la sécurité du pays contre ses propres services de renseignement, et qui ne recule devant rien pour se perpétuer, jusqu’à frapper ses propres soldats en les incarcérant, et les exemples sont multiples : le général Benhadid, le général Hassan, le général Medjdoub dont on ne parle pas, et bien d’autres officiers, sous officiers, ainsi que des citoyens ici et là, bref toutes les voix discordantes.

Le jeu clanique qui vise l’unité de l’armée et les services de renseignement et qui intègre un facteur étranger dans ces manigances internes du pouvoir en manipulant les morts algériens dont chaque famille porte le deuil, est d’une infamie absolue. Personne n’a le droit d’utiliser notre malheur et d’ouvrir continuellement nos plaies en les empêchant de cicatriser. Il faut cesser d’agresser nos morts et d’instrumentaliser l’affaire de moines de Tibhirine qui ont choisi de mourir en Algérie, comme tout le peuple algérien ! Celui-ci connaît très bien ses bourreaux. Cela suffit d’accuser l’armée algérienne et les services de renseignement algériens ! Allez dire aux milliers de soldats algériens massacrés que c’est leur propre armée qui les a tués ! Tout le monde sait qui a tué qui ! Si vous voulez vous accrocher au pouvoir, sachez que celui-ci ne sera que fugace. Avez-vous l’intention de rivaliser avec les pharaons, les rois de Perse, les Césars de Rome ? Tous sont partis. Qu’en reste-t-il ? Au moins, eux ont laissé des traces dans l’Histoire, mais vous ? Que restera-t-il de vous ? Rien, nada, que dalle. De vous, il ne restera rien du tout, même pas une poussière, juste un héritage qui sera dilapidé par vos héritiers qui vont se chamailler pour grappiller vos villas, vos appartements, vos bijoux et votre fric dans vos comptes off shore éparpillés à travers le monde. Et ce que vous laisserez en héritage au peuple algérien, c’est le mépris qu’il vous portera jusqu’à ce que vous disparaissiez dans l’oubli total.

Madame Taubira, vous avez évoqué une affaire qui vous dépasse. Oserez-vous nous dire que les peuples de Syrie et d’Irak sont en train de se suicider et que Daech et Al Nosra n’existent pas, qu’Al Qaïda est un fantasme ? Si notre peuple a été massacré par son armée ou s’est suicidé, si le peuple syrien est victime de son armée et se détruit lui-même, on peut donc en déduire que les victimes du Bataclan et des terrasses parisiennes ont été tuées par l’armée française ou bien qu’il s’agissait d’un suicide collectif ? On a du mal à comprendre pourquoi on nous exhibe le « qui-tue-qui » quand il s’agit de nos morts, alors que vos morts à vous ont été tués par des terroristes. Ceux qui nous ont massacrés les uns et les autres sont nourris par l’idéologie de vos amis saoudiens et qataris, mais surtout saoudiens, et depuis la naissance des Frères musulmans dont la sage-femme était l’empire britannique. Vous les avez instrumentalisés lors de la guerre d’Afghanistan contre l’Union soviétique. Tant que les pays occidentaux s’ingéreront dans les affaires internes des pays souverains en voulant dicter leurs lois et en s’alliant avec des pays fascistes tels l’Arabie saoudite et le Qatar, ils ne pourront pas avancer sur le dossier du terrorisme. Pour le combattre, il faut connaître sa substance et d’abord stopper l’idéologie qui le génère. Le combat militaire ne sera que l’ultime étape. Pour cela, il faut des pays qui maîtrisent ce problème et l’Algérie est une pièce maîtresse dans ce combat avec son armée et ses services de renseignement qui ont affronté le terrorisme pendant des années. Pour preuve, en 2015, la lutte de l’armée algérienne contre le terrorisme, la contrebande, le trafic d’armes, le narcotrafic et la criminalité organisée s’est soldée par la neutralisation et l’arrestation d’un grand nombre de terroristes, par le démantèlement de plusieurs réseaux de soutien et par la destruction d’un grand nombre de casemates et d’abris servant de refuges aux groupes terroristes. 157 terroristes ont été neutralisés (élimination ou arrestation), dont 10 émirs. Parmi les armes saisies figurent 105 unités de type Kalachnikov, 21 pistolets automatiques, 237 fusils, 8 lance-roquettes, 5 lance-roquettes de fabrication traditionnelle ainsi qu’une quantité considérable de toutes sortes de munitions dont 182 bombes artisanales, 132 mines et cinq roquettes. Ces opérations impliquant les différentes unités de l’ANP et les forces de sécurité ont permis également l’arrestation d’un grand nombre de contrebandiers et la récupération d’importants lots d’armements, de munitions, de drogues, de carburants et de marchandises prohibées, la saisie de 307 pièces d’armements de guerre (pistolets mitrailleurs, fusils semi-automatiques, pistolets automatiques, fusils mitrailleurs, lance-roquettes, fusils à lunette, fusils à pompe et fusils de chasse), la découverte et la destruction de 1 279 engins explosifs (bombes de confection artisanale, grenades et roquettes). À cela s’ajoute la découverte et la destruction de 548 refuges et casemates pour groupes terroristes. Une importante quantité de munitions, paires de jumelles, téléphones portables, GPS et autres objets ont été également saisis par les forces de l’ANP. Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de lutte contre le narcotrafic, des détachements de l’ANP et les forces de sécurité ont arrêté 1514 narcotrafiquants, dont 53 de nationalités étrangères, et ont saisi une importante quantité de drogue s’élevant à 128,136 tonnes et d’importantes quantités de psychotropes ont été saisies. En outre, les différentes opérations de sécurisation des frontières et de lutte contre la contrebande et le crime organisé, menées par les détachements de l’ANP et les différentes forces de sécurité, se sont soldées par l’arrestation de 2 076 contrebandiers, dont 543 étrangers, et l’arrestation de 1977 orpailleurs, dont la plupart sont des étrangers (1274) de nationalités africaines. Ces opérations ont permis aussi la saisie de 656 armes détenues par les contrebandiers et les narcotrafiquants, en plus de 18 armes en possession des orpailleurs, de même que la saisie de plus de 1 434 tonnes de denrées alimentaires destinées à la contrebande. Durant la même période, plus de 3 880 564 litres de carburant destinés à la contrebande et 1 722 détecteurs de métaux ont été saisis, de même qu’un grand nombre de groupes électrogènes et de marteaux piqueurs. Le bilan fait aussi état de la saisie de plus de 1 000 camions et véhicules, dont 171 véhicules tout-terrain utilisés par les orpailleurs et la saisie aussi de 65 motos. Par ailleurs, les différentes opérations de lutte contre l’émigration et l’immigration clandestines ont porté sur la mise en échec par les Gardes-côtes des Forces navales de tentatives d’émigration clandestine de 1 500 personnes et l’arrestation par les détachements de l’ANP et les Gardes-frontières de 2 718 immigrants clandestins, dont la plupart de nationalités africaines. En outre, le 1er janvier 2016, à Adrar, une tentative d’introduction d’une importante quantité d’armements et de munitions fournies aux terroristes par le Qatar et dissimulée à l’intérieur d’une cache près des frontières a été contrée par l’ANP qui a saisi un lance missiles de type STRELA, une mitrailleuse 14,5 mm et une autre 12,7 mm, trois pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, deux pistolets mitrailleurs de type MAT-49, un fusil semi-automatique et trois fusils à répétition. L’opération a permis également de saisir 5 obus 82mm, 380 grenades défensives et offensives, 18 pots fumigènes, 7.774 balles de différents calibres, trois chargeurs pour munitions 7,82 mm et trois bandes à munitions 14,5 et 12,7 mm. Tels sont les résultats officiels de la lutte de l’armée et des services de renseignement algériens pour l’année 2015 contre le terrorisme, la criminalité organisée et les divers trafics.

Parlons donc du terrorisme, Madame Taubira. Voulez-vous que l’on aborde le sujet des Stay Behind et de Gladio ? C’est une histoire édifiante sur le maniement du terrorisme qui mériterait un long chapitre. Si vous désirez en savoir davantage sur l’utilisation de l’islam radical, je vous suggère la lecture du livre du journaliste Ian Johnson : Une Mosquée à Munich, les nazis, la CIA et la montée des frères musulmans en Occident. Cet ouvrage offre une analyse très lucide concernant le recrutement des musulmans soviétiques par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale, et utilisés pendant la guerre froide par la CIA afin de lutter contre le communisme. La mosquée de Munich servait de centre stratégique à ce réseau d’espions musulmans qui ont constitué la première tête de pont de l’islam radical en Europe. Je vous le recommande très vivement, cela vous dissuadera une bonne fois pour toutes de nous agiter votre « qui-tue-qui » puant sous le nez. Plus tard, pendant la décennie sanglante en Algérie, comment se fait-il que l’ambassade française à Alger entretenait des contacts avec le GIA (groupe islamique armé) ? Parlez-nous du colonel Clément de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) et expliquez-nous comment il pouvait établir des contacts avec les terroristes ? Plus récemment, comment se fait-il que votre ministre actuel des Affaires étrangères Laurent Fabius s’est permis de féliciter Al Nosra, une bande de criminels égorgeurs, pour son « bon boulot » en Syrie ? Fabius a-t-il apprécié la façon dont Al Nosra coupe les têtes des Syriens ? Dites-nous donc, vous qui semblez si sûre de vous, qui bénéficie du trafic des organes, des antiquités et du pétrole syriens et iraquiens ? Rien n’a changé dans l’attitude des Occidentaux, vous pratiquez tous la même tactique hypocrite depuis des années : Français, Américains, Britanniques. Vous avez manipulé le terrorisme, mais à présent il se retourne contre vous et vous pleurez. Madame Taubira, il faut vraiment que vous vous taisiez une bonne fois pour toutes ainsi que votre ersatz de président, votre Flamby de pacotille. Si votre homologue algérien faisait des courbettes pendant que vous répétiez comme un perroquet la thèse du « qui-tue-qui », moi, patriote algérien, je vous dis : fermez-la ! L’heure est grave et vous devrez tous un jour rendre des comptes à votre peuple et lui avouer ce que vous avez fait, pas seulement en Algérie, mais en Libye, en Syrie, etc. Je ne vais pas évoquer la longue histoire criminelle française qui remonte à des siècles, je ne vais pas parler de l’OAS qui n’est pas une vue de l’esprit. Vous avez une tradition d’accointance avec le terrorisme et vous utilisez la mort de sept moines alors que vous occultez le fait que nous mourons par centaines de milliers partout dans le monde arabo-musulman, parce que vos régimes successifs ont encouragé, entretenu, armé, couvert politiquement, l’idéologie wahhabite. Vous avez encouragé l’Arabie saoudite, fermé les yeux sur les crimes de ces bédouins assassins qui massacrent aux yeux du monde le pauvre peuple du Yémen et qui fouettent ou décapitent en place publique les opposants, sans ouvrir le bec. Où sont vos droits de l’homme ? Dans un étron de votre président Flamby ?

Gardez vos leçons de morale, Madame Taubira, on sait pourquoi vous instrumentalisez l’affaire des moines de Tibhirine, c’est purement du chantage. Idem pour l’affaire de Tiguentourine. À la limite, nous comprenons que vous défendiez les intérêts de votre pays, même de façon aussi ignoble et même s’il s’agit d’une vision à court terme, car si l’Algérie s’effondre on verra bien ce qu’il adviendra de vos amis du « qui-tue-qui ». Nous en voulons surtout à ceux de chez nous qui, à travers ces affaires, vous ont permis de nous porter des coups. Nous n’oublions pas que votre barbouze, Bernard Bajolet, chef de la DGSE, s’est ingénié à frapper le DRS et à semer la zizanie au sein de notre armée, notamment via l’opération de Zéralda grâce à cette furie de Saïd Bouteflika. Dites-nous donc où était Bajolet dont le service est censé protéger la population française, au moment où Paris était à feu et à sang le 13 novembre. Il a sans doute oublié que grâce aux services de renseignement algériens, des dizaines d’attentats ont été déjoués pas seulement en France mais dans toute l’Europe. Mais pour cela il faut être dans la vraie stratégie et pas dans celle du chaos, dont la France est un élément central. Je rappelle que Sarkozy a déstabilisé le Sahel par son intervention en Libye et que cet avorton mégalomane se drapait d’émotion au moment où les attentats de Paris faisaient rage, se donnant une posture de vrai « patriote » découvrant l’horreur terroriste. C’est cette même horreur que nous, les Algériens, avons connue pendant des années, c’est elle qui a saigné notre peuple d’une manière épouvantable et impitoyable, et à ce moment-là, les Jean-Baptiste Rivoire, François Gèze et autres supplétifs des services, nous offraient le « qui-tue-qui ». L’Algérie se faisait égorger à huis clos, subissant le blocus sur les armes de Mitterrand, dont je rappelle la phrase célèbre : « pas une balle ne doit être vendue aux Algériens ». Toutes les compagnies aériennes avaient déserté le sol algérien par la faute de Mitterrand qui pensait isoler et briser l’Algérie et son armée au profit de ses amis islamistes, allant même jusqu’à créer un bureau de recrutement à Paris pour envoyer des Algériens faire le djihad en Afghanistan, bien avant qu’ils ne nous reviennent pour plonger le pays dans la tragédie sanglante que nous avons vécue pendant une décennie. Ce rappel historique n’est qu’une goutte dans un océan de sang dont vous, régimes français successifs, resterez coupable vis-à-vis de l’Algérie et de son peuple. Le peuple français est en train de goûter lui aussi au plat amer du terrorisme, celui que ses dirigeants irresponsables lui ont préparé, motivés par leur carrière politique et leurs intérêts personnels. Les attentats de Paris ont montré la vulnérabilité des services de renseignement français qui n’ont rien anticipé parce qu’ils sont dirigés par des incompétents aux ordres de politiciens irresponsables qui ont commis des erreurs monumentales en brisant des pays et en démantelant des armées, en offrant l’arsenal militaire de Kadhafi aux terroristes de toute la planète et en déstabilisant les services de renseignement tels le DRS algérien avec les manœuvres machiavéliques d’un néo-Focard. Bajolet a réussi dans tout, sauf dans sa mission essentielle qui est de protéger le sol français. S’il avait une once d’honneur, ce personnage ténébreux démissionnerait, et certainement pas que lui, car le ministre de l’Intérieur et le président devraient eux aussi prendre la porte de sortie suite à leur échec politique total.

Aujourd’hui, la France a trouvé un pouvoir illégitime en Algérie qui la favorise en lui accordant une multitude de contrats en échange de son soutien, les preuves en sont nombreuses et l’extension du métro d’Alger attribuée récemment en gré à gré au groupe français Colas Rail de Bouygues en collusion avec KouGC de la famille Kouninef pour 115 millions de dollars en est le dernier exemple. La France encourage le pouvoir des parvenus à poursuivre leur aventurisme qui nous plonge dans la régression et nous maintient dans une situation catastrophique pour le pays. C’est ça le deal : continuez à régner et à nous garantir des contrats ! L’Histoire retiendra que la France a soutenu un clan au détriment du peuple algérien, dans la plus pure tradition de son passé impérialiste. Elle joue avec le feu de manière irresponsable, car si l’Algérie tombe, tous brûleront, comme le répètent les experts et les agents occidentaux qui ne cessent de tirer la sonnette d’alarme. Le régime français est le pyromane de ses propres incendies. Il n’y a rien de plus irresponsable que d’entretenir une situation très dangereuse en soutenant un clan illégitime et corrompu qui n’a pour vision que la dilapidation des richesses et le vol de l’argent algérien que la France accepte dans ses banques sans que cela ne soulève le moindre questionnement quant à son origine. Tous ont des biens en France, mais nul en France n’y voit matière à enquêter sur la provenance des fonds. On sait bien que l’argent n’a pas d’odeur, n’est-ce pas, Madame Taubira ? Donc, encore une fois, taisez-vous ! Quant au clan de Saïd et Cie, arrêtez de jouer avec les affaires de Tibhirine et de Tiguentourine, car cela n’empêchera pas l’Histoire de vous rattraper, et vos mensonges et vos crimes seront jugés. Vous êtes le déshonneur personnifié. On ne peut même pas dire que vous êtes le déshonneur de l’Algérie puisque vous n’êtes pas Algériens. On vous refuse cette nationalité. Pour nous, votre président grabataire représente une plaie à l’instar des sept plaies d’Égypte qui nous a ramené une infinité d’autres plaies à travers son clan de néo-harkis qui a tout brisé, tout sali, et castré tout le monde en créant une sous-culture propice au retour des colons d’autrefois.

La France paie pour les erreurs stratégiques de son régime

Le peuple français doit maintenant voir la réalité en face et cesser de croire et suivre aveuglément ses dirigeants, car les attentats de Paris sont la résultante de la politique extérieure de la France et de ses liaisons troubles aves l’Arabie saoudite et le Qatar, bailleurs de fonds du terrorisme international. L’implication de la France dans le dossier syrien et dans la destruction de la Libye, son soutien indéfectible à l’Arabie saoudite y compris dans son intervention criminelle contre le peuple du Yémen, son soutien aveugle aux groupes terroristes qui sèment la terreur à travers toute la planète, ont exposé le peuple français aux attentats terroristes qui continueront. Rappelons à ceux qui pleurent pour Paris, qu’ils ont oublié de pleurer pour Alger, Damas, Tripoli, Bagdad, Gaza, Kaboul, Beyrouth, etc. Tous les peuples ont le droit de vivre en paix, aucun sang n’est plus précieux qu’un autre et il faut cesser l’émotion sélective et l’hypocrisie que véhiculent les médias mainstream, outils de propagande de l’impérialisme et du néocolonialisme qui cachent la vérité aux peuples. Les Français ont découvert l’horreur que les Algériens ont connue pendant des années, et que les Syriens, les Irakiens, les Afghans, les Libyens, subissent actuellement. Nos victimes à nous ne sont pleurées par personne sauf par nos mères dont les yeux ont tellement coulé qu’ils se sont asséchés. Tous les peuples d’Europe aujourd’hui menacés d’attentats terroristes doivent comprendre que cette menace globale ne vient pas de la planète Mars, mais de sa matrice qui se trouve en Arabie saoudite, au Qatar et dans les pays du Golfe, alliés incontournables des États-Unis et de certains régimes européens ainsi que d’Israël, ce dernier ayant toujours soutenu les groupes terroristes dans le but de briser les armées des pays arabes pour être la seule puissance du Moyen Orient. Ainsi, le Haut Représentant des Affaires étrangères US au Parlement et le secrétaire général du DESI (European Department for Security and Information), l’Ambassadeur Dr Haissam Bou-Said, ont confirmé que l’armée irakienne populaire avait capturé un officier israélien dont le nom est Yussi Elon Shahak. L’officier a pour grade général de brigade, et RE34356578765Az231434 pour matricule militaire. Le général israélien a avoué pendant l’enquête : « Il y a une forte coopération entre le Mossad et les hauts commandants militaires de l’EI (Daech)… les conseillers israéliens aident l’Organisation en élaborant des plans stratégiques et militaires, et en les dirigeant dans le champ de bataille« . L’organisation terroriste a aussi des conseillers militaires de l’Arabie Saoudite, du Qatar, des Émirats Arabes Unis et de la Jordanie. L’Arabie Saoudite a jusqu’ici fourni à Daech 30 000 véhicules, tandis que la Jordanie en a fourni 4500. Le Qatar et les Émirats arabes unis ont livré des fonds pour couvrir les dépenses globales de l’État islamique.

Si le Parisien découvre l’horreur terroriste un vendredi 13 novembre sur une terrasse de café ou lors d’un concert en pensant que des Martiens l’ont attaqué, je lui réponds que les gens qui commettent ces attentats sont souvent connus des services français qui détiennent des fiches « S » à leur sujet et dont le nombre varie entre 4 000 et 10 000. Comment ces terroristes peuvent-ils fomenter des attentats alors qu’ils sont fichés par les services de renseignement ? S’agit-il d‘une défaillance, d’une incompétence, ou est-on en train de manipuler le terrorisme? Des traces de logistique se trouvent en territoire belge, où des terroristes ont été interpelés. Il faut rappeler que la Belgique est un pays dont les djihadistes partis vers la Syrie sont proportionnellement les plus nombreux d’Europe par rapport à sa démographie. Le terrorisme qui frappe en ce moment l’Europe n’est pas une question qui concerne une seule nation mais l’ensemble de la planète, d’où la nécessité d’une coordination avec les renseignements des pays qui connaissent le terrorisme et qui le combattent réellement avec des résultats probants, tels que les services algériens et russes. La faillite des services de renseignement français a été évoquée notamment par un responsable des services russes qui n’a pas hésité à les qualifier d’incompétents, et de nombreuses critiques proviennent du sein même du renseignement français par des agents opérationnels et à la retraite qui blâment l’incompétence crasse des services de leur propre pays dont les responsables se sont fourvoyés dans des calculs d’épicier. L’ex-juge antiterroriste Marc Trévidic, apôtre du « qui-tue-qui » qui a aussi utilisé la mort des moines de Thibirine, a complètement changé son discours depuis qu’il a été forcé à quitter ses fonctions en septembre dernier et parle désormais d’indigence en matière de lutte antiterroriste en France. Trévidic prévoyait déjà en septembre une vague d’attentats de grande ampleur en France. Dites-moi, Monsieur Trévidic, qui tue qui ? Les critiques fusent de partout concernant le manque de coordination entre les différents services, et si l’on y ajoute les diverses fautes stratégiques du régime français à l’égard des services de renseignement qu’ils soient algériens, russes, syriens, iraniens, chinois et autres, les conséquences se traduisent par ces attentats qui visent le sol français et européen.

À force de manipuler le terrorisme et de l’utiliser à sa guise, il vous explose en pleine figure. Les peuples occidentaux doivent savoir que leurs dirigeants alignés sur la politique de l’OTAN des États-Unis sont les initiateurs des attentats d’une manière directe et indirecte et que les terroristes ne sont que leurs soldats. Ils portent la responsabilité totale des événements, que ce soit dans le suivi des terroristes, ou dans leur mauvaise volonté à coopérer avec des services de renseignement des pays qui combattent réellement le terrorisme et, dans le cas de la France, dans son acharnement à vouloir déstabiliser des services de renseignement de l’Algérie. Ils sont coupables d’avoir créé un monstre qu’ils ne contrôlent plus et l’on redoute de plus en plus dans le milieu des renseignements une série d’attentats simultanés dans plusieurs pays. Voilà ce qu’a ramené la politique d’ingérence des pays de l’OTAN et la thèse du « chaos créatif » dans les pays du Moyen Orient, où la coalition menée par les Américains n’a obtenu aucun résultat, contrairement aux Russes. Aujourd’hui, le terrorisme de Daech est global et menace tout le monde et ce sont toujours les populations civiles qui payent le prix des enjeux politiques, que ce soit au Nord comme au Sud. Dans un de ses discours, Hillary Clinton a affirmé qu’elle ne combattrait pas Daech si elle était élue, elle qui avait déjà déclaré que les USA avaient créé Al-Qaïda. Quand Clinton dit qu’elle ne combattra pas Daech, à qui s’adresse-t-elle ? À ses bailleurs de fonds, à ses sponsors, ou bien donne-t-elle le permis de tuer à Daech ? Ce message ne peut être qu’une offre de soutien à Daech, comme les félicitations de Fabius à Al-Qaïda en Syrie. Il faut impérativement cesser de jouer avec le feu en faisant croire qu’on lutte contre le terrorisme alors qu’on a créé le monstre, qu’on l’entraîne et qu’on l’arme. Prétendre aux opinions publiques que l’on combat le terrorisme en l’agitant comme un pantin à des fins électorales mène à ce que nous vivons actuellement : dans la configuration du chaos créatif et géré prôné par les néocons. Avec la gestion du chaos et la manipulation du terrorisme, le risque suprême est d’avoir de nombreux attentats meurtriers dans les pays occidentaux où sont bricolés des plans de déstabilisation des pays arabo-musulmans pour s’accaparer leurs richesses. Cette gestion calamiteuse du terrorisme a prouvé qu’elle se retournera toujours contre ses concepteurs et qu’elle profitera au climat d’islamophobie récupéré par les différents extrémistes de droite en Europe et aux USA qui en tireront les dividendes et obtiendront le pouvoir. Le fascisme de Daech rejoint et alimente le fascisme européen dont la thématique anti-islam et anti-étranger est le seul projet sociétal. Les malheureux réfugiés qui ont fui Daech dans leur pays, l’ont retrouvé en Europe en train de commettre des attentats. Il ne faut pas oublier que les victimes de masse se trouvent dans les pays musulmans et non en Occident et il est inutile de stigmatiser ces migrants qui ont risqué la noyade avec leurs enfants. Il est cependant indispensable de rester vigilant car les terroristes ont infiltré la cohorte des réfugiés, c’est la raison pour laquelle la coopération entre les services et l’échange d’informations sont nécessaires. La stupidité des pays occidentaux leur a fait perdre l’accès à une information capitale en cessant toute coopération avec les services de renseignement syriens qui auraient pu offrir de précieux renseignements pour identifier les terroristes infiltrés. Le travail d’enquête sur chaque migrant qui foule le sol européen est indispensable et fermer les frontières ne fera que jouer le jeu de l’extrême-droite. Ce n’est pas un hasard si l’on assiste à des mesures rétrogrades comme la fermeture des frontières et le retrait de la nationalité, chers au FN français et autres partis d’extrême-droite dans d’autres pays européens. L’Europe, désormais, fonctionne à l’heure de l’extrême-droite. Le discours xénophobe et islamophobe est inefficace dans la lutte antiterroriste et ne fera qu’exacerber le phénomène. L’extrême-droite ne vient que dans les moments de crise et perpétue celle-ci en ajoutant d’autres problèmes. Le véritable combat contre le terrorisme ne peut se faire qu’en combattant la matrice qui secrète ce terrorisme, en l’occurrence l’idéologie wahhabite prônée par l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie.

Mohsen Abdelmoumen

Published in Oximity, January 11, 2015: https://www.oximity.com/article/Taubira-les-moines-de-Tibhirine-le-log-1

In Whatsupic: http://fr.whatsupic.com/sp%C3%A9ciale-monde/1452526493.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.110116.htm

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :