L’Algérie en photos : Valls, Bouteflika, Khelil

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

L’Algérie en photos : Valls, Bouteflika, Khelil

Une photo a fait trembler le trône du clan Bouteflika

La scène « boulitique » en Algérie est marquée par des évènements très graves mais qui n’échappent pas à la sphère de la médiocrité et de l’absurde incarnée par le 4e mandat de Bouteflika. Cheikh Chakib Khelil « el Sonatrachi » comme il est désormais surnommé par la majorité du peuple et surtout par les utilisateurs des réseaux sociaux, fait le marathon des zaouias, atteint d’une véritable fièvre religieuse. Il est même prévu qu’il poursuive son pèlerinage dans les 48 wilayas, tant il a besoin de légitimité. Même Hamid Grine, la pute de la pub, s’y met et entreprend lui aussi son tour des confréries religieuses. D’autres, qui n’ont jamais montré le moindre signe de spiritualité, ont été atteint par le même virus de zaouite aigüe et entreprennent un périple dans les zaouias. Comme je l’ai déjà précisé dans un de mes précédents articles, le retour de Khelil s’inscrit dans le cadre de son intronisation comme futur président de l’Algérie. Le fait de courir d’une zaouia à l’autre est-il suffisant pour faire de Chakib Khelil un candidat crédible à la présidence ? Bien sûr que non. La réapparition de Khelil en Algérie se déroule selon un programme bien établi. Il y a d’abord eu son exfiltration des États-Unis, ou plutôt sa fuite, de peur d’une extradition due aux poursuites de la justice italienne, puisque l’affaire ENI-Saipem jugée à Milan présente de nouveaux éléments. Son homme de confiance et sa boîte noire, Farid Bedjaoui jusque là en cavale, sera présent au tribunal, ce qui complique sérieusement la position de Khelil qui voit s’étendre vers lui l’ombre de la justice, car Bedjaoui est le témoin-clé de son implication. Bouteflika, avant son premier mandat, avait lui aussi fait sa promotion via les zaouias. C’est un rituel propre à ce clan qui considère que les zaouias – pas toutes, heureusement – en participant à ce jeu pervers d’allégeance envers des figures du pouvoir, constituent un tremplin vers le poste suprême. La Constitution algérienne interdit pourtant d’utiliser la religion à des fins politiques, mais au diable les interprétations, Khelil nous a affirmé la bouche en cul de poule et la main sur le cœur qu’il n’a pas d’ambition politique. Pourtant, on n’entend et on ne voit plus que lui dans un matraquage sans précédent pour nous servir du Khelil à chaque heure du jour jusqu’à remplir tout l’espace médiatique. Cela s’appelle comment fabriquer un président à partir de rien, même s’il s’agit d’une crapule de la pire espèce, le vide béant laissé par Bouteflika étant rempli massivement par l’incontournable Chakib Khelil. Nous assistons à une sorte de « Chakib Khelil pour les nuls » dans une campagne de com. de type américain et qui a d’ailleurs commencé sur CBS. Ceux qui ont écrit le scénario, soit les puissances occidentales et les multinationales, à leur tête les États-Unis, n’ont pas beaucoup de temps pour configurer leur joker et n’attendront pas 2019. Khelil est l’homme du consensus des prédateurs externes et internes, le seul susceptible de préserver les intérêts des uns et des autres. L’assassin financier en gandoura blanche flambant neuve dans laquelle il dissimule une bouteille de Chivas, ne fait pas sa campagne électorale que dans les zaouias, mais sur les chaînes de télévision off shore de Saïd Bouteflika et d’Ali Haddad, en jouant les innocents pieux et les bons pères de famille, larmoyant sur la vie difficile que lui et sa famille ont vécue aux États-Unis où ils ont éprouvé toutes les peines du monde à boucler les fins de mois, et avouant au passage qu’il était « prêt à servir son pays si on le lui demandait ». Le saint homme ! Bientôt, il marchera sur l’eau en full HD. Toute cette mascarade méprisable est l‘aboutissement du démantèlement du DRS, Toufik et Khelil étant inconcevables sur le même terrain.

Je rappelle tout de même à ceux qui l’auraient oublié, que Chakib Khelil, le nouveau sauveur de l’Algérie, bien avant d’avoir mis sur la paille plusieurs peuples d’Amérique Latine lorsqu’il était à la Banque Mondiale, a préféré foutre le camp aux USA lors de l’appel du FLN aux étudiants et aux lycéens pour qu’ils rejoignent la Révolution, que la justice suisse lui demande des comptes, qu’il est dans le viseur de la justice italienne et qu’il a visité Panama en 2012 avec son comparse Bedjaoui, lequel détient quelque 70 sociétés off shore. Je suppose que cette visite à Panama n’avait d’autre but que de se recueillir dans une zaouia panaméenne ? Mais malgré ses diverses magouilles à la Sonatrach et sa gestion prédatrice lorsqu’il était ministre de l’Énergie et des Mines, Khelil ne craint pas la justice algérienne, puisque le clan a fait en sorte qu’il ne soit pas inquiété. Quand Khelil se déclare innocent et confie qu’il n’a jamais reçu de convocation pour se présenter devant la justice algérienne, il ment comme un arracheur de dents. Il a reconnu lui-même dans le journal El Watan du 15 août 2013 avoir reçu la convocation de la police judiciaire d’Oran, et a déclaré que son médecin lui avait interdit tout voyage pendant deux mois, ajoutant que lorsque son frère lui avait transmis la convocation, il avait envoyé un mail au ministre de l’Énergie et une lettre au ministre de la Justice, joignant un dossier médical les informant que son médecin lui avait ordonné de ne pas se déplacer. Pas de chance ! Khelil malade juste au moment où la justice algérienne le convoque. Je suis persuadé qu’il était navré de ne pas pouvoir se présenter devant le juge. Son duplex à la cité Chaabani où il était domicilié n’a pas pu être perquisitionné, les policiers trouvant la porte blindée fermée et ayant reçu l’ordre de ne pas y toucher. Ils n’ont pu qu’y mettre des scellés.

On remarque aussi la sortie récente plus que maladroite de Mohamed Bedjaoui et, ce qui est impressionnant, c’est que cet ancien juge et ministre des Affaires étrangères algériennes, dont le neveu est impliqué dans l’affaire ENI-Saipem, prétend ne rien savoir à propos de celui-ci. Tout en se plaignant d’une fin de vie épouvantable en raison des nombreuses critiques formulées à son égard – on aurait presqu’envie lui proposer un mouchoir et de lui offrir le dernier magazine Playboy en guise de consolation – il reconnait que lorsqu’il était président du Conseil Constitutionnel, il a introduit en Algérie le marchand d’armes français Pierre Falcone. Bedjaoui a beau formuler des regrets, c’est un fait très grave que d’avouer avoir introduit un trafiquant d’armes impliqué dans l’Angolagate, célèbre scandale qui a défrayé la chronique fin des années 1990 où était aussi impliqué le fils de Mitterrand. S’il le reconnait lui-même, on comprend mal que des perroquets ici et là se mettent à caqueter de concert. Ces gens-là s’enfoncent davantage tout en croyant se défendre, car étaler dans la presse le fait d’avoir pistonné en Algérie un homme d’affaires véreux doublé d’un trafiquant d’armes et qui plus tard a été mouillé dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, ce n’est quand même pas rien de la part d’un ex-président du Conseil constitutionnel. Cerise sur le gâteau, Bedjaoui affirme que le DRS n’a pas fabriqué des dossiers et couvre d’éloges le général Toufik en disant de lui qu’il est une personne « remarquable et estimable ». En s’exprimant à travers Bedjaoui, le clan se met lui-même en difficulté et devrait de toute urgence accorder ses violons.

Chakib Khelil déguisé en vertueux, c’est une photo qui choque au même titre que celle du président de l’Algérie filmé dans un état pitoyable aux côtés de Manolo Valls le Gitan, fier comme un paon. Quelle image désastreuse. Le gang de Saïd Bouteflika a manœuvré en laissant photographier un président amoindri, bien loin de toute « alacrité », image qui nous a tous choqués, et cette photo poursuivra le clan jusqu’à la fin de son règne. On ne peut qu’éprouver de la pitié pour un vieillard malade et fragile utilisé malgré lui par une caste sans foi ni loi et dépourvue de tout sens humain. Comme l’a déclaré Hocine Khaldoune, porte-parole du FLN, le chef de cabinet de la présidence, Ahmed Ouyahia, totalement acquis à Saïd Bouteflika, est responsable de cette fuite, mais il a pourtant été le premier à monter au créneau en criant au complot de la part de la France. Ya Hmimid, nous prends-tu pour des imbéciles ? Ce n’est pas en tant que chef de cabinet que tu as poussé tes cris d’orfraie, mais en tant que chef intérimaire de parti dans un congrès régional du RND. Le clan qui contrôle tout essaie de nous convaincre que cette photo en gros plan a été prise en catimini ? Allons donc ! Au contraire, tout cela fait partie d’un programme bien étudié. La situation avec un vieux président inapte à exercer ses fonctions est devenue intenable et il est temps de sortir le joker américain, le « pieux » Chakib Khelil envoyé en mission. On ne peut plus faire un pas sans tomber sur lui tant il est devenu omniprésent dans la presse du clan et s’introduit dans la vie des Algériens avec la mine du chat qui attend son heure pour dévorer la souris, en commentant ici et là des faits politiques. Sommes-nous censés scander avec enthousiasme « One Two Three, Viva Chakib Khelil ! » pour encourager une équipe sans entraîneur ni arbitre ? Votre mentalité de stade, gardez-la pour vous. Pour vous les hydrocarbures, pour nous la patrie. Je précise que Khelil n’est pas présidentiable pour la bonne raison que la nouvelle « Constitution » stipule qu’il faut avoir 10 ans de résidence en Algérie pour exercer des fonctions officielles. Appliquez donc vos propres lois scélérates ! Les gangsters qui osent jouer les vierges effarouchées en appelant à la souveraineté ou qui se drapent d’un habit blanc comme Chakib Khelil, se comportent comme des voyous de la pire espèce. Utiliser la religion à des fins politiques, comme le fait Khelil en achetant les indulgences, est un stratagème éculé qui ne convainc aucun Algérien. La vocation des zaouias n’est pas d’offrir un cache-sexe ou une caution pour X ou Y, ce sont des lieux de retraite et de recueillement. Khelil peut faire le tour de l’Algérie en mode zaouia et en se transformant en « zaouai-man », ça le regarde et nous n’en n’avons cure. Personne n’est dupe et Khelil ne sera pas blanchi aux yeux du peuple pour autant. L’incident de la Grand Poste d’Alger où il a été caillassé par les Algérois en est la preuve.

Ainsi que je l’ai souvent dit, la maladie nous attend tous. Mais que fait la famille Bouteflika en montrant leur frère dans cet état ? Que cherches-tu, Saïd ? Dis au peuple que tu es président à la place de ton frère. Ne t’inquiète pas, il n’y a ni opposition, ni voix contraire. Tout le monde applaudira avec tes amis de la presse et des partis que tu as achetés. Assume et laisse ton frère tranquille. Je sais que tu es un homme dépourvu de morale, mais gouverne, dirige, et cesse de te planquer derrière un malade dont certains affirment qu’il est atteint de la maladie d’Alzheimer. Ton frère est président d’un pays qui s’appelle l’Algérie, ce n’est pas un individu qui ne représente que lui-même. Si c’était le cas, tu pourrais l’exposer au su et au vu de tous sans aucun problème, même au musée Grévin si cela te chante, mais il occupe la fonction de chef d’État et représente toute une nation. L’exhiber comme une bête de foire est abject. Vous êtes tous coupables, vous qui gravitez autour d’un fauteuil roulant, d’abuser de la faiblesse d’un vieillard amoindri pour préserver vos intérêts. Mourad Medelci, l’actuel président du Conseil constitutionnel portera à jamais la responsabilité de la non application de l’article 102 de la Constitution qui permet de destituer un président incapable d’exercer ses fonctions. L’histoire le jugera. Le mal que vous avez tous fait au peuple est inqualifiable et impardonnable, et le fait de sortir les chiens pour aboyer contre un prétendu complot de la France est ridicule. Vous jouez tous sur la fibre patriotique sans être des patriotes, c’est un comble. Ce ne sont que les sbires de Saïd qui ont gesticulé lors du tweet de Valls, car il n’y a pas eu de réponse officielle de l’Algérie à la parution de cette photo, Sellal ne se prononçant pas, pas plus d’ailleurs que la famille révolutionnaire, les fils de chahids et les anciens moudjahidines.

D’une photo à une autre, de celle du journal Le Monde à celle du tweet de Valls, on assiste à une suite logique de la part des Français. Ramtane Lamamra a rejoint le bal des faux-cul de la mayonnaise en convoquant l’ambassadeur de France suite à la photo de Bouteflika dans Le Monde concernant les Panama Papers. Au fait, quoi de neuf par rapport aux otages algériens au Mali ? Lamamra a oublié que son incompétence nous a coûté Taher Touati, le diplomate et représentant militaire à Gao, tué par le MUJAO suite à l’abandon de nos otages au Mali. Quid concernant la Libye et sa partition imminente qui se révèle un échec flagrant de la diplomatie algérienne ? Ni Lamamra, ni Sellal n’ont osé parler de l’affaire du Sahara occidental avec les Français. Personne n’a abordé le sujet dans les discussions avec Valls alors que tout est en faveur de l’autodétermination, que ce soit le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, ou les instances de l’Union européenne qui ont pris parti pour un référendum en faveur de l’autodétermination. Pourquoi ? Parce que vos amis français pèsent de tout leur poids pour bloquer le dossier. Il ne faut surtout pas les froisser, car ceux qui ont le dossier médical de Bouteflika gardent leur capacité de nuisance. Nous sommes dans la configuration d’un ministère des Affaires étrangère bicéphale avec Lamamra qu’on met au placard quand on veut et Messahel qui tient le rôle de ministre des Affaires étrangères, sachant que ce Messahel est ministre de la Ligue Arabe et des Affaires maghrébines, le nom de ce ministère étant en soi une aberration. Faut-il rappeler que le Maghreb est gelé suite au conflit algéro-marocain ? Quant à la Ligue arabe, à quoi sert-elle à part au concours de pets des dirigeants et rois arabes ? Qu’est-ce que l’Algérie a à faire avec les bédouins du Qatar et de l’Arabie saoudite ? Quant on ne peut pas gérer les affaires des patates, de la sardine et de l’autosuffisance alimentaire, et qu’on importe le blé de France, la moindre des choses est de la fermer. Quant à la France, elle est dans l’optique des élections de 2017 et cela me rappelle la façon dont Sarkozy avait humilié l’Algérie en son temps. En diffusant la photo de Bouteflika, Valls a effectué une opération de com. bien organisée qui vise l’élection présidentielle en créant un buzz aux dépends de l’Algérie. Vous croyez que la France va prendre en considération ce que dit Amar Ghoul ou Sidhoum Saïd ou Ali Haddad ? Ou encore Louisa Hanoune ou Ahmed Ouyahia ? La plupart sont impliqués dans des affaires de corruption et je peux les citer un par un. Je suis d’ailleurs fatigué d’énumérer leurs frasques et malversations. Sidhoum Saïd el roumi a placé des fonds des assurances de la Cnas dans la banque El Khalifa et a fait des affaires en Suisse. À quoi riment ses déclarations ? On se demande s’il connaît le poids des mots. Quand il dit « nos frères français », de quels « frères » parle-t-il ? Depuis quand les Français sont-ils nos « frères » ? Pauvre pays livré aux chacals et aux hyènes, où les patriotes n’ont pas leur place et où les lions sont traînés dans la boue ou mis en prison… Par exemple, la famille de feu Salah Boubnider, colonel de l’ALN, chef de la wilaya II historique, que j’ai personnellement côtoyé, a été spoliée par le commandant Azzedine. La famille du Colonel Boubnider se plaint de la mauvaise volonté de Farouk Ksentini, avocat de la partie adverse, à restituer les sommes volées. Et pendant ce temps, Ksentini qui est aussi le président de la CNCPPDH, n’arrête pas de donner des leçons de droit à tout le monde.

Il est tout de même effarant de voir comment ce clan a fait table rase de toute valeur en détruisant les fondements mêmes de la nation algérienne sans aucun état d’âme. L’Algérie d’aujourd’hui maltraite ses patriotes, met ses braves officiers en prison, honore les harkis, ces bougnoules de l’ancien colon français, souille la mémoire des martyrs et crache sur leur serment. Madani Mezrag est reçu par Ouyahia et l’administration du pouvoir pourri interdit au parti de nos amis du MDS de tenir leur congrès. Après quasi soixante ans d’indépendance, ce pays erre sans repères. On voit émerger des mouvements séparatistes à l’image de celui du Kurdistan : comment Ferhat Mehenni, fils de chahid de la Révolution, s’est-il transformé en monstre séparatiste et ami d’Israël ? Son père est mort pour l’Algérie et lui ne croit pas en ce pays. Ma ghadnich el dourou, ghadni el nakch li fih (ce n’est pas la pièce de monnaie qui m’a fait de la peine, mais les symboles gravés dessus). Le MAK sert les intérêts du pouvoir pourri en offrant une diversion sur les véritables enjeux du changement de régime. Tout comme les islamistes d’Hamadache, il favorise indirectement les desseins des détenteurs du pouvoir et symbolise la faillite du régime. Je rappelle toutefois que le MAK de Mehenni n’a pas la majorité de la population de la Kabylie avec lui. Le clan maudit a fait le lit du MAK, comme il a fait le lit du terrorisme. Le MAK et le terrorisme islamiste appartiennent à la même matrice. Vous savez que Daech ne peut rien faire en Algérie parce que le peuple a rejeté le projet islamiste alors que vous donniez l’agrément au FIS. Vous avez magouillé avec les islamistes, vous avez besoin d’eux et vous les utilisez pour prolonger votre règne, comme vous vous servez de la religion en ce moment via ce Chakib Khelil qui, directement de Las Vegas et du Maryland, est en train de nous faire le coup du « je suis pieux ». Et vous croyez que nous allons nous extasier et parsemer de pétales de roses le chemin de Saint Chakib el Sonatrachi en disant « Oh ! Mais c’est un pieux, on l’a accusé à tort, c’est la zaouia du DRS qui lui a monté une affaire » ? Tout cela est de la poudre aux yeux alors que le temps presse et que le pays va droit dans le mur.

On assiste à des débats sans queue ni tête menés par des gens médiocres qui taxent leurs adversaires de traîtrise, chantant en chorale leur bassesse en accusant l’autre de conspiration au service de l’ennemi extérieur. Ce n’est pas un jeu ! Les menaces de la partition de l’Algérie sont à prendre très au sérieux et ce ne sont pas les mains de l’étranger qui sont les plus dangereuses. Comme l’a démontré l’histoire de l’humanité, c’est la trahison interne qui ramène l’ennemi externe. Un pays qui n’est pas colonisable ne sera pas colonisé. Tous ceux qui s’opposent ne sont pas « les mains de l’étranger », et n’espèrent pas que le pays soit à feu et à sang, ce sont des citoyens qui exigent un État qui fonctionne normalement. Le moment est venu de se poser les vraies questions avant que le pays ne soit emporté. L’incapacité du clan de l’argent sale à diriger ce pays a atteint ses limites. Ceux qui comptent sur les puissances étrangères, quelles qu’elles soient, doivent savoir qu’aucun pays au monde ne peut être indépendant si ses propres enfants ne le sont pas. Ce n’est pas parce que les Occidentaux ont besoin de l’Algérie comme garde-champêtre, c’est-à-dire un Pakistan dans la région, qu’ils vont préserver le pouvoir actuel. Chacun s’accommodera de la nouvelle situation qui se mettra en place comme dans le cas de Moubarak, allié des USA, comme Ben Ali auquel Alliot-Marie voulait envoyer le « savoir-faire » français, ou comme Kadhafi qui n’a rien vu venir et qui a fini sodomisé à coups de poignard dans un égout après avoir été reçu avec faste à Paris. Ces despotes ont-ils créé des institutions, des États qui fonctionnent ? Non. Ils ont fait de leurs pays des monarchies, et certainement pas des républiques, pratiquant la langue de bois, embobinant les peuples et régnant familialement en voulant transmettre le pouvoir de père en fils. Tous ces gens ont été détrônés en deux temps trois mouvements. Il faut que chacun fasse son autocritique et situe sa propre responsabilité. Le clan au pouvoir doit arrêter de jouer avec le feu. Ceux qui ont des comptes et des biens à l’étranger, qu’ils partent au plus vite jouir de leurs biens et cessent de nous mettre en danger. Ils ne se rendent pas compte de la situation périlleuse dans laquelle se trouve l’Algérie et persévèrent à se cacher la tête dans le sable. Le populisme et la langue ne bois ne mènent qu’à la catastrophe.

L’Algérie en photos : Valls, Bouteflika, Khelil

Les janissaires du pouvoir, Ali Haddad, Ahmed Ouyahia, Amar Ghoul, Sidi Said, Amara Benyounes et Louisa Hanoune, aboient. Il ne manque que le « derbouka-man » Saïdani.

Le tapis rouge a été déployé pour accueillir la délégation française dans l’aéroport d’Alger géré par des entreprises françaises, tout comme elles gèrent le métro, les tramways, l’eau, etc. Après avoir organisé la promenade d’Audin pour Manuel Valls et sa clique de ministres, le clan a signé tous les contrats que les Français voulaient au nom d’un président malade et dans l’impossibilité de discerner quoi que ce soit, donc tous ces contrats sont caducs. Suite au tweet de Valls montrant l’état réel dans lequel se trouve Bouteflika, l’orchestre qui a joué une sonate en ré minable n’était pas au complet. La chorale manque cruellement de rythme, où est notre Mike Jagger national, le drabki Saïdani, le virtuose de la derbouka ? Trop occupé sans doute à gérer ses affaires immobilières en France après être passé par la Chine où il a été reçu par quelqu’un qui n’a pratiquement aucun pouvoir, un vague responsable du PC chinois. C’est dire comment la Chine considère votre chef Saïd Bouteflika et son mentor Bernard Bajolet. Retour en France motus et bouche cousue, pas un mot de l’aboyeur favori du clan depuis plusieurs jours. Saïdani serait-il aphone ? Non, il tient le rôle qui lui a été assigné. Celui qui lui a dit de taper sur Toufik lui a intimé l’ordre de se taire aujourd’hui. Bouchouareb non plus n’a pas osé rejoindre la chorale et n’a pas ouvert le bec contre la France. Un mot de trop, et la France saisit tous ses bien et le dénonce au fisc. Et maintenant ces vendus jouent les patriotes devant le peuple algérien ? Koun manfrafakch ya kaii nahsbak madfaa (ô mon trou de cul, si je ne te connaissais pas, je te prendrais pour un canon). Qui donc a distribué en veux-tu en voilà des contrats à la France sinon Saïd Bouteflika, Ahmed Ouyahia, Abdeslam Bouchouareb, Ali Haddad, etc. dans les accords conclus avec Bernard Bajolet et qui sont un secret de polichinelle? Maintenant que j’ai tout obtenu: ya bagra ma fik hlib ! (ô toi la vache, il n’y a plus de lait en toi). Cette opération de faux patriotisme à géométrie variable démontre surtout une panique face à ce que pourraient révéler les Français concernant les noms algériens des Panama Papers qui n’ont pas encore été dévoilés et qui sont certainement bien plus importants que ceux qui ont été cités jusqu’à présent. En outre, c’est au retour en Algérie de Chakib Khelil, l’homme de l’Amérique, que le cirque a commencé, l’attitude du clan s’inscrivant dans un changement de cap. Nous assistons à une guerre entre le lobby pro-américain et le lobby pro-français, et cette guerre des clans a poussé Saïdani à la mettre en veilleuse. Cela signifie qu’il n’y a aucun consensus interne autour de Khelil, il n’est que l’homme d’un clan et des multinationales, et qu’une lutte sans merci oppose l’État-major et le clan présidentiel.

Donc votre pièce de théâtre patriotique, alors que vous êtes tous impliqués dans des affaires de détournement, est une vaste couillonnade. Vous n’allez pas me démentir sur l’entreprise de Lamine Ouyahia et de son association avec Takhout ? Vous n’allez pas me dire que la société off shore Green Light Limited de Rym Sellal n’existe pas aux Seychelles ? Que Bouchouareb n’a aucun compte à rendre à la justice algérienne pour ses divers comptes off shoreet sociétés, révélés dans les Panama Papers ? Tout comme la fille d’Abdelmalek Sellal, ou encore le kharay Haddad qui pratique la surfacturation et l’évasion fiscale et se paie des hôtels de luxe à Barcelone ? Votre ministre de la Culture n’a-t-il pas détourné le siège du journal Echaab à Sétif pour le transformer en habitation pour lui et sa famille ? Nous avons tous les noms. Vous êtes tous, sans exception, impliqués dans les affaires et l’heure de vérité est arrivée. Toutes les affaires dans lesquelles vous avez trempé et que j’ai dénoncées, personne d’entre vous n’a pu les démentir. On se demande si tous ces gens n’ont jamais envie de la fermer. On a l’impression qu’à chaque fois que quelqu’un ouvre la bouche, ce qui en sort est nauséabond, comme leur vie de cloportes. Certains qui avaient pris leur jambes à leur cou dès les premiers signes de la tragédie (courage, fuyons !) et qui étaient loin pendant la décennie du sang et des larmes, se permettent de nous donner des leçons de patriotisme, alors que nous, nous étions en Algérie, et l’horreur que nous avons vécue est inscrite dans notre âme. Où étaient les Chakib Khelil, les Bouteflika, et autres énergumènes à cette époque ? Nous n’avons pas de pays de rechange. L’Algérie est notre pays et nous n’avons pas de double ou de triple nationalité, quoique nous n’en voulions pas à ceux qui ont une autre nationalité.

Je connais personnellement la plupart d’entre vous et je sais qu’aucun n’est patriote. Ce n’est pas la peine de nous faire des menaces avec Daech, c’est vous qui avez mis le pays à terre. Les Français ont misé sur le mauvais cheval car le régime algérien actuel ne tiendra pas le coup. Et ce n’est ni Saïd Bouteflika, ni Ali Haddad, ni Ahmed Ouyahia, ni Amar Saïdani, ni Sidhoum Saïd qui désigneront le futur président de l’Algérie. Le moment est arrivé de passer aux choses sérieuses, c’est-à-dire un État où les institutions fonctionnent et où le président assume ses fonctions. Les Algériens aujourd’hui, au lieu de demander un pays qui avance, demandent juste un président qui soit capable de parler. La visite de Valls aurait pu être traitée d’une autre manière, vous auriez pu éviter la rencontre entre lui et un président inapte à tenir son rôle. Quand vous accusez le général Benhadid, un général qui a commandé des troupes, d’avoir démoralisé l’armée avec ses propos et qui est en prison sans être jugé, l’image épouvantable de ce président n’atteint-elle pas le moral de tout Algérien, qu’il soit civil ou militaire ? Qu’avez-vous fait de notre dignité en bafouant celle du président de l’Algérie? Comme disait Benhadid, nous sommes l’armée. Ce n’est pas vous ou vos enfants qui êtes en train de protéger nos frontières. C’est notre ANP, l’armée du peuple, et non Lamine Ouyahia, ni Farès Sellal, ni Aghiles Haddad, ni Farid Bedjaoui, etc. qui roulent avec des milliards. Vous avez constitué une caste, une véritable ploutocratie. Saïd, je te l’ai déjà dis, quand tu donnes l’ordre à tes chiens d’aboyer, choisis-les mieux. Tu veux faire une campagne contre la France, chiche, fais-la. Personnellement, je suis favorable à une rupture des relations avec la France. Faites-le donc. Gelez tous les contrats avec la France, idem pour les autres compagnies comme British Petroleum, Halliburton, Anadarko ou Statoil. Quand vous dites qu’il faut régler les problèmes internes algériens en Algérie, qui tapine pour la France sinon vous ? Qui a financé la campagne de Mitterrand, de Sarkozy et de Hollande ? Malgré votre clownerie patriotique, vous allez aussi donner de l’argent sans aucun honneur ni état d’âme pour la campagne d’un des futurs candidats à la présidentielle française, que ce soit Juppé, Valls, Hollande ou Sarkozy. Qu’avez-vous à dire sur les Pieds-Noirs qui recouvrent biens et terres en Algérie ? L’assemblée française a déclaré que les harkis pouvaient revenir en Algérie, des accords récents ayant été signés en ce sens. À titre anecdotique, lors d’une de mes rencontres avec le général français François Meyer, responsable du rapatriement des harkis, celui-ci m’a confié qu’il avait reçu l’ordre de laisser les harkis sur le quai. Et vous, les bougnoules, vous avez signé des accords pour que ceux qui sont installés en France puissent revenir en Algérie quand bon leur semble et que les Pieds-Noirs récupèrent ce qu’ils ont perdu, alors que le peuple algérien a versé son sang pour reprendre ce qui lui appartient aux colons. J’ai dit au général Meyer que l’affaire des harkis ne concernait en rien l’Algérie et était une affaire purement franco-française. La plupart d’entre vous n’a pas accès à ce général avec lequel j’ai évoqué longuement le cas des harkis et vous, bande de bougnoules, vous vous mettez au garde-à-vous devant des maires. Le général nous a quand même laissé un fameux paquet de harkis bien planqués ! Il m’a fait des confidences au sujet de certaines personnes qui sont devenues responsables en Algérie, et je l’ai interrogé longtemps et sans gégène, lui le soldat, le général français, et moi le descendant de la glorieuse ALN et du FLN historique. Chacun a choisi son camp depuis longtemps. Je lui ai demandé d’écrire les confidences qu’il m’a faites et j’attends ses mémoires. Il est toujours vivant et peut témoigner de mes propos, et soulager sa conscience. Mais je sais que le général français protégera ses zouaves algériens, donc je ne me fais aucune illusion sur une vérité qui jaillira de la part d’un général de France. Nous sommes la résistance algérienne issue du mouvementent national et vous, les bougnoules, êtes les héritiers du colonialisme et du néocolonialisme, de la collaboration et de Pétain. L’histoire jugera. Bernard Henri-Lévy était déjà votre ami dans les années 1990, et il visitait l’Algérie sans aucun problème. Aujourd’hui, il œuvre pour un agenda international comme vous-mêmes. Dans l’affaire des essais nucléaires, la France a indemnisé les victimes de Mururoa, pourquoi pas les victimes algériennes ? Qu’avez-vous fait pour réclamer une indemnisation pour les nombreux algériens qui souffrent de séquelles suite aux essais nucléaires de la France à Reggane, où l’eau a été contaminée et où les gens sont victimes de cancers et de maladies vasculaires ? De nombreux cas de maladies chez les habitants de la région et chez les soldats eux-mêmes ont été diagnostiqués, sans parler des ravages sur la faune et la flore. Les habitants de Tamanrasset et d’Ain Mgel et les soldats algériens postés là-bas, et notamment ceux qui y ont fait leur service militaire, savent de quoi je parle. Pourquoi le ministre des Moudjahidine n’a-t-il jamais réclamé les têtes de nos martyrs exposées comme des trophées dans un musée français, alors que le conservateur a affirmé qu’elles pourraient être restituées si l’on en faisait la demande ? Vous nous gavez avec votre souveraineté alors que vous déroulez le tapis rouge pour la France et multipliez les courbettes, bande de traîtres.

Vous constituez un pouvoir qui ne peut en aucun cas défendre les intérêts d’un pays et de son peuple. Vous n’avez pas construit un État fort, vous n’avez pensé qu’à vos propres intérêts. Contrairement à ce que vous prétendez, vous ne pesez sur rien du tout. Les Occidentaux ont besoin de notre armée pour veiller sur la stabilité du Sahel, mais notre armée est-elle au service de tel ou tel pays étranger ? Non, nos enfants ne vont pas défendre des intérêts étrangers. Les terroristes ont été fabriqués dans les laboratoires occidentaux, que les apprentis sorciers assument. Je rends hommage à nos soldats, aux bérets rouges qui sont morts dans un attentat, et à toutes les unités qui sont aux frontières et qui font face à un déluge de terroristes, que ce soient les percées de Daech au sud ou les différentes opérations dans nos montagnes. Une seule institution fonctionne, c’est l’armée, les autres sont en-dessous de tout. L’Algérie est entourée d’ennemis multiples et vous faites partie de ces ennemis. Il n’y a rien de pire que des bougnoules qui deviennent des colons. Les seuls qui peuvent contrer leurs ennemis, ce sont ceux qui ne les fréquentent pas. Ne ramenez pas le loup dans la bergerie pour ensuite crier au loup. Personne ne vous croit. Votre premier objectif est de préparer le terrain pour Chakib Khelil, le deuxième est de garder le président actuel au pouvoir le plus longtemps possible, bien que le monde entier ait vu dans quel état il est. C’est à l’armée maintenant d’assumer ses responsabilités et d’aller vers un nouveau consensus avec les forces vives du pays et les noms intègres qui existent. Les voyous doivent céder le pouvoir, on ne tiendra pas jusqu’en 2019. Scandale après scandale, quel sera le prochain ? Combien de temps encore allez-vous montrer un président dans cet état ? Et vous osez nous dire qu’il s’agit d’un complot des Français ? Qui a ramené ces gens qui n’arrêtent pas de défiler en Algérie les uns après les autres ? Ce sont vos amis. Bouffez-vous entre vous et noyez-vous dans la mayonnaise.

Bouteflika est à nouveau évacué pour des soins à Genève et les Algériens reprennent le comptage des voyages médicaux de leur président. La seule évolution à laquelle le peuple assiste, c’est le choix des hôpitaux suisses plutôt que les français. Il s’agit indéniablement d’un changement d’orientation stratégique majeur de l’État. Cela s’appelle les soins helvétiques off shore et ceux qui ne connaissent pas ça, ne connaissent rien à la boulitique. Maintenant que Bouteflika est encore évacué, allez-vous à nouveau hurler au complot ? Un complot organisé par les Martiens, peut-être ? On a vu la même vidéo lors de la visite de Serguei Lavrov, ministre des Affaires étrangères d’une grande puissance, la Fédération de Russie. Pourquoi n’avez-vous pas parlé d’un complot des Russes ? Nous aurions pu développer d’autres partenariats, comme le projet Desertec avec l’Allemagne qui a été enterré. Un grand pays comme l’Algérie manque-t-il de perspectives en termes d’investissements ? Si on avait un pouvoir fort et des gens fiables, tout le monde s’empresserait à venir investir chez nous. Réveillez-vous, vous allez nous emporter ! Vous allez faire de l’Algérie un pays qui sera rasé de la carte et personne ne pourra rien pour vous. Ce ne sont pas les Américains qui défendront l’Algérie, ni les Russes, ni les français, ni les Egyptiens, ni les Tunisiens ou les Chinois. Chaque État défend ses intérêts. Personne d’entre vous ne défend les intérêts de l’Algérie. Khelil se prend pour le nouveau prophète du pétrodollar en faisant le tour des zaouias, l’Elvis des zaouias, Viva Las Vegas ! Et la zaouia du Club des Pins, c’est pour quand, Chakib Khelil ? Vous n’allez pas visiter la zaouia de Zouzou la coiffeuse ? Saïdani se positionne en porte-parole du FLN et n’ose pas dire un mot contre la France. Chiche, Saïdani, ose prononcer un mot contre tes maîtres français. Et dire qu’il y a des gens qui défendent ces types ! Vous avez humilié notre nation, prononce un mot. Mais tu n’oseras pas, les Français ont ton dossier, ton maître Bajolet connaît tout de toi. Ouyahia nous parle d’argent sale ? C’est à tomber raide. Quel est ton bilan comme chef du gouvernement et directeur des cabinets de la présidence ? À longueur d’articles, j’ai cité des gens du pouvoir dont certains sont liés à toi et qui sont impliqués dans le détournement et la fraude, j’ai cité les cas, publié des preuves, et tu parles de sortir des dossiers ? Mais sors-les ! N’hésite pas, au lieu de menacer, et dis au peuple « voilà leurs dossiers ». Mais tu n’as pas le courage de les divulguer. Tu préfères les causeries du samedi. Je le répète, l’Algérie n’est pas votre propriété privée ! C’est un devoir pour tout patriote de se battre contre vous et contre vos maîtres occidentaux, ceux qui vous ont faits.

Vous êtes tous des gueux. Chacun chante sa partition : Haddad qui veut garder son fric et ses petites affaires et a peur de la prison, Sidi Saïd qui veut rester à la tête de l’UGTA ad vitam aeternam, même s’il a cassé un syndicat qui était la gloire de l’Algérie, celui d’Aissat Idir qu’il a transformé en cercle familial, ou Amar Ghoul qui est et restera le scandale de l’autoroute Est-Ouest. Nafssi nafssi (il n’y a que moi qui compte). Vous avez oublié que vous avez tous accusé le DRS d’avoir ordonné au procureur général d’accuser Chakib Khelil. Toi, Ouyahia, tu as déclaré en tant que chef du cabinet du président et en tant que chef d’un parti qui ne représente rien au niveau populaire, que c’est Toufik qui a donné l’ordre à Belkacem Zeghmati de lancer le mandat d’arrêt international. Et toi, Ghoul, à cette époque, tu tapais comme un forcené sur le DRS tout en nous affirmant que tu jouais au foot avec le général Toufik. Et maintenant, on change de mélodie, c’est la France qui est utilisée comme diversion pour mieux placer le joker américain ? Quel jeu pitoyable. Au diable la France, votre mère-patrie et au diable vos maîtres américains ! Au diable Ouyahia qui considère que ceux qui ne sont pas avec lui sont des traîtres. Traître à qui et à quoi, à vos intérêts personnels ? Au diable Amar Ghoul qui a fui la justice et se permet d’insulter les gens. Je le connais très bien, il a voulu me corrompre. Le règne des Bouteflika a ramené d’autres pourris comme Farida Bessa. Celle-ci, très proche de Saïd Bouteflika dans une relation trouble, a placé son frère Djamel Bessa qui était un modeste employé à la CNEP avant d’en devenir le PDG. Cette Farida Bessa, de simple journaliste à l’ENTV est devenue directrice générale de la communication à la présidence de la République et prend ses anciens confrères de haut. Ces arrivistes qui vivaient dans un quartier populaire de Belcourt possèdent à présent, par une opération miraculeuse, l’empire « Bessa Promotion », une société qui vend des résidences de luxe et dont le chiffre d’affaire s’élève à plusieurs milliards d’euros. Ces gens sont un échantillonnage de ce qu’a produit le règne Bouteflika. Combien y en-a-il ? Min ayna laka haka ? (D’où tiens-tu ça ?). D’où tiennent-ils leur fortune en pleine période d’austérité, quand on dit au peuple de se serrer la ceinture, et au moment où l’on instaure l’emprunt obligataire, véritable hérésie qui consiste à demander de l’argent aux citoyens ? La belle trouvaille du génie de l’économie Benkhalfa que cet emprunt obligataire ! C’est vous qui êtes des traîtres, tous, sans exception. Je connais tout de vous et j’écris contre vous, dans l’intérêt de mon pays. Je n’écris pas pour plaire à qui que ce soit, et que celui qui n’est pas content se tape la tête au mur. Quand j’entends l’énergumène qui fait office de porte-parole du FLN dire qu’il est prêt à faire un 1er Novembre, voire plus, est-ce que tu sais ce que tu dis, bougre d’abruti ? Le 1er Novembre a été fait par des hommes, des vrais, comme Ben M’hidi, Ben Boulaïd, Krim Belkacem, pas des mauviettes comme vous tous qui êtes le déshonneur de l’Algérie. Ces martyrs nous ont légué une patrie, et vous avez bouffé tout le capital révolutionnaire en soixante ans. Vous nous avez réduits à rien du tout, bande de crapules. Que dieu vous maudisse. Vous connaîtrez des fins pires que vous n’imaginez. Toi, Saïd, ne crois pas que tu finiras tranquille et que tu échapperas au destin. Si tu as des doutes, regarde ton frère, regarde ce que tu as fait de l’Algérie avec la complicité de tes valets.

Certaines rumeurs ont circulé de la même manière que l’affaire Zéralda et l’on parle à nouveau d’attentat contre Saïd, sur fond de la mort du président. Il s’agit de la continuité de l’opération Zéralda où l’on avait évoqué des coups de feu à la présidence. On a vu ce que cela a donné, certains généraux ont été limogés et mis en prison. Saïd est passé maître dans l’art de créer des tensions et de les régler. Cette nouvelle rumeur sert de diversion dans l’affaire Khelil, les fuites des Panama Papers, et de la photo du président. On joue sur la peur des gens, les persuadant que le changement deviendrait synonyme de chaos. Ce sont des opérations qui sont souvent citées dans les œuvres de Chomsky qui traitent de la manipulation des masses. Le temps presse, un consensus doit avoir lieu, car sinon nous allons continuer à encaisser d’autres photos et d’autres situations déplorables et vous allez continuer à nous en faire voir de toutes les couleurs, parce que les gens comme vous n’ont pas de limites. Nous avons touché le fond. Quand on formule une critique constructive et qu’on en appelle au bon sens, vous restez dans le déni et vous nous donnez des leçons de patriotisme. Vous oubliez que vous êtes des crapules, des gangsters et des voleurs. Tout le monde vous connaît et personne ne vous pardonnera. Votre aveuglement est pathétique et relève de la psychiatrie, c’est la raison pour laquelle votre place n’est pas en politique ni même en boulitique, mais dans un asile. Vous êtes le mildiou de l’Algérie. Et toi Saïd Bouteflika, ta responsabilité est énorme. Quand je pense – encore une photo ! – que tu as osé aller polluer l’enterrement de Mohamed Said Mazouzi qui est antinomique de vous tous, ce brave révolutionnaire et ministre intègre qui était dans la continuation du 1er Novembre ! Vous êtes les héritiers du colonialisme et les valets du néocolonialisme. Ceux qui méritent la matraque, ce sont les Saïd Bouteflika, les Khelil, Haddad, Bouchouareb, Ghoul, etc. tous ces gangsters en col blanc qui défigurent notre patrie, pas les enseignants et les simples citoyens. Il faut en finir avec la guerre des clans et une fois pour toutes entrer dans la seule évolution que l’Algérie aurait du amorcer depuis longtemps, une Algérie des institutions et pas de l’homme providentiel et de l’informel qui n’existe pas. Vous êtes étrangers à tout bon sens, vous êtes contre-nature. Maintenant, nous ne voulons qu’une chose, c’est que vous preniez vos cliques et vos claques et que vous dégagiez à tout jamais. Le moment est venu pour l’armée, je le répète, de prendre ses responsabilités. C’est une situation difficile, mais elle sera pire encore si nous attendons. Il y a beaucoup de travail à faire, et malheureusement notre armée est débordée. Le clan de Saïd en profite pour se livrer à ses magouilles au moment où nous avons des soldats qui meurent, où le terrorisme et des armes en provenance de Libye essaient d’entrer. Où est ton mur, Saïdani ? On a vu le mur de Gaza, celui de Berlin qui s’est effondré, où est le tien pour soutenir l’armée ? Vous jouez avec la vie et l’honneur des gens. L’armée n’a pas besoin de vous ni de votre soutien, et l’Algérie non plus, bien au contraire, elles se porteront mieux sans vous. Vous ne défendez que vos intérêts, vous êtes aveuglés par le pouvoir et votre place est dans un asile psychiatrique ou en prison, et vous utilisez un vieillard affaibli pour conserver vos acquis. Si Valls a montré le président dans cet état, c’est parce que vous le lui avez exhibé. Et vous n’avez pas honte ? Toi qui a visité la Chine, tu sais, Saïdani, ce qu’on fait en Chine quand on nomme un responsable ? On lui fait d’abord visiter les prisons. C’est une pratique courante qui signifie que si tu touches à l’argent public, voilà où tu finis. Ce qu’il nous faut, c’est un régime où si tu commets une faute, tu reçois une balle dans la tête. Tu touches à la caisse, une balle dans la tête. Pas un d’entre vous ne survivrait.

Les enfants du peuple sont aux frontières, dans les montagnes, nos fils vivent un stress quotidien et meurent dans les attentats, et vous continuez à piller, à festoyer dans le faste à Club de Pins. L’Algérie doit passer à autre chose. J’en appelle aux hommes intègres, aux patriotes qui sont dans l’armée pour en finir avec cette gabegie. Si on n’arrête pas ces dérives, le pays va s’effondrer. Il faut stopper cette hémorragie. Plus personne ne supporte ce qu’il se passe en ce moment. La seule force qui existe en Algérie doit agir avant que ces gens-là ne fassent disparaître le pays en privilégiant leurs intérêts personnels et ne nous ramènent le dépècement. L’Algérie traverse une crise sans précédent qui menace son existence, jamais nous n’avons connu une telle situation. Jamais nous n’avons connu la présidence mise à mal de cette façon, avec une Constitution qui lui donne tous les pouvoirs alors qu’il n’est plus capable d’en exercer aucun. Est-ce que c’est sérieux ? Il faut que l’armée assume à nouveau son rôle historique en conduisant l’Algérie vers une deuxième République et vers un État qui ne soit pas un état second dans lequel vous nous avez tous plongés. Cela paraît un vœu pieux, mais non, ce pays doit avancer sans ceux qui sont des facteurs d’échec. Lae clan des Bouteflika et leur clientèle a échoué sur toute la ligne. Quand on n’arrive pas à éviter une visite humiliante à un président, c’est la preuve que l’on n’est bon à rien, et surtout pas à diriger un pays. Nous sommes la risée de la planète et nous ne pouvons que pleurer sur notre sort et sur celui de notre patrie, et espérer nous débarrasser de ceux qui nous ont menés là où nous sommes. C’est aux patriotes qui existent de prendre sur eux, comme ils l’ont toujours fait, même si la situation est difficile, sinon ce sera le scénario du pire. Nous avons un lien sacré avec notre patrie, et l’état dans lequel elle se trouve nous fait mal. Ce lien, vous, les gangsters en col blanc, vous ne l’avez pas et que vous ne l’aurez jamais. Vous êtes les compradores, vous ne voyez l’Algérie que comme un compte en banque, un bizness, un trafic, de l’argent. Il n’y a aucun amour du pays là-dedans. Des gangsters ne peuvent pas avoir un pays. Votre pays, c’est un casino à Monaco. Vous pouvez vivre partout ailleurs, à Barcelone, à Paris, au Maryland, ou à Dubaï, du moment que vous puissiez jouir de l’argent du peuple que vous avez détourné. Partez. Le nouveau consensus doit se faire, c’est une question de vie ou de mort qui doit être réglée très vite avant que l’Algérie tombe. Quelle leçon allons-nous donner aux générations à venir ? Qui a commis la faute ? Qui nous a ramenés là ? Comment allons-nous pouvoir éduquer nos enfants ? Notre génération a été sacrifiée, qu’allons-nous faire des autres ? Une race de voleurs, de profiteurs, de traîtres ?

Les pouvoirs faibles, sans un arbitrage de poids, favorisent toujours l’intervention étrangère, et dans ce cas de figure, le destin de l’Algérie se joue à l’extérieur. Ce sont les puissances occidentales qui décident, et les USA ont laissé les Français faire le boulot pour ensuite rafler la mise comme cela s’est produit en Libye. Personnellement, je n’ai jamais cessé de combattre les ennemis de l’Algérie : les sionistes, les Français, que vous avez tous accueillis. J’ai écrit sur Taubira qui est venue vous sortir une nouvelle fois l’affaire des moines de Tibhirine, j’ai écrit sur Fabius en citant les frasques de son fils dans les casinos, et tant d’autres. Nous, on tenait tête à Trévidic, au « qui-tue-qui », pendant que vous receviez tous nos ennemis en vous mettant à genoux, vous donniez tous les projets à la France. Maintenant bouffez-vous entre associés, ce n’est pas notre histoire. Nous, notre problème, c’est que notre pays avance et qu’il ne s’effondre pas sur fond d’une guerre de clans par la faute de quelques voyous qui ne payent même pas leur impôts, comme ce kharay d’Ali Haddad et Cie. Je ne parle même pas de Bouchouareb et de ses comptes off-shore, il ne m’intéresse pas. Vous êtes tous off shore. Vous êtes un pouvoir off shore qui place son argent dans des banques off shore ! Vous cherchez à vous refaire une virginité dans des zaouias off-shore. Chez vous, la politique est off shore, tout est off shore ! Même la religion est devenue off shore ! Le commencement de la résolution de la crise est de vous faire dégager, car un pouvoir comme le vôtre nous a ramenés exactement où nous sommes. Et l’image de Bouteflika avec Valls, nous ne sommes pas près de l’oublier et ce n’est pas le gitan Valls qui est coupable, on le connaît, c’est un sioniste invétéré comme Fabius est un autre sioniste, ou comme la maire de Paris qui est aussi une sioniste. Et vous les avez tous reçus, y compris le chef des étudiants juifs de France ! Aucun d’entre eux ne nous fera de cadeau. C’est vous qui êtes coupables ! La main de l’étranger, c’est vous et celle qui blanchit Chakib Khelil. L’ennemi du pays, c’est vous. Vous et Daech, c’est le même combat. L’armée doit jouer son rôle d’arbitrage et d’accompagnement vers un État fort. L’Algérie vous survivra. Toutes les crapules qui ont humilié un peuple, saigné un pays, le payeront. La malédiction des martyrs vous poursuivra tous et fera de vous des parias honnis. Chacun portera le poids de ses responsabilités devant l’histoire. Bien d’autres nations ont essayé de casser ce pays, nos ancêtres ont combattu pendant des siècles et ont préservé l’honneur de l’Algérie. On se demande si avec vos doubles et vos triples nationalités, vous avez encore en vous quelque chose d’algérien. Rentrez dans vos loges, les danseuses du ventre, nous ne voulons plus voir vos tronches de truands. Dégagez ! Ouste ! Allez au diable !

Mohsen Abdelmoumen

Published in Oximity, April 24, 2016: https://www.oximity.com/article/L-Alg%C3%A9rie-en-photos-Valls-Boutefl-1

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.250416.htm

Publié dans Articles