James Howard Kunstler : « Plus les médias sont tapageurs, plus notre vie intellectuelle se dégrade »

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

James Howard Kunstler. DR.

James Howard Kunstler. DR.

Mohsen Abdelmoumen : Qu’est-ce qu’un espace urbain pour James Howard Kunstler ?

James Howard Kunstler : Je pense que nous pouvons convenir qu’un espace urbain est une colonie humaine de bâtiments qui peuvent exister à n’importe quelle échelle entre un village et une méga-ville. À leur meilleur, ils partagent des caractéristiques similaires, bien que l’échelle puisse être différente. Par exemple, ils ont tendance à s’auto-organiser comme serrés et denses au centre et de moins en moins lorsque vous vous déplacez du centre vers le bord. Encore une fois, à son meilleur, on peut penser à la condition urbaine comme suit : un quartier peut être un village ; plusieurs quartiers et un quartier d’affaires, et/ou quartier industriel, peut être une ville ; de nombreux quartiers avec de nombreux districts spéciaux constituent une grande ville. Je dis « à son meilleur » parce qu’aux États-Unis nous avons évolué vers une version bâtarde de la banlieue qui est très déficiente dans sa forme physique et son organisation sociale par rapport au meilleur de l’urbanisme mondial. Son évolution est une histoire en soi sur laquelle j’ai écrit des livres entiers. La vie américaine a énormément souffert de la façon dont nous avons arrangé les choses sur le paysage, avec la motorisation obligatoire pour relier le tout. Je m’y réfère comme « un agencement de vie sans avenir ». La plupart des autres sociétés dans le monde ont des villes authentiques avec une forme physique beaucoup plus satisfaisante et des activités mieux intégrées.

« L’American way of life » est-il exclusivement lié au marché du pétrole ?

Il est juste de dire que l’habitat de la banlieue dépend absolument de l’industrie pétrolière. L’industrie pétrolière est entrée dans une situation historique : il n’y a plus de pétrole à bon marché. Malheureusement, les sociétés industrielles ne peuvent pas supporter le coût de production élevé du pétrole sur lequel elles sont conçues. La nature exacte du dilemme peut être résumée dans l’équation suivante :

Le pétrole de plus de 75 dollars le baril écrase les économies industrielles. Le pétrole de moins de 75 $ le baril détruit les compagnies pétrolières.

Il n’y a pas de juste milieu dans ce gradient.

Par conséquent, l’Amérique est en train de se briser en essayant de conserver son mode de vie dans une infrastructure dans laquelle nous ne pouvons plus nous permettre de vivre. Pour aggraver les choses, il n’y a presque pas de conscience du problème. Le faible prix actuel du pétrole – 45 $ le baril pendant que j’écris – va ruiner la production pétrolière aux États-Unis. Le tant vanté « miracle du pétrole de schiste » était une sorte de truc de salon accompli avec des volumes extraordinaires de financement à haut risque « d’obligations de pacotille ». Les compagnies pétrolières produisent comme des malades au service de cette dette. Mais en même temps, elles perdent de l’argent et vont à la rupture avec le prix à 45 $ le baril. Du côté de la demande, la classe moyenne est également en rupture d’une économie qui a été martelée par plusieurs années à 100 $ le baril de pétrole. Ils peuvent bénéficier temporairement du bas prix de l’essence, mais dans peu de temps ils seront incapables de se permettre d’acheter les voitures pour l’y mettre. Il y a un horizon bien plus court sur cette histoire que ne l’imaginent la plupart des Américains.

Vous êtes un intellectuel très intéressant. Vous dérangez, comme on l’a vu avec Charles Bensinger deRenewable Energy Partners du Nouveau – Mexique, et pourtant le Département américain de l’Énergie est arrivé à des conclusions proches des vôtres. Pourquoi le fait d’être un visionnaire dérange-t-il autant ?

Cela ne me dérange pas d’être un observateur commentant publiquement. Bien sûr, peu de gens en Amérique veulent entendre le message selon lequel nous devons accomplir de nouveaux arrangements pour la vie quotidienne. Vous pouvez attribuer cela à « la psychologie de l’investissement précédent ». Nous avons entraîné des générations de notre trésor national dans cette infrastructure suburbaine de la vie quotidienne qui n’a aucun avenir. Donc, nous ne pouvons pas imaginer de la lâcher, ou même de la réformer. Trop d’intérêts personnels seront affectés par les développements inquiétants sur la scène pétrolière, donc ils ne veulent pas en entendre parler.

Vous êtes un promoteur du mouvement New Urbanism. Pouvez-vous nous expliquer ce concept ?

Le mouvement du Nouvel Urbanisme s’est groupé autour de 1993. Il était consacré à la réforme de l’industrie du développement immobilier, pour les secouer de leur habitude acquise de construire « l’étalement de la banlieue », et revenir à des modes traditionnels de conception urbaine, à savoir des centres-villes à usage mixte compacts et praticables, piétonniers, des quartiers et des villes construits avec une attention consciente à l’art. Le mouvement a été dirigé par des personnes extrêmement capables qui ont conçu une approche systématique pour rendre des lieux dignes de notre affection, avec certaines perspectives de durabilité à long terme. Le public a répondu avec enthousiasme au message parce qu’il avait trop longtemps souffert de vivre dans des lieux qui les punissaient psychologiquement et économiquement, des endroits qui, surtout, ne valaient pas la peine que l’on s’en soucie : l’archipel continental des terrains de stationnement en friche, les quartiers résidentiels monotones et les horribles routes commerciales. Ils désiraient quelque chose de mieux.

Vous avez enseigné à Harvard, Yale, MIT, etc. et vous faites partie de plusieurs organisations très importantes. Je vois en vous un homme et un intellectuel de synthèse qui appréhende plusieurs domaines en même temps. Vous êtes un iconoclaste. Pour parvenir à vos conclusions, la solitude n’est-elle pas une nécessité ?

Je n’ai pas enseigné dans ces universités. J’y donne des conférences occasionnelles. Mais je n’y ai aucun poste ni nomination. Je fonctionne comme un écrivain indépendant depuis que j’ai « abandonné » le journalisme d’entreprise dans les années 1970 – même si j’ai continué à publier des articles indépendants dans des journaux mainstream et autres. Depuis les dix dernières années, je tiens un blog hebdomadaire populaire sur Internet. Entre mes livres de commentaires sociaux, j’écris des romans. Je ne suis ni solitaire ni isolé, bien que j’écrive ces livres et ces articles seul dans une pièce, comme n’importe quel écrivain. Ma vision de la situation générale n’est pas conforme au consensus populaire. Mais nous vivons un temps ici en Amérique dans lequel nous ne savons pas ce qui nous arrive et ne pouvons pas construire un consensus cohérent. La vie est parfois tragique et les sociétés font parfois de mauvais choix, ou développent des idéologies stupides. Nous vivons une telle période dans mon pays. Par conséquent, nous allons probablement connaître des difficultés lorsque la réalité nous obligera à nous comporter différemment de ce que nous avons l’habitude de faire.

Vous connaissez très bien le monde de la presse pour avoir travaillé dans plusieurs journaux dont Rolling Stones et The New York Times Sunday Magazine. Le monde de la presse peut-il comprendre les thématiques développées par l’intellectuel que vous êtes ?

Eh bien, je suppose qu’en théorie ils pourraient, mais la presse n’est pas disposée à entretenir des idées comme la mienne de nos jours. Depuis le fiasco financier de 2008, l’Amérique est entrée dans une ère de vœux pieux, en essayant de se convaincre que le mode de vie actuel ici pourrait se poursuivre par d’autres moyens que les combustibles fossiles. Mon point de vue est que c’est pure folie, et donc j’ai écrit un livre entier à ce sujet publié en 2012 : Too Much Magic; Wishful Thinking, Technology and the Fate of the Nation (Trop de magie; prendre ses désirs pour la réalité, la technologie et le destin de la nation). Le livre a été ignoré par la presse, bien sûr.

Votre livre The Geography of Nowhere est un constat du délabrement du tissu urbain américain. Personnellement, cela me fait penser à la ville de Detroit. Cette ville n’est-elle pas le miroir d’un pays ?

Il y avait un chapitre entier sur Detroit dans ce livre, qui a été publié en 1993. Vingt-cinq ans plus tard, il ne reste presque plus rien de cette ville, du moins du centre – j’y étais justement en juin dernier pendant plusieurs jours. En fait, nos villes à travers le pays sont toutes dans des conditions très différentes en ce moment. Beaucoup de vieilles villes du centre-ouest, dont Detroit, sont dans un état de décrépitude avancée et de désolation, bien qu’elles soient entourées par des anneaux de banlieue encore en fonctionnement. Certaines de nos villes occidentales comme Phoenix et Los Angeles sont principalement composées de tissu centré sur l’automobile. Il n’y a presque pas de tissu traditionnel en elles. Pour le moment, elles sont en plein essor, mais je pense qu’elles font face à un destin très sombre qui a trait à leurs maigres approvisionnements en eau et leur incapacité de fonctionner sans motorisation incessante. New York est un cas particulier parce que la financiarisation de l’économie a eu pour effet de concentrer une richesse immense là-bas, qui a été utilisée pour rénover de nombreux quartiers anciens – par exemple le Lower Manhattan et l’immensité de Brooklyn. Dans une certaine mesure, la financiarisation a également apporté des conditions favorables à Boston, Chicago et San Francisco. Washington, bien sûr, bénéficie de vastes quantités de cadeaux issus des opérations de racket liées au gouvernement, elle est donc maintenant parmi les endroits les plus riches du pays. Et puis, il y a les « villes Sunbelt » (ndlr : ceinture méridionale des États-Unis) comme Atlanta, Dallas, Miami, Houston, Orlando qui ont prospéré en grande partie en raison de la climatisation bon marché. Quand ce n’est plus disponible, elles dépérissent.

Comment expliquez-vous que l’humanité ait régressé au point où des intellectuels « touche-à-tout » ont à peu près disparu ?

L’attention des gens même intelligents est désespérément fragmentée et distraite avec tous les médias électroniques. Et nous menons des vies de plus en plus frénétiques, en particulier les esclaves d’entreprise qui travaillent de nos jours plus longtemps et plus durement que jamais. Moins de gens lisent des livres ou ont le temps de réfléchir, ou de participer à la vie intellectuelle en dehors du web. Ce sont de toute évidence les rendements décroissants de la technologie au travail. Plus les médias sont tapageurs, plus notre vie intellectuelle se dégrade. Cela se reflète, à son tour, dans notre politique insensée.

The long emergency est un livre très important. Peut-on le considérer comme un constat de la faillite du consumérisme et la nécessité d’aller vers autre chose ?

Je suppose que c’en est un point de vue. C’est une méditation sur l’histoire et le fonctionnement de la civilisation, en particulier dans sa phase culminante. Merci pour le compliment.

Vous êtes publié partout et vous êtes un intellectuel qui a suscité des polémiques. Êtes-vous satisfait d’être un homme de synthèse ?

Ha! Je viens de terminer l’écriture d’un livre et je ne suis même pas certain que mon éditeur le voudra. Voilà comment ça se passe dans ce secteur d’activité. Il devient aussi de plus en plus dur d’y gagner sa vie. J’ai eu une carrière de conférencier animée et assez bien payée jusqu’à ce que les guerriers de la soi-disant justice sociale soient devenus fous sur les campus universitaires américains. Et maintenant, les responsables – les doyens et les présidents de département – ne recrutent pas de conférenciers comme moi parce que les étudiants sont si facilement « offensés » par des idées gênantes. Il y a maintenant une espèce de maoïsme à la dérive dans ces collèges qui est en train de détruire rapidement presque entièrement la vie intellectuelle de l’Académie. Ce n’est pas un sujet de plaisanterie. J’ai eu plusieurs rencontres désagréables avec ces idiots despotiques et maintenant je suis complètement indésirable. Cela a atteint les dernières limites de l’absurdité cette année et je pense que nous pourrions voir un tour dans l’autre sens avant longtemps.

L’intellectuel, l’artiste peintre, et l’auteur prolifique que vous êtes ne dépasse-t-il pas le monde actuel empêtré dans ses vieux codes ? Ne faut-il pas être un extraterrestre pour réfléchir « out of the box » ?

J’accepte la responsabilité de mes idées et je refuse d’être un pleurnicheur sur la position que j’occupe dans l’arène. Le monde peut faire de moi ce qu’il veut. Ou pas. Je ne suis pas commercialement populaire. Pour autant que je sache, mon audience est assez modeste. Personne ne m’attribue des prix. Mais cela fait que je ne suis pas en prison non plus. Du moins pas encore. Quoi qu’il en soit, j’aime vraiment l’acte d’écrire en soi. J’aime composer la prose anglaise. Ça m’amuse. Mon blog hebdomadaire me permet de trouver beaucoup de gags amusants. Dans une certaine mesure, je me considère comme un fantaisiste.

Pour aborder les récentes élections américaines, peut-on dire que l’élection de Donald Trump nous a évité un affrontement direct voire une guerre nucléaire avec la Russie, sachant qu’Hillary Clinton est une belliciste invétérée ? Le peuple américain n’a-t-il pas évité le pire à l’humanité ?

Je suis évidemment déconcerté par notre attitude belliqueuse envers la Russie ces dernières années. Nous exécutons des jeux de guerre à leur frontière, déstabilisons leurs anciennes provinces comme l’Ukraine et ensuite nous nous plaignons qu’ils sont agressifs ? C’est aberrant. Je n’ai aucune idée pourquoi les gens d’Obama ont agi de la sorte, ou pourquoi Hillary était si agressive. Je n’ai pas voté pour Hillary ou Trump, et je n’ai pas une haute estime pour le vainqueur de l’élection. Il ne se présente pas comme un type prudent. Personnellement, je pense que la période de M. Trump en fonction sera marquée par de grandes tribulations financières qui seront très dures pour la nation.

Comment expliquez-vous le fait qu’Hillary Clinton, après avoir elle-même avoué sa défaite, ait chargé Jill Stein de mener une campagne pour recompter les voix dans certains États, notamment dans le Wisconsin ? N’est-elle pas en train de montrer une mauvaise image de l’Amérique au monde entier ?

Hillary est juste une perdante en colère, c’est tout. Je ne pense pas que cela affectera le résultat. J’espère qu’elle va juste retourner à sa broderie et se taire. Ou peut-être cuire des biscuits!

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est James Howard Kunstler ?

James Howard Kunstler est un auteur américain, critique social, conférencier et blogueur. Il est diplômé de l’Université d’État de New York, Brockport campus, et a travaillé comme journaliste et chroniqueur pour un certain nombre de journaux, et en tant que rédacteur du magazine Rolling Stone. En 1975, il a tout abandonné pour écrire des livres à temps plein. Il vit dans le comté de Washington, État de New York.

J. H. Kunstler donne des conférences sur des sujets liés à la banlieue, au développement urbain et aux défis de ce qu’il appelle « la situation mondiale du pétrole », et au changement qui en résulte dans l’ »American Way of Life ». Il a été conférencier à Harvard, Yale, Columbia, Princeton, Dartmouth, Cornell, MIT, RPI, l’Université de Virginie et dans de nombreux autres collèges, et il a comparu devant de nombreuses organisations professionnelles telles que l’AIA, l’APA, et le National Trust for Historic Preservation.

En tant que journaliste, J. H. Kunstler continue à écrire pour The Atlantic Monthly, Slate.com, Rolling Stone, The New York Times Sunday Magazine, et sa tribune libre où il couvre souvent les questions environnementales et économiques. Il est également un des principaux partisans du mouvement connu sous le nom « New Urbanism. »

Au cours des 14 premières années de sa carrière d’écrivain (1979-1993), J. H. Kunstler a écrit plusieurs romans parmi lesquels : The Halloween BallAn Embarrassment of Riches and Maggie Darling, a Modern Romance. Depuis le milieu des années 1990, il a écrit plusieurs livres de non-fiction sur le développement de la banlieue et la diminution des approvisionnements mondiaux du pétrole.

Parmi ses livres de non fiction : Geography of Nowhere (1993) est une histoire de la banlieue américaine et du développement urbain ; Home from Nowhere (1996) est une continuation de cette discussion en mettant l’accent sur les remèdes ; The City in Mind: Notes on the Urban Condition (2001) est un regard sur les villes, ici et à l’étranger, une enquête sur ce qui les rend grandes ou misérables, et en particulier ce que l’Amérique va faire avec ses villes mutilées ; The Long Emergency (2005) traite des défis posés par la crise pétrolière mondiale permanente à venir, le changement climatique et d’autres « catastrophes convergentes du 21e siècle » ; Too Much Magic (2012) détaille les espérances perdues et que les remèdes technologiques de secours règleraient les problèmes détaillés dans The Long Emergency.

Son site web : http://kunstler.com/

Published in English in American Herald Tribune, December 02, 2016: http://ahtribune.com/us/1369-james-howard-kunstler.html

In oximity: http:// https://www.oximity.com/article/James-Howard-Kunstler-Plus-les-m%C3%A9-1

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.041216.htm

Publié dans Interviews