Dr. Riane Eisler : « Les mass médias continuent à normaliser la violence »

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Le Dr. Riane Eisler. DR.

Le Dr. Riane Eisler. DR.

Mohsen Abdelmoumen : Pouvez-vous nous expliquer le terme "culture de la domination" ?

Dr. Riane Eisler : Beaucoup de gens croient aujourd’hui que les élections mèneront à la liberté et à l’égalité. Mais les gens votent souvent pour les dirigeants régressifs – dramatiquement illustré par la récente élection comme président des États-Unis d’un homme qui a promis la loi des hommes forts, qui tolère la violence, dégrade les femmes, et alimente la peur et le bouc émissaire.

Pour comprendre et changer cela, nous avons besoin d’une nouvelle pensée. Des linguistes psychologues ont trouvé que les termes qui nous sont disponibles canalisent notre pensée. La nouvelle pensée exige donc un nouveau langage.

Nos catégories sociales traditionnelles – telles que les anciennes contre les modernes, les technologiquement développées contre les non développées, les capitalistes contre les socialistes, les orientales contre les occidentales, et les religieuses contre les séculaires – fragmentent notre pensée. Chacune ne décrit qu’un aspect particulier d’un système social. Et toutes ne tiennent pas compte des résultats de la psychologie et des neurosciences montrant que ce que les enfants expérimentent et observent impacte la façon dont leurs cerveaux se développent – et donc leurs croyances, sentiments et actions, y compris la façon dont ils votent.

Bien que les gens peuvent changer, et le font, tout au long de leur vie, les premières expériences et relations sont cruciales. Si les enfants observent qu’un type de personne (femme) est considéré comme inférieur, pour être dominé et pour servir un autre type (les hommes), ils acquièrent une carte mentale pour assimiler toutes les différences – qu’elles soient fondées sur la race, la religion, l’appartenance ethnique, etc. – avec supériorité ou infériorité, dominant ou dominé, étant servi ou servant. Si les enfants voient dans leur famille que la violence de ceux qui sont plus puissants envers ceux qui sont moins puissants est une façon acceptable de traiter les conflits et/ou les problèmes, ils apprennent à accepter cela. Ils apprennent qu’il est très douloureux de remettre en cause les ordres, peu importe leur brutalité ou leur injustice. Ils apprennent à s’identifier à ceux qui sont dans le contrôle et à détourner leur douleur et leur colère vers des «groupes extérieurs».

Heureusement, certaines personnes rejettent ces enseignements. Mais malheureusement beaucoup les reproduisent, non seulement dans leurs relations intimes, mais dans toutes les relations – y compris internationales. Cela se manifeste à partir de la petite enfance par la façon dont les gens votent, y compris l’élection de dirigeants «forts» et votant pour des politiques dans lesquelles il y a toujours de l’argent pour les armes, les prisons et les guerres, mais pas d’argent pour les politiques qui, dans les systèmes de domination, sont associés à la souplesse et à la féminité, comme le soin aux personnes.

Les nouvelles catégories sociales du système de domination et du système de partenariat tiennent compte de ces résultats. Ils décrivent des configurations sociales qui ne sont pas visibles à travers les lentilles de nos anciennes catégories sociales.

Ces nouvelles catégories expliquent pourquoi, pour Hitler, une priorité absolue était d’amener les femmes à retrouver leur place «traditionnelle» dans une famille «traditionnelle» – codes pour une famille autoritaire de haut en bas, dominée par les hommes. C’était aussi une priorité pour Staline dans l’ex-Union soviétique, Khomeiny en Iran, et les talibans en Afghanistan et au Pakistan. En fait, c’est une priorité absolue pour tous les soi-disant fondamentalistes religieux d’aujourd’hui – à la fois orientaux et occidentaux – qui, certainement pas par coïncidence, reviennent aussi à des «guerres saintes» et à la règle théocratique de haut en bas comme étant ordonnée par dieu.

Nous voyons ces connexions à travers la culture et à travers l’histoire. Les sociétés qui adhèrent étroitement au système de domination – qu’elles soient laïques comme l’Allemagne nazie en Occident et la Corée du Nord de Kim Jong Un à l’Est, ou religieuses comme ISIS au Moyen-Orient et Boko Haram en Afrique – ont la configuration de base suivante : 1. règle autoritaire dans la famille et l’État ou la tribu, avec des hiérarchies rigides de domination ; 2. supériorité de la moitié masculine de l’humanité sur la moitié féminine et valorisation des traits et activités dits « durs » ou « masculins » comme la domination et la violence ; 3. un degré élevé de violence institutionnalisée ou intégrée, depuis l’épouse et l’enfant battus jusqu’à la guerre et le terrorisme, car la peur et la force en fin de compte maintiennent les hiérarchies de domination – que ce soit l’homme sur l’homme, l’homme sur la femme, la race sur la race, la religion sur la religion, et ainsi de suite ; 4. les récits normatifs qui présentent la domination et la violence comme étant divine ou naturellement ordonnée.

Une fois que nous comprenons ces configurations sociales, nous pouvons développer l’agenda progressiste intégré, nécessaire pour construire ce dont nous avons besoin: les sociétés qui s’orientent vers le partenariat plutôt que l’extrémité de domination de l’échelle sociale.

Pouvez-vous nous parler de l’antagonisme entre « Partnership Society » et « Domination culture » ?

Dans les sociétés qui s’orientent vers le système de partenariat – qu’elles soient anciennes comme Catal Huyuk (ndlr : ville néolithique d’Anatolie) et d’autres cultures néolithiques préhistoriques ou modernes comme la Suède, la Norvège et la Finlande – nous voyons une configuration différente: 1. une organisation plus soucieuse et démocratique dans la famille et l’État ou la tribu, avec des hiérarchies de réalisation personnelle où le pouvoir est utilisé pour responsabiliser plutôt que pour mettre en situation de faiblesse ; 2. les deux moitiés de l’humanité sont également valorisées, et les valeurs soi-disant «féminines» ou «douces» telles que les soins et la non-violence (qui sont considérés comme «efféminés» dans les systèmes de domination) sont très appréciées, que ce soit chez les femmes ou les hommes ; 3. un mode de vie moins violent, puisque la violence n’est pas nécessaire pour maintenir un classement rigide de la domination, que ce soit dans les familles ou dans la famille des nations ; 4. les croyances qui présentent des relations de respect mutuel, de responsabilité et de bénéfices comme naturels, et qui soutiennent les hiérarchies de réalisation personnelle, où la responsabilité et le respect découlent des deux côtés plutôt que du bas vers le haut comme dans les hiérarchies de domination.

Aucune société n’est un pur partenariat ou un système de domination. Mais en regardant l’histoire de l’homme à travers la lentille de l’échelle sociale partenariat-domination, nous voyons des modèles qui ne sont pas visibles à travers les lentilles des catégories sociales conventionnelles, telles que droite contre gauche, religieux contre séculaire, Est contre Ouest, ancien contre moderne, et ainsi de suite. Nous voyons que, tout au long de l’histoire et de la préhistoire, le système de partenariat et le système de domination ont été deux possibilités sociales sous-jacentes.

Nous voyons également autre chose d’une importance cruciale. Ceux qui nous poussent à revenir à un système social plus autocratique, violent et injuste travaillent uniformément pour maintenir ou imposer des classements rigides de domination dans le genre et les relations parent-enfant.

Cependant, pour de nombreuses personnes qui se considèrent progressistes, les droits des femmes et des enfants sont «juste» des questions de femmes et d’enfants. Alors que les rétrogrades ont eu un programme de domination intégré, les progressistes n’ont pas de programme de partenariat intégré.

Les progressistes ont mis l’accent sur le démantèlement du sommet de la pyramide de domination : l’injustice politique et économique et la domination. Mais ils ont accordé beaucoup moins d’attention à l’injustice et à la domination dans le genre et les relations parent-enfant – les relations dont les enfants apprennent tout d’abord ce qui est considéré comme normal ou anormal, possible ou impossible, moral ou immoral. Par conséquent, la base sur laquelle repose la pyramide de domination a continué à se reconstruire sous des formes différentes – qu’elles soient religieuses ou laïques, orientales ou occidentales, nordiques ou du Sud.

Jusqu’à ce que progressistes abandonnent les traditions de domination, d’injustice et de violence dans nos relations humaines primaires, nous manquerons des bases solides pour un monde plus équitable, plus pacifique et plus soucieux. Construire ces fondations nécessite un programme progressiste intégré.

The Calice and the Blade : Our History, Our Future (le calice et l’épée : notre histoire, notre avenir) est un livre phare, il est la quintessence de la réflexion humaine. Si vous me le permettez, où avez-vous trouvé l’inspiration de cette œuvre majeure ?

Le livre rend compte des résultats de recherches multidisciplinaires, transculturelles et transhistoriques sur plusieurs décennies. J’ai entrepris cette recherche pour essayer de répondre à une question profondément enracinée très tôt dans mes expériences de vie. J’étais une enfant réfugiée d’un régime de domination vicieux. Mes parents et moi avons dû fuir ma Vienne natale à cause des nazis. Nous avons fui la nuit, sans emporter plus que ce que nous pouvions porter, et nous avons eu la chance d’obtenir un permis d’entrée à Cuba. Nous sommes arrivés sur l’un des derniers navires avant le St. Luis, un navire transportant 1000 réfugiés juifs d’Europe qui avait été renvoyé non seulement par le gouvernement cubain mais par tous les pays de l’hémisphère occidental. C’était le cas du test nazi, et ils ont appris qu’aucune nation ne s’est souciée de ce qui est arrivé aux Juifs. Ils ont donc procédé à leur «solution finale» et ont assassiné 6 millions de Juifs, dont mes grands-parents et la plupart de mes tantes, oncles et cousins. Tout cela m’a conduit à des questions qui me hantent : comment peut-il y avoir tant de cruauté, d’injustice et de violence ? Est-ce inévitable ? Ou y a-t-il des alternatives – et si oui, quelles sont-elles ?

Telles étaient les questions qui ont finalement conduit à mes recherches de réexaminer la longue durée de l’évolution culturelle humaine. D’autres expériences précoces m’ont motivée, par exemple grandir dans les bidonvilles industriels de La Havane, où j’ai vécu une extrême pauvreté avec beaucoup d’autres, une expérience qui était également liée aux questions sur les possibilités humaines qui ont animé mes recherches et m’ont amené à écrire Le Calice et la Lame, puis Le Plaisir Sacré, et d’autres livres plus orientés vers l’action , tels que Les enfants de demain, sur l’éducation de partenariat et La vraie richesse des nations sur une nouvelle économie.

Vous êtes la présidente du Center for Partnership Studies, pouvez-vous nous parler de cette organisation et quel est son impact ?

Le Center for Partnership Studies (CPS) est un organisme sans but lucratif exempt d’impôt qui a été fondé en raison de la vague de fond en réaction à The Chalice and the Blade – tant de gens voulaient se réunir pour apprendre davantage et travailler ensemble pour bâtir un avenir plus pacifique, plus équitable et plus durable.

Le Centre existe depuis 30 ans et, depuis plusieurs années, son programme principal est la Campagne pour l’économie solidaire (CEC), inspirée de The Real Wealth of Nations (La vraie richesse des nations). Une composante majeure de ce programme a été l’élaboration d’indicateurs économiques de la richesse sociale (SWEI) qui documentent les énormes avantages économiques de l’investissement dans les soins, et les conséquences désastreuses de la dévalorisation.

Les SWEI vont au-delà du PIB ainsi que la plupart des «alternatives PIB». Ils montrent que les États-Unis sont loin derrière les autres pays développés qui investissent dans les soins familiaux, les soins de santé, l’éducation précoce et l’intendance environnementale – et doivent les rattraper, pour des raisons humaines, environnementales et économiques.

La CEC offre des formations en ligne pour les agents de changement dans le monde entier, préparant les participants à être des défenseurs efficaces des politiques gouvernementales et commerciales qui aident les gens à sortir de la pauvreté et du stress d’essayer de concilier famille et emploi.

À plus long terme, l’objectif du programme est de modifier les valeurs insensibles qui guident les systèmes économiques actuels, ce qui exige un passage du système de la domination au système de partenariat.

CPS propose également des cours en ligne tels que mon «Changer notre histoire, Changer nos vies». Maintenant, nous offrons également des services de consultation aux personnes et aux organisations qui souhaitent élaborer et mettre en œuvre un programme progressif intégré, en se concentrant sur quatre pierres angulaires: l’enfance, le genre, l’économie et les récits. Ce sont des fondations pour construire une manière de vivre plus soucieuse, durable, moins stressante et de gagner sa vie. La politique suivra, puisque la politique est très différente selon le degré auquel un moment ou un lieu s’oriente vers le partenariat ou la domination à la fin de l’échelle sociale.

Nous offrons de nombreuses ressources pour ce travail fondamental, à partir des livres que j’ai mentionnés plus tôt à une richesse de ressources en ligne à www.centerforpartnership.org.

En 2007, vous avez écrit The Real Wealth of Nations: Creating a Caring Economics (La vraie richesse des nations: Créer une économie attentionnée)Ce livre est à contre-courant de ce qu’affirment les thèses ultralibérales et a été écrit avant la crise financière de 2008. Avez-vous senti venir cette crise ?

Oui, parce que je pouvais voir que les systèmes économiques actuels ne sont pas durables. J’ai aussi vu qu’il y a des problèmes profonds, des défis technologiques, économiques, environnementaux et sociaux sans précédent que ni le capitalisme ni le socialisme ne peuvent résoudre.

Tant le capitalisme que le socialisme sont sortis des premiers temps industriels il y a des siècles, et nous ne sommes pas bien entrés dans l’ère post-industrielle. Au-delà de cela, les deux sortent des temps où le système de domination était encore plus fermement ancré. Donc, ni Adam Smith ni Karl Marx n’ont envisagé de prendre soin des personnes, à partir de la petite enfance, et de prendre soin de notre environnement naturel «travail productif». Nous avons hérité de ce système déformé de valeurs !

Si nous réexaminons la critique du capitalisme comme injuste et exploitant du point de vue du continuum partenariat-domination, nous voyons qu’il s’agit en fait d’une critique de la domination économique – qu’il soit ancien ou moderne, occidental ou oriental, féodal, monarchique ou totalitaire. Bien avant que les capitalistes milliardaires n’amassent des fortunes, les pharaons égyptiens et les empereurs chinois ont accumulé la richesse de leurs nations. Les potentats indiens recevaient des tributs d’argent et d’or, tandis que les castes inférieures vivaient dans la misère abjecte. Les chefs de guerre du Moyen-Orient volaient, pillaient et terrorisaient leur peuple. Les seigneurs féodaux européens ont tué leurs voisins et opprimé leurs sujets. Aujourd’hui «l’économie goutte-à-goutte» est une reprise des traditions antérieures où ceux qui sont en bas doivent se contenter des restes tombant de l’opulente table de ceux sur le dessus.

Pour comprendre et changer les systèmes économiques actuels, nous devons comprendre et changer le contexte social de domination à partir duquel eux, et les théories qui les supportent, découlent. Cela ne veut pas dire abandonner tout du capitalisme et du socialisme. Il s’agit de rejeter leurs éléments de domination et de préserver leurs éléments de partenariat – et dépasser les deux pour créer un nouveau modèle économique qui reconnaît que le travail humain le plus important est de s’occuper des personnes et de la nature.

The Caring Economics (économie attentive) ou Partnerism (partenairisme) introduit dans The Real Wealth of Nations est un nouveau paradigme économique qui donne de la visibilité et de la valeur dans ses métriques, ses politiques et ses pratiques, au travail essentiel de prendre soin des gens et de notre Terre.

Récompenser adéquatement ce travail est essentiel pour réduire les cycles de la pauvreté. Ce n’est pas seulement parce que les enfants ont besoin de bons soins et d’une éducation précoce pour développer leur potentiel, mais parce que l’excessive pauvreté des femmes et des enfants dans le monde est en grande partie dû au fait que les femmes font encore l’essentiel des soins pour des salaires très bas sur le marché et gratuit dans les foyers.

Cela n’a pas de sens de parler de mettre fin à la pauvreté en généralités lorsque la masse des pauvres du monde et les plus pauvres des pauvres sont des femmes et des enfants. Même dans les États-Unis riches, les femmes âgées de plus de 65 ans sont, selon les statistiques du recensement américain, deux fois plus susceptibles d’être pauvres que les hommes de plus de 65 ans. Une raison majeure est que la plupart de ces femmes sont, ou étaient, des aidantes familiales.

Et il y a plus. Nous sommes maintenant dans l’ère post-industrielle, quand les économistes nous disent que le capital le plus important est ce qu’ils appellent « un capital humain de haute qualité. Et nous savons aujourd’hui que si c’est ou non développé, cela dépend en grande partie de la qualité des soins et de l’éducation que les enfants reçoivent dès le début.

L’éducation est au centre de votre action et de votre engagement. Pouvez-vous nous en parler ?

Nous, les humains, ne sommes pas nés avec nos croyances et nos habitudes, elles sont apprises. Donc, oui, l’éducation, formelle et informelle, est la clé du genre de personnes que nous devenons. C’est pourquoi j’ai écrit mon livre Les enfants de demain : un plan directeur pour l’éducation de partenariat au 21e siècle, qui commence par la nécessité d’une éducation parentale et qui continue à décrire ce à quoi l’éducation doit ressembler si nous voulons aider les jeunes non seulement naviguer à travers nos temps difficiles mais aussi devenir des créateurs actifs d’un monde plus équitable, plus pacifique et plus durable.

Je suis heureuse que le livre soit utilisé dans beaucoup de nations, y compris le Pakistan (il a été traduit en ourdou, aussi bien qu’en allemand, chinois, et d’autres langues). Mais je voudrais le voir utilisé beaucoup plus largement, en particulier comme un texte pour la formation des enseignants.

Bien sûr, l’éducation n’est pas seulement ce qui est enseigné dans les écoles et les universités, aussi important que cela soit-il. Les familles éduquent à la fois la modélisation et les histoires qu’elles choisissent pour les enfants – et ces histoires contiennent encore des contes de fées tels que «Cendrillon», «La Belle au bois dormant» et «Shéhérazade» qui normalisent non seulement la division entre les «gens ordinaires» et les dirigeants (dans « Shéhérazade » le monarque est un tueur sexuel en série et n’est pas puni pour ses crimes), mais aussi endoctrinent les stéréotypes rigides de genre dans l’esprit des enfants avant que leur cerveau, y compris leurs facultés critiques, ne soient développés. Heureusement, il y a aujourd’hui de nouvelles histoires pour enfants qui sont davantage axées sur les partenariats. Mais les mass médias continuent à normaliser la violence, les «comédies familiales» présentant l’intimidation et l’humiliation comme drôles, et les jeux vidéo enseignent aux garçons et aux hommes qu’il est amusant de tuer.

Nous avons beaucoup de travail à faire pour changer ces récits de la domination au partenariat et aider les gens à regarder le monde à travers les lentilles de la configuration de partenariat et de domination. J’invite nos lecteurs à devenir des leaders dans ce travail essentiel !

 

Des personnalités de votre envergure écoutées à l’ONU, au Département d’État, dans des Parlements étrangers, etc. peuvent influencer pour améliorer les choses. Selon vous, les voix du progrès telle que la vôtre associée à d’autres peuvent-elles peser sur le rapport de forces et changer le monde ?

Oui, je le crois fermement. L’agence humaine est la clé du changement.

C’est l’agence humaine qui a permis de laisser derrière elle de nombreuses traditions de domination et de violence qui étaient il y a quelques siècles, au Moyen-Age européen, considérées comme divinement prescrites.

Si l’on regarde l’histoire moderne à travers la perspective de l’échelle sociale domination-partenariat, on constate qu’au cours des dernières centaines d’années, un mouvement progressiste après l’autre a remis en cause les traditions de domination. Ceux-ci vont des défis au droit «divinement prescrit» des rois despotiques pour gouverner leurs «sujets», le droit «divinement prescrit» des hommes pour gouverner les femmes et les enfants dans les «châteaux» de leurs foyers, et le droit «divinement prescrit» d’une race ou d’une nation pour dominer une autre, jusqu’aux défis actuels du droit «divinement prescrit» de l’homme pour dominer et conquérir la nature.

Bien que ces mouvements aient farouchement résisté, il y a eu évidemment des changements majeurs : nous avons laissé l’Inquisition, les Croisades et les brûlures de sorcières du Moyen Âge et un nouveau concept comme les droits de l’homme a été introduit. Mais même après que des gains aient été faits, il y a eu des régressions vers des systèmes de domination plus rigides – des régimes totalitaires nazis et soviétiques aux fondamentalistes religieux, qui sont en réalité des fondamentalistes de la domination qui nous poussent à revenir à une époque où la plupart des hommes et toutes les femmes ne remettent pas en cause leur place de subordonné sous ceux qui contrôlent.

Ces régimes régressifs et régimes aspirants, comme je l’ai dit plus haut, travaillent uniformément à maintenir ou à imposer des classements rigides de la domination dans le genre et les relations parent-enfant. C’est pourquoi nous, les progressistes, devons nous concentrer sur ces relations fondamentales et abolir en priorité les traditions de domination, d’injustice et de violence. Nous aurons alors des bases solides pour un monde plus équitable et plus pacifique.

Où trouvez-vous autant d’énergie pour être dans tous ces combats et pour être présente dans toutes ces organisations auxquelles vous participez, non seulement CPS mais aussi le World Futures Council, le Club de Rome, etc. ? Et d’enseigner et parler comme vous le faites dans le monde entier ? Comment faites-vous pour assumer toutes ces activités ?

J’ai beaucoup de passion pour ce travail – non seulement à travers mes recherches, mon écriture, mon enseignement, mon discours et mon organisation, mais aussi ma mère et ma grand-mère, profondément préoccupées par le sort de nos enfants qui nous succéderons. Cette passion me soutient, même si, comme vous le remarquez, j’essaie probablement d’en faire trop. Je tire également de l’énergie à partir des lettres et des courriels que je reçois de partout dans le monde, de femmes et d’hommes me disant que mon travail a transformé leurs vies. Et j’aime enseigner, parler, et consulter. Cela aussi me donne de l’énergie.

Je veux que les gens utilisent ce travail pour une transformation personnelle et culturelle. J’aimerais avoir plus de ressources financières pour que le Centre d’études de partenariat puisse atteindre plus de gens et d’organisations.

C’est plus qu’urgent. J’ai été appelée une visionnaire pratique, et j’aime ça. Ce que mon travail décrit comme un système social axé sur le partenariat n’est pas une «utopie» ou une position impossible. C’est une «pragmatopie» – un autre nouveau terme que j’ai inventé pour décrire un monde meilleur que nous pouvons créer.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Dr. Riane Eisler ?

Riane EISLER est une sociologue, avocate et auteur dont le travail sur la transformation culturelle a inspiré des chercheurs et des militants sociaux. Sa recherche avant-gardiste a eu des répercussions dans de nombreux domaines, dont l’histoire, l’économie, la psychologie, la sociologie, l’éducation et la santé. Elle a été un chef de file dans le mouvement pour la paix, la durabilité et l’équité économique, et son travail pionnier en matière de droits de l’homme a élargi l’attention des organisations internationales pour inclure les droits des femmes et des enfants. Elle est présidente du Center for Partnership Studies – Centre pour des études de partenariat (CPS), dédié à la recherche et à l’éducation sur la transformation sociale et économique ; co-fondatrice de Caring Economy Campaign (Campagne de l’économie de soins) du CPS et, avec la lauréate du Prix Nobel de la Paix Betty Williams, de the Spiritual Alliance to Stop Intimate Violence (SAIV) – l’Alliance spirituelle pour stopper la violence intime ; et rédactrice en chef de the Interdisciplinary Journal of Partnership Studies (la Revue interdisciplinaire des études de partenariat), un journal en ligne à comité de lecture établi à l’Université du Minnesota qui a été inspiré par le travail de Riane Eisler.

Le Dr. Eisler est internationalement connue pour son best-seller The Chalice and The Blade: Our History, Our Future (Le calice et l’épée : notre histoire, notre avenir), maintenant dans 26 éditions étrangères, y compris la plupart des langues européennes et le chinois, le russe, le coréen, l’hébreu, le japonais, l’ourdou et l’arabe. Son livre, The Real Wealth of Nations: Creating a Caring Economics (La vraie richesse des nations: Création d’une économie de soins) – salué par l’archevêque Desmond Tutu comme «un modèle pour le monde meilleur que nous avons cherché d’urgence», Peter Senge comme «désespérément nécessaire», Gloria Steinem comme «révolutionnaire» et Jane Goodall comme «un appel à l’action» – propose une nouvelle économie qui donne visibilité et valeur au travail humain le plus essentiel : le travail de soins pour les personnes et la nature. Son plus récent livre, Transforming Interprofessional Partnerships: A New Framework for Nursing and Partnership-Based Health Care (Transformer lespartenariats interprofessionnels: un nouveau cadre pour les soins infirmiers et les soins de santé axés sur le partenariat), coécrit avec le professeur de soins infirmiers Teddie Potter, a remporté un prix American Journal of Nursing.

Dr Eisler fait des discours et donne des conférences dans les universités à travers le monde, et consulte les entreprises et le gouvernement sur les applications du modèle de partenariat mis en place dans son travail. Elle a pris la parole à l’Assemblée générale des Nations Unies, et d’autres lieux dont l’Allemagne à l’invitation du Professeur Rita Suessmuth, présidente du Bundestag (Parlement allemand) et Daniel Goeudevert (président de Volkswagen International); en Colombie, invitée par le maire de Bogota; et en République tchèque, invitée par Vaclav Havel (Président de la République tchèque).

Elle est membre du Club de Rome et du Social Venture Network, conseillère du World Future Council, membre de l’Académie mondiale des arts et des sciences et de la World Business Academy, et commissaire de la World Commission on Global Consciousness and Spirituality (Commission mondiale sur la conscience planétaire et la spiritualité), avec le dalaï-lama et d’autres chefs spirituels.

Parmi les autres ouvrages tirés de sa recherche pluridisciplinaire figurent le primé The Power of Partnership (Le pouvoir du partenariat) et Tomorrow’s Children (Les enfants de demain), as well as Sacred Pleasure (Plaisir sacré), un audacieux réexamen de la sexualité et de la spiritualité, et Women, Men, and the Global Quality of Life (les femmes, les hommes et la qualité de vie mondiale) documentant le rôle clé du statut des femmes dans la qualité de vie générale d’une nation. Ses livres antérieurs, tirés de son expérience juridique, incluent Dissolution and The Equal Rights Handbook (Dissolution et Le manuel de l’égalité des droits), largement utilisé dans la campagne pour l’Amendement des droits égaux à la Constitution des États-Unis.

Riane Eisler est née à Vienne, a fui les nazis avec ses parents à Cuba, et plus tard a émigré aux États-Unis. Elle a obtenu des diplômes en sociologie et en droit à l’Université de Californie, a enseigné des cours d’avant-garde sur les femmes et le droit à l’UCLA, et enseigne maintenant dans the graduate Transformative Leadership Program de l’Institut d’études intégrales Californie.

Eisler a écrit plus de 400 articles dans des publications allant de Behavioral Science, Futures, Political Psychology, The Christian Science MonitorChallenge, et The UNESCO Courier to Brain and Mind, The Human Rights Quarterly, The International Journal of Women’s Studies, et the World Encyclopedia of Peace. Elle siège dans les comités éditoriaux de deux revues savantes et populaires.

Le Dr Eisler est la seule femme parmi les 20 grands penseurs dont Hegel, Adam Smith, Marx, et Toynbee sélectionnés pour inclusion dans Macrohistoire et Macrohistorians en reconnaissance de l’importance durable de son travail comme une historienne de la culture et théoricienne de l’évolution. Elle a reçu de nombreuses distinctions, dont un doctorat honorifique, le Prix Alice Paul ERA pour l’éducation, et le Nuclear Age Peace Foundation’s 2009 Distinguished Peace Leadership Award, et figure dans le livre primé Peacemakers comme l’un des 20 leaders pour la paix mondiale, avec Mahatma Gandhi, Mère Teresa, et Martin Luther King.

Le Dr. Eisler vit sur la péninsule de Monterey en Californie avec son mari, le psychologue social et érudit évolutionnaire David Loye.

Published in English in American Herald Tribune, January 10, 2017: http://ahtribune.com/human-rights/1441-riane-eisler.html

In Oximity: https://www.oximity.com/article/Dr.-Riane-Eisler-Les-mass-m%C3%A9dias-1

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.110117.htm

Publié dans Interviews