Lamamra, Macron, et l’Algérie

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Lamamra et Macron s’étreignent sous le regard attentif de Nicole Guedj, présidente de la Fondation France-Israël. DR.

Lamamra et Macron s’étreignent sous le regard attentif de Nicole Guedj, présidente de la Fondation France-Israël. DR.

Oyez oyez, braves gens, d’après Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères, Emmanuel Macron est un ami de l’Algérie, tout cela parce que celui-ci a prononcé une phrase sur le colonialisme, lors de sa visite en Algérie, disant que c’était un crime contre l’humanité, phrase qu’il a transformée à son retour en France devant la levée de boucliers des anciens Pieds-Noirs, et qu’il oubliera complètement lorsqu’il sera président. Lorsque Lamamra a déclaré que Macron était un ami de l’Algérie, il n’a pas précisé de quelle Algérie il parlait : celle de Club des Pins et de la jet-set qui a pillé et ruiné le pays ou celle de tout le peuple algérien, et dans ce cas peut-on savoir qui l’a mandaté à s’exprimer au nom du peuple algérien, lui qui n’a jamais été élu et qui n’est qu’un coopté parmi d’autres ? Les amis de l’Algérie est un terme que l’on a utilisé pour désigner ceux qui ont aidé le pays dans son grand mouvement de libération. C’étaient les porteurs de valise, le Front du Nord, des journalistes, des artistes, des militants dont les noms brillent comme des étoiles : Franz Fanon qui a choisi de devenir Algérien, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir,  Gabriel Garcia Marquez, Hugues Lepaige qui a réalisé un magnifique documentaire sur le Front du Nord, Michel Rogalski, Simon Petermann, Georges Arnaud, Jacques Vergès, Gisèle Halimi et le collectif d’avocats du FLN, Picasso, le docteur Chaulet, et tant d’autres noms parsemés dans le monde que je ne peux pas énumérer tant ils sont nombreux. Ceux-là étaient des amis de l’Algérie, et certains ont donné leur vie pour elle. J’ai connu quelques uns de ces vrais amis. Et vous osez salir ce beau terme en l’attribuant à un caissier de la banque Rothschild ? Honte à vous ! Bien sûr, le ridicule ne tue jamais en Algérie, sinon l’agonie dans laquelle est plongé le pays se serait arrêtée depuis belle lurette. Ainsi, et c’est inédit dans l’histoire de l’humanité, l’Algérie fonctionne avec un ministère des Affaires étrangères bicéphale, soit avec deux ministres des Affaires étrangères : Messahel et Lamamra, sans que nous sachions lequel est le n°1 et lequel est le n°2. Ce que l’on peut dire, c’est qu’ils sont tous deux des larbins de la famille royale Bouteflika. Mais revenons à la signification de cette déclaration de Lamamra. Nous ne pouvons qu’y voir que le régime pourri d’Alger porte tous ses espoirs sur ce François Hollande bis, ce Macron insipide, incolore et inodore, candidat du système et du CAC40. Hollande nous a offert de l’alacrité pendant cinq ans, nous allons rempiler pour cinq années supplémentaires avec ce freluquet. Égal à lui-même, le régime pourri d’Alger entend bien soutenir les anciens colonisateurs encore et encore dans leur entreprise de destruction de l’Algérie. D’ailleurs, le tapis rouge a été déroulé pour ce Macron lors de sa visite à Alger présentée comme un évènement majeur par les bougnoules colonisés, ou les adeptes de la servitude volontaire, comme les appelait La Boétie. Au fait, Emmanuel Macron a-t-il reçu de l’argent pour sa campagne comme à l’époque de Mitterrand dont la campagne avait été financée par l’Algérie ? Si le régime pourri de Saïd Bouteflika a octroyé de l’argent à Macron, on aimerait savoir combien leur amitié, ou plus exactement leur partouze, nous a coûté. Et dire que ce qui se passe en France est considéré comme un séisme par l’émergence de ce petit porteur de serviette, le commis des Rothschild étant perçu comme un bouleversement majeur juste parce qu’il est âgé… de 39 ans !

Jusqu’où va nous faire plonger la régression que n’en finit pas de vivre l‘Algérie ? Le régime en place n’arrive pas à organiser des élections législatives et va reproduire le même échec en ramenant des begarra et divers pilleurs et corrompus à l’APN. Ce même pouvoir s’extasie devant la venue d’un mouvement sans consistance politique dirigé par un individu insignifiant et inexpérimenté entouré par tous les vieux requins de la politique française qui l’ont faite pendant des décennies, et on appelle ça un renouvellement ! À vrai dire, quand on est incapable d’organiser des élections ou d’avoir un projet à part celui de ruiner le pays, il est plus facile de regarder ailleurs, vers leur vraie mère-patrie, une France délabrée en proie à une crise profonde qui a poussé les architectes et autres gardiens du temple à restaurer la gueule de Marianne. Jacques Attali, Pierre Bergé, Jean-Pierre Jouyet, Patrick Drahi, et la cohorte des oligarques ont trouvé le moyen d’éviter à la France un scénario à la Trump. Le grand capital et ses serviteurs ont mis le paquet pour éviter que la France n’aggrave la crise de l’Europe en envisageant un Frexit et une sortie de l’Otan. Pour parer à cette éventualité, ils ont fabriqué un candidat présidentiel sans aucun charisme, un golem qui s’appelle Emmanuel Macron et qui a ramassé tous les losers de gauche comme de droite afin de prouver qu’il n’est ni de gauche ni de droite. Ainsi, au cours de la campagne présidentielle française, on a assisté à des spectacles de ralliement dégradants. Macron va achever la Ve République, comme François Hollande, le social-traître, a été le fossoyeur du parti socialiste, seul bilan positif de Hollande à défaut d’inverser la courbe du chômage, promesse majeure de sa campagne.

Comme je l’ai écrit précédemment, les législatives en Algérie sont caractérisées par la corruption et la chkara qui ont touché les grand partis adeptes de la mangeoire tels le FLN, le RND et les islamistes. Le pouvoir pourri a même utilisé les mosquées à des fins politiciennes, pour amener le peuple à aller voter. Que n’avons-nous pas vu lors de la campagne calamiteuse de ces législatives ?  On a vu des bagarres, il y a eu mort d’homme, et même à l’université qui est normalement un endroit du savoir, cela a viré à OK Corral avec des batailles à la machette et au couteau. Telle est votre campagne électorale. Le peuple vous a tourné le dos et il continuera à vous nier. Vous pouvez sortir faire voter vos amants, vos maîtresses et même faire voter les morts comme d’habitude, l’abstention sera la gagnante de ces élections. Ce sera la sanction majeure contre votre échec. Nous nageons en plein délire. Prenons le SG du FLN Ould Abbes qui prétend mordicus être un moudjahid alors que des vrais moudjahid ayant participé à la lutte de libération nationale sont venus le démentir, le sommant de fournir les preuves de ses propos. Il n’a bien sûr jamais pu les donner. Nous les attendons toujours, d’ailleurs, et nous devrons les attendre longtemps. Non content de ces mensonges, Ould Abbes a versé dans des élucubrations incroyables telles que « le FLN va vous gouverner pendant cent ans », « nous sommes l’État », « nous allons gagner ces élections », « j’ai déjoué des complots ourdis contre la patrie », et même « aucun courant politique ne peut s’identifier à Okba Ibn Nafaâ car c’est un bien du FLN ». Je rappelle qu’Okba Ibn Nafaâ est né en 622 ! À entendre ces différentes déclarations, je ne vois qu’une seule solution : l’internement immédiat à l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville avec camisole de force, en compagnie de tous les énergumènes qui pullulent dans le champ médiatico-politique. Le FLN d’Ould Abbes est celui des trafiquants de drogue, des repris de justice, des proxénètes et des prostituées, et n’a absolument rien à voir avec le FLN de nos parents et grands-parents. Ainsi, la maison d’Ould Abbes a été perquisitionnée par les services de sécurité et son fils est impliqué directement dans le trafic des listes électorales, et la députée du FLN Salima Athmani a été prise en flagrant délit de corruption en encaissant la somme d’un milliard de centimes de pots de vin. Tel est le FLN d’Ould Abbes et de Saïdani. Le sigle du FLN nous appartient et il doit être protégé de toutes les crapules qui l’ont dévoyé. Le FLN de Ben M’hidi, de Krim Belkacem et de Ben BoulaÏd qui a vendu ses biens pour la Révolution, le FLN des Immortels n’a rien à voir avec les gredins qui courent derrière la rente en s’étripant. Ce n’est pas mieux au RND d’Ahmed Ouyahia où la chkara fait ravage et où les têtes de liste se vendent comme au souk. Ces partis représentent le déshonneur de l’Algérie. Et dire que certains énergumènes ont menacé le peuple en lui promettant le chaos s’il ne votait pas. Les insultes ont fusé contre les abstentionnistes et les boycotteurs de cette fumisterie, et dont je me réclame. Personnellement, je vous emmerde tous autant que vous êtes, du wali d’Alger Zoukh la tafiole à cette sénatrice Zahia Benarous qui a vomi sur le peuple en traitant ceux qui n’iront pas voter de traîtres, en passant par Djamel Ould Abbes, Hamara Benyounes, Amar Ghoul, Ahmed Ouyahia, Ali Haddad el kharay, etc. qui passent leur temps à cracher sur le peuple. Je vous le dis à tous, bande de traîtres, si l’Algérie est dans cette situation catastrophique, c’est votre trahison qui l’y a menée. Nous, les abstentionnistes, sommes majoritaires et l’abstention atteindra des records inégalés. Ce n’est pas ceux qui ont volé, pillé, bradé le pays, qui vont nous donner des leçons de patriotisme. « Inal rassa taakoum ya rkhass » (maudite soit votre race).

J’aimerais savoir, Monsieur Lamamra, quel est l’intérêt particulier de l’Algérie d’avoir comme ami Emmanuel Macron, un sioniste doublé d’un ultralibéral atlantiste, à part celui de pactiser avec vous et plus exactement avec votre maître Saïd Bouteflika et d’offrir son soutien pour un éventuel 5e ou 6e ou 7mandat du président fantôme, à moins qu’il ne s’agisse d’une caution pour le placement d’un membre du clan qui assurera les intérêts de la France en Algérie et non pas les intérêts de l’Algérie. Encore une fois, vous avez, vous, Lamamra et les autres imbéciles du régime pourri, raté une occasion de la fermer. Bien évidemment, on ne se lassera jamais de vous demander, à vous, à Ould Abbes le faux moudjahid, à Ouyahia, le champion des oligarques et des begarra, ainsi qu’à Saïd et à son frère Nacer, à Ali Haddad el kharay, à Amar Saïdani « l’État civil » qui vient de l’ouvrir à nouveau et qui devrait être jugé pour intelligence avec l’ennemi et haute trahison après avoir attaqué les services de renseignement le DRS, son chef Toufik, et l’ANP, et à la cour des pédérastes et d’eunuques qui entourent la chaise roulante : où est donc passé votre président qu’on ne voit plus nulle part, pas même dans sa charrette ? Vous osez demander au peuple de faire entendre sa voix alors qu’on n’entend pas la voix de ce président depuis des années. Est-il vivant, est-il mort, est-il dans un état second, momifié, congelé ? Où y a-t-il au monde un pays qui banalise autant l’absence de son président ? Expliquez-nous comment un régime aphone ose demander au peuple de s’exprimer ! Ce n’est pas la peine de chercher votre salut chez Saint Emmanuel le télé-évangéliste, ou chez Fafa comme à votre accoutumée, ce n’est pas la peine de nous refaire le coup des accords du Val-de-Grâce avec le nouveau président des Gaulois, vous resterez toujours un pouvoir illégitime et une menace pour l’Algérie, l’Afrique et le monde. À titre d’information, sous le règne de votre momie, votre Fakhamatouham ham, deux millions d’Algériens ont quitté le pays. Nous vous laissons ce nouveau président français imberbe qui vous fascine tellement vous et vos chiens de garde atteints de macronite aigüe qui se soignent matin et soir avec la même pilule et qui distillent leur venin en vendant leur cécité sous forme de papier de presse ou plutôt de papier de toilette.

En France, l’enchantement finira par disparaître après quelques semaines de pouvoir et laissera les Français complètement KO, incapables de comprendre ce qui leur est arrivé et comment ils ont pu gober autant de discours creux. Quant à vous, les ratons volontaires, préoccupez-vous plutôt de vous-mêmes et de vos échecs monumentaux. Parmi ces échecs, avec plus de 60 partis politiques, des milliers d’associations, 150 titres de presse, une soixantaine de chaînes télé off-shore, vous n’avez pas pu impliquer l’Algérien dans vos propres élections et vous vous tournez vers la France en rêvant d’avoir un blanc bec du même acabit chez vous. Je conchie la presse algérienne, une bande de sociaux-traîtres et de mercenaires, car elle est une caisse de résonnance du régime et tous sont coupables d’avoir relayé la propagande sioniste qui porte Macron le candidat de l’ultralibéralisme et du sionisme au pouvoir. Le régime pourri n’a-t-il pas reçu en Algérie Laurence Haïm, la porte-parole franco-israélienne de ce Macron, ramenée par Nicole Guedj ? Je rappelle que Laurence Haïm, avant d’abandonner sa carrière de journaliste pour se consacrer à la politique aux côtés de Macron, était journaliste permanente accréditée au Pentagone et a été présidente de l’association de la presse étrangère de la Maison-Blanche en 2013 : un vrai chien de garde. Quant à Nicole Guedj, présidente de la Fondation France-Israël, née à Constantine et proche elle aussi de ce Macron, elle voit en lui « un formidable ami d’Israël » comme elle l’a déclaré dans l’hebdo Actualité Juive le 22 février 2016. Alors, je demande solennellement à Saïd Bouteflika et à sa fratrie quand ils vont reconnaître Israël au lieu de jouer un jeu de dupe en recevant des sionistes notoires en catimini. Yachtii el lben wa yakhabii el tasss (il aime le lait caillé et il cache la tasse). Un ami d’Israël peut-il être un ami de l’Algérie ? Quand est-ce que des patrons de presse et des journalistes algériens qui soutiennent Macron vont admettre qu’ils sont des sionistes, sachant qu’on n’a pas oublié que certains d’entre eux ont visité Israël ? Chacun roule pour une chapelle, certains pour l’Europe et d’autres encore pour la DGSE, le Makhzen, etc. Le régime algérien est pourri et la presse algérienne est sa catin. Jouez cartes sur table ! Emmanuel Macron n’est l’ami de personne, il est le serviteur du grand capital, du sionisme, de l’oligarchie mondiale et du nouveau gouvernement mondial prôné par son maître Jacques Attali, je le précise, un gouvernement mondial dont la capitale est Jérusalem, n’en déplaise à ceux qui font passer cette petite vermine à la belle gueule  pour l’homme du renouveau, l’homme de la situation, voire le messie ! L’amitié n’existe pas en politique, il n’y a que les intérêts : que les amis de Macron en Algérie se mettent ça dans le crâne. Malheureusement vous êtes une bande de tarés, d’imbéciles et de bougnoules colonisés hors temps et hors champ qui se croient issus de la cuisse de Jupiter, alors que vous n’êtes rien du tout et que vous ne produisez rien du tout. Vous êtes la honte de la planète avec un président qui n’a plus parlé à son peuple depuis quatre ans sans qu’aucun organe de presse n’ose ouvrir le bec à ce propos. Et vous osez parler de géostratégie ! Vous voulez qu’on parle de Macron ? On va vous dire ce qu’il représente pour nous, les résistants au nouveau gouvernement mondial et à l’empire, et dans les détails.

Emmanuel Macron est un pur produit marketing, à l’instar d’une marque de lessive ou de couches pour bébé, ni plus ni moins. Cela explique pourquoi ses discours sont vides de sens. Il a autant de charisme qu’une savonnette ou qu’un paquet de lessive et il faut être complètement lobotomisé pour s’enthousiasmer devant ses gesticulations grandiloquentes et grotesques. Le produit Macron a été construit depuis des années par plusieurs parrains qui ont vu en lui l’image du gendre idéal susceptible de plaire à la toute puissante ménagère de cinquante ans. D’ailleurs, son épouse Brigitte Trogneux est là pour en témoigner puisqu’elle est née en 1953 et qu’elle a succombé aux charmes de ce jeunot qui fréquentait la même classe de lycée que sa propre fille. Diplômé de l’ENA en 2004, Emmanuel Macron est remarqué par le directeur de l’IGF Jean-Pierre Jouyet qui le nomme inspecteur des finances. En 2006, Jouyet, toujours lui, fait entrer son protégé à la Fondation Jean Jaurès, un nid de néoconservateurs US de la National Endowment for Democracy (NED), et donc une vitrine de la CIA (pauvre Jaurès…). Un an plus tard, toujours entraîné par Jouyet qui en est membre, Macron intègre Les Gracques, un groupe de réflexion et de pression réunissant d’anciens hauts fonctionnaires socialistes appelant à une alliance PS-UDF. À cette époque, Macron entre à la commission Attali (Commission pour la libération de la croissance française) où il rencontre, entre autres, Peter Brabek, PDG de Nestlé. En 2008, sur recommandation de Jacques Attali et de Serge Weinberg, l’ancien bras droit de François Pinault, il entre à la Banque Rothschild, où en 2012, il dirige les négociations du rachat de Pfizer par Nestlé (11 milliards de dollars) et devient millionnaire avant d’entrer dans le cabinet de Jean-Pierre Jouyet, encore lui, à l’Elysée, comme secrétaire général adjoint. Il devient Young leader de la French-American Foundation, dont les administrateurs sont Philippe Manière, formé à la fondation Rockefeller et directeur de l’Institut Montaigne, un think tank créé par le groupe AXA, et Alain Minc, trésorier de la Fondation Saint-Simon, organisme prêchant la vision de Washington en France. En juin 2014, lorsqu’il quitte son poste à l’Élysée, Macron devient Research Fellow à la London School of Economics sur recommandation d’Alain Minc, avant d’être nommé en août par François Hollande, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Au printemps de cette même année, il participe  à la réunion annuelle du Groupe de Bilderberg. Et c’est en 2016,  dans les locaux de l’Institut Montaigne, qu’Emmanuel Macron crée son parti En Marche ! aidé par Henry Hermand, mécène de la Fondation Saint-Simon, puis de Terra Nova, toutes deux des think tanks liés à la NED. On le voit, Emmanuel Macron a joui de divers appuis liés aux intérêts de Washington et du nouveau gouvernement mondial cher aux néocons dont Jacques Attali s’est fait le champion en France. Le coup de téléphone qu’il a reçu de Barack Obama en pleine campagne présidentielle prouve, s’il en est encore besoin, que le futur président de la France sera bien celui choisi par l’empire. Voilà pour le côté mise en place du pion sur l’échiquier.

Au niveau « peopelisation« , les « merdias » appartenant tous à une poignée de milliardaires n’ont pas été en reste et ont même mis les bouchées doubles pour rendre le produit incontournable, tel la boisson sucrée américaine bien connue qui doit être vue partout, tout le temps. Qui se ressemble s’assemble, dit-on. Lors d’un dîner avec le roi du porno, des peep-shows, sex-shops et du minitel rose, Xavier Niel, vice-président du groupe Iliad et aussi copropriétaire du groupe Le Monde, celui-ci a conseillé au couple Macron qui se plaignait des fuites sur l’homosexualité d’Emmanuel Macron et sur sa liaison avec Mathieu Gallet, PDG de Radio France, de prendre conseil auprès de « Mimi » Marchand, ancienne reine de la nuit pour avoir créé plusieurs boîtes lesbiennes dans les années 80, et reconvertie en coach pour les célébrités en mal de popularité. C’est elle qui va s’occuper de la médiatisation d’Emmanuel Macron et de sa dulcinée. Michèle Marchand, dite Mimi, possède l’agence de photos BestImage et fournit les magazines people en photos croustillantes. Elle a eu l’idée de faire paraître une photo du couple Macron en tenue décontractée sur une plage de Biarritz en couverture de Paris Match. Depuis, Michèle Marchand, promue conseillère en communication du candidat Macron, est en première ligne dans tous les meetings, prodiguant ses conseils au futur président français. Ce n’est pas le premier président pour elle puisqu’elle a déjà presté auprès de Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni et qu’elle est derrière la révélation de la liaison de Hollande avec l’actrice Julie Gayet. Cette façon de vulgariser la fonction présidentielle est en quelque sorte la marque de fabrique de « Mimi » Marchand, dont la gouaille, paraît-il, ferait rougir de honte le plus blasé des soudards. Quant à Brigitte Macron née Trogneux, histoire de se faire relooker en jeunette branchée pour gommer autant que possible la différence d’âge entre elle et son époux, elle bénéficie de l’aide généreuse du groupe LVMH en se faisant prêter sa garde-robe signée Louis Vuitton, grâce à son amitié avec Delphine Arnault, fille du PDG du groupe, Bernard Arnault. On le voit, tout a été mis en place depuis longtemps pour faire de ce Macron le parfait instrument du système, le président qui gouvernera par ordonnances, comme il l’a annoncé. Le peuple français finira par se réveiller de son faux conte de fées mais vrai traquenard et devra se débrouiller avec celui qu’il a élu.

Quant au peuple algérien, c’est à lui de changer son vécu et non pas laisser des facteurs extérieurs influer sur une dynamique qui ne peut être qu’interne. L’ex-colonisateur n’aimera jamais que l’Algérie soit un pays fort et développé, c’est pour cela qu’il préférera toujours un pouvoir faible et illégitime pour pouvoir lui dicter ses volontés. Son intérêt est que nous restions dépendants. Nous avons eu affaire à une ligue de prédateurs qui entreront dans l’histoire pour avoir détruit l’Algérie. Le plan Marshall qui a reconstruit l’Europe en 1945 a coûté 200 milliards de dollars et vous en avez dilapidé mille milliards. Si l’on avait ramené les champions du monde toutes catégories, les assassins financiers les plus chevronnés, ils n’auraient pas obtenu un meilleur résultat, bande de traîtres sans honneur ! Nous ne vous le pardonnerons jamais, Regime khabith ! On en a marre de votre négoce sur le dos du peuple algérien. On en a marre de vos magouilles avec l’ancien colonisateur qui ne cherche que son intérêt pendant que l’intérêt de l’Algérie est bafoué. On en a marre de votre régime lié au colonisateur qui respire l’air de Paris et qui tourne le dos à notre histoire et à notre algérianité. L’intérêt de l’Algérie n’est pas une exclusivité française, l’Algérie ne s’en sortira que par la bonne volonté de ses fils authentiques qui sont dans la résistance, la vraie, face à l’emprise d’une minorité, d’une oligarchie, d’une bourgeoisie compradore qui n’offre en perspective que la désolation et la soumission à l’empire. Nous continuerons à vous résister, vous tous autant que vous êtes, que ce soit le régime pourri ou ses supplétifs où qu’ils soient, dans les partis coquilles vides remplis de scampis et de keftas, et les associations attrape-tout et ramasse-miettes, ou encore une presse devenue immorale, une presse composée de mercenaires et de charlatans où chacun roule pour une chapelle. Vous êtes l’échec et le visage mortifère de notre Algérie vidée de sa substance et nous sommes la bougie qui éclairera les ténèbres et qui rendra le sourire aux enfants de notre patrie auxquels on a volé l’espoir et qu’on pêche dans la Méditerranée. Le combat face à ce régime et à sa cour de mafieux est aussi national qu’international. Nous, les dignes héritiers des enfants de Novembre, nous vous combattrons par tous les moyens partout où vous êtes, vous les usurpateurs et les corrompus d’une Algérie qui vivra malgré vous.

Mohsen Abdelmoumen

Published in Oximity: https://www.oximity.com/article/Lamamra-Macron-et-l-Alg%C3%A9rie-1

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.290417.htm

Publié dans Articles