Liz Rowley : « Les peuples progressistes et pacifiques du monde doivent s'unir pour vaincre le capitalisme et l'impérialisme »

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Liz Rowley, chef du Parti Communiste du Canada. DR.

Liz Rowley, chef du Parti Communiste du Canada. DR.

Mohsen Abdelmoumen : Comment analysez-vous les résultats des récentes élections fédérales au Canada ? Le Parti communiste canadien a-t-il obtenu de bons résultats ?

Liz Rowley : Les résultats des élections - un gouvernement libéral minoritaire - reflètent un certain nombre de choses différentes. Premièrement, la crainte généralisée d'un gouvernement conservateur et de ses politiques d'austérité, de conservatisme social et de son refus de reconnaître les changements climatiques. Dans le contexte d'un système électoral uninominal majoritaire à un tour, l'électorat est habituellement forcé de voter contre ce qu'il ne veut pas, par opposition aux politiques et aux partis qu'il veut. Lors des élections de 2015, les libéraux ont promis une réforme électorale - la représentation proportionnelle - et cela a contribué à les faire élire. Toutefois, c'est l'une des nombreuses promesses que les libéraux ont abandonnées après leur élection.

L’abandon des promesses sur la réforme électorale, sur les droits des Autochtones, sur l'environnement, la poursuite des politiques d'austérité et les pertes d'emplois découlant des accords de libre-échange avec les États-Unis, l'Europe et l'Asie, une augmentation considérable des dépenses militaires et un virage à droite en politique étrangère, ainsi que des scandales comme l'affaire SNC Lavalin et les photos du chef libéral (et Premier ministre) Justin Trudeau avec un visage noir et un visage brun, ont également contribué à l'élection d'un gouvernement libéral minoritaire et à la perte de la majorité qu'il détenait avant les élections du 21 octobre.

Le Bloc nationaliste québécois au Québec a remporté un nombre important de sièges des libéraux, tout comme les conservateurs dans les Prairies, riches en ressources.

Le social-démocrate NPD avait un programme très tiède qui ne répondait pas aux principales questions auxquelles les travailleurs étaient confrontés, et il leur a coûté de nombreux sièges, le réduisant à être le quatrième parti au Parlement.

Les Verts ont augmenté le nombre de leurs sièges de 1 à 3, et ont aussi augmenté leurs votes de façon significative à travers le pays. Ils étaient perçus comme le parti de l'environnement et beaucoup de gens ont voté pour eux pour cette raison.

L'extrême droite a relevé la tête dans cette campagne par l'entremise d'un nouveau parti, le Parti populaire du Canada. Ils n'ont pas remporté un seul siège, et leur chef, qui avait été élu conservateur en 2015, a également été défait.

Cela dit, la menace des partis et mouvements populistes et fascistes de droite n'a pas disparu. La lutte se poursuit au sujet de la « liberté d'expression » par opposition à la propagande haineuse, et la lutte pour faire appliquer les lois sur la propagande haineuse et pour criminaliser l'adhésion à un groupe haineux. Ces groupes, comme Soldiers of Odin, Proud Boys, KKK, 1 Percenters, La Meute, et d'autres sont des organisations criminelles qui ne se livrent pas seulement à des discours haineux, mais sont également connus pour commettre des actes de haine principalement (mais pas seulement) dirigés contre les musulmans. C'est le cas notamment de la fusillade dans une mosquée au Québec, qui a fait 7 morts et de nombreux blessés.

La campagne du Parti communiste a été un succès - non pas dans les votes qui ont été faibles en raison du vote stratégique et du système uninominal majoritaire à un tour, mais dans l'expansion de l'influence et de la taille du Parti. Nos politiques ont été très bien accueillies, tout comme nos candidats, et les réunions publiques que nous avons organisées ont attiré beaucoup de monde. Nous avons axé notre plate-forme sur les questions d'une politique étrangère indépendante canadienne  de paix, d'une action urgente sur les changements climatiques, y compris la nationalisation de l'énergie et des ressources naturelles et des mesures décisives pour réduire et éliminer les émissions de carbone d'ici 2050, et de mesures urgentes pour augmenter les salaires et le niveau de vie des travailleurs. Vous pouvez trouver la plateforme complète sur notre site Web à https://votecommunist.com/, ainsi qu'à http://communist-party.ca/

D’après vous, quels sont les défis auxquels fait face la gauche canadienne en général et le parti communiste canadien en particulier ?

La social-démocratie de droite au Canada a une base dans le mouvement ouvrier, mais elle a abandonné le socialisme comme objectif, ainsi que bon nombre des politiques qui sont importantes pour le travail, la classe ouvrière et les travailleurs. Au lieu de cela, le Nouveau Parti démocratique s'est fixé comme objectif de donner un visage humain au capitalisme et de gouverner au nom du capital, comme l'ont fait certains autres partis sociaux-démocrates dans le monde. C'est ce qu'on appelle la troisième voie.

Une scission au sein du mouvement syndical a également ouvert la porte à l'influence du Parti libéral - un parti des grandes entreprises - qui a encore affaibli et divisé le mouvement syndical à un moment où les employeurs et les gouvernements de droite sont à l'offensive. Leur objectif est de réduire à néant tous les gains réalisés par les travailleurs au cours des 75 dernières années et de briser le dos du mouvement syndical au Canada.

Ces deux partis - et leurs lieutenants dans le mouvement ouvrier - fondent leurs politiques sur la collaboration de classe et la paix de classe. C'est la recette du désastre, comme le savent la plupart des syndicalistes de gauche. Certains dans la gauche ont été séduits par l'idée de réhabiliter la social-démocratie en créant de nouveaux partis et mouvements sociaux-démocrates de gauche. Mais comme le montre le bilan de la Syriza en Grèce, c'est une impasse. Il ne peut y avoir d'humanisation, d'accommodement du capital qui puisse profiter aux travailleurs.

La seule alternative est l'unité basée sur des politiques de lutte de classe et une action politique indépendante des travailleurs contre les employeurs et les gouvernements de droite. C'est là que l'unité peut et doit être construite - pour la défense de la classe ouvrière et des travailleurs. Les communistes et les autres forces de gauche peuvent travailler efficacement ensemble autour d'un programme et d'actions communs, et aider à faire passer les mouvements ouvriers et populaires d'une position défensive à une position offensive contre les employeurs et la droite.

Ne pensez-vous pas qu’il est nécessaire, aujourd’hui plus que jamais, d’être un internationaliste et de faire converger la lutte des peuples face à l’offensive ultralibérale ?

Oui, nous pensons qu'il est essentiel pour la classe ouvrière et les travailleurs de lier leurs luttes à celles des travailleurs du monde entier, contre les employeurs, contre la guerre et la réaction, contre l'exploitation et la destruction de l'environnement pour le profit.

Les employeurs sont de plus en plus internationalisés, depuis les sociétés transnationales (STN) aux accords commerciaux supranationaux tels que CETA, USMCA, TPP, et aux organismes internationaux comme le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, etc. qui surpassent facilement les gouvernements nationaux, la souveraineté nationale et les luttes nationales.

Marx et Engels l'ont vu clairement lorsqu'ils ont écrit le Manifeste communiste avec son appel clairvoyant : "Travailleurs et peuples opprimés du monde, unissez-vous !

Vous avez sans doute vu les soulèvements des peuples de l’Algérie, du Chili, du Liban, de l’Irak, de l’Equateur. Ne pensez-vous pas que les forces progressistes doivent s’unir pour contrer le capitalisme et l’impérialisme ?

Oui, nous estimons que les peuples progressistes et pacifiques du monde doivent s'unir pour vaincre le capitalisme et l'impérialisme. En fait, cela devient de plus en plus urgent, car l'impérialisme, et l'impérialisme américain en premier lieu, devient de plus en plus menaçant pour les peuples du monde. Guerre et agression, développement militaire massif, coups d'État illégaux contre des gouvernements élus et des pays souverains, sites noirs et centres de torture, tels sont les indicateurs d'un impérialisme en crise profonde et en décomposition, dans sa forme la plus féroce et la plus dangereuse.

L'unité des forces révolutionnaires, progressistes et démocratiques est décisive pour vaincre l'impérialisme aujourd'hui. L'alternative à l'impérialisme - le stade le plus élevé du capitalisme - est le socialisme. Il n'y a pas d'étape intermédiaire, pas de troisième voie.  Le pouvoir politique de la classe ouvrière est la seule alternative.

Je suis algérien et mon peuple se bat chaque jour pour un changement radical du système politique. Comment expliquez-vous que certains régimes occidentaux, à leur tête la France, soutiennent des despotes et des régimes corrompus plutôt que d’écouter la voix des peuples ?

La raison de leur soutien aux régimes corrompus est que les partis politiques de chaque pays luttent pour les intérêts de classe de ceux qu'ils représentent. La classe exploitante dans les pays capitalistes possède et finance le parti au pouvoir et détermine quelles seront les politiques de ce parti (ou de ces partis). Il faudrait examiner un gouvernement socialiste comme Cuba, pour voir un gouvernement et des partis politiques qui agissent constamment sur un plan moral élevé et dans l'intérêt des travailleurs et de la justice.

En Algérie, des sommes colossales d’argent ont été pillées au peuple par des responsables politiques algériens corrompus et ont été investies dans des biens immobiliers ou placées sur des comptes en banque en Occident et notamment au Canada. Trouvez-vous normal que les pays occidentaux qui prétendent être des États de droit acceptent cet argent pour ensuite le confisquer ? Peut-on parler de « droits de l’homme » et de « démocratie » sous les régimes capitalistes alors qu’ils profitent de l’argent des peuples et donc les appauvrissent ?

Non, il n'est pas possible de parler de droits de l'homme authentiques et de démocratie quand le capitalisme en tant que système est basé sur l'exploitation d'un être humain par un autre, et sur l'oppression des peuples et des nations par le système capitaliste. C'est la contradiction fondamentale du capitalisme à laquelle on ne peut remédier. Débarrasser le capitalisme de ces contradictions fondamentales revient à reléguer le système capitaliste à la poubelle de l'histoire.

Comment expliquez-vous l’acharnement que subit Julian Assange ? À votre avis, y a-t-il une vraie démocratie en Occident ou les peuples ne vivent-ils pas plutôt sous un fascisme parfois déguisé, parfois affiché ?

Julian Assange est persécuté parce qu'il a commis le crime majeur d'exposer le capitalisme, et l'impérialisme américain en premier lieu, comme menace à la démocratie et à l'humanité.

Il ne fait aucun doute que la démocratie, même la démocratie bourgeoise très limitée qui existe dans les pays capitalistes, est menacée par la réaction et a été fortement restreinte par la législation ou par décret, pour restreindre les droits civils, sociaux, du travail et démocratiques. C'est très dangereux et antidémocratique, mais ce n'est pas du fascisme - même si cela crée certainement les conditions pour que le fascisme grandisse et prospère.

Georgi Dimitrov a identifié le fascisme comme la dictature terroriste déclarée des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du capital financier. Il parlait d'Hitler, de Mussolini, de Franco, et nous pourrions ajouter Pinochet, Somoza, Castillo, Stoessner, Guzzetti, Bordaberry, Banzer, et plus.

Aujourd'hui, la campagne de désinformation massive dans les pays capitalistes, combinée à un anticommunisme implacable et à une réécriture de l'histoire, représente un grand danger pour la démocratie - aussi limitée soit-elle. Nous pensons qu'il est très important de repousser ces restrictions et d'élargir les droits du travail et les droits démocratiques, les droits civils et sociaux et les droits politiques. Pour ce faire, il faudra des pressions massives de la part de la classe ouvrière et des mouvements démocratiques.

En dehors de cela, la seule garantie de la démocratie de la classe ouvrière - la vraie démocratie - est le socialisme.

Quelle est votre analyse à propos du retour de l’extrême-droite aux USA, au Canada et en Europe ?

Le fascisme est le protégé du capitalisme. Il émerge quand le capitalisme a des difficultés à gouverner à l'ancienne, c'est-à-dire dans un système démocratique bourgeois du capitalisme. Le fascisme est le rempart idéal du capitalisme, dans lequel les éléments les plus réactionnels, chauvins et impérialistes du capital financier peuvent échouer, en temps de crise, comme par exemple la colère croissante envers le système capitaliste affichée par des travailleurs las de l'austérité, de la guerre, du chômage, de la crise. Le regain d'intérêt pour le socialisme comme alternative au capitalisme est également considéré comme une crise par ces forces réactionnaires.

Au Canada, l'apparition de ces forces à l'élection fédérale et dans les villes de tout le pays est un premier indice qu'ici aussi, il y a des forces d'extrême droite et fascistes qui ont des liens avec le Parti conservateur, qui recrutent et diffusent en toute impunité leurs messages haineux et leurs activités criminelles.

Comment expliquez-vous que les Occidentaux continuent à vendre des armes aux Saoudiens qui massacrent le peuple du Yémen ? Comment expliquez-vous le silence des médias et des politiciens à propos de cette guerre meurtrière ?

Il existe une industrie de l'armement au Canada, dont une exploitation à London, en Ontario, qui produit des armes destinées à l'exportation en Arabie saoudite et qui sont utilisées dans le génocide au Yémen. Beaucoup de Canadiens ne le savaient pas jusqu'à tout récemment et désapprouvent ces ventes d'armes ou le génocide au Yémen.

Mais comme aux États-Unis, l'industrie de l'armement est très puissante et difficile à fermer. De plus, elle a l'appui du gouvernement canadien. Mais les pressions s'intensifient sur le gouvernement pour qu'il mette fin à la vente de véhicules blindés aux Saoudiens, qui sont utilisés dans le génocide yéménite.

Nous demandons la fin de la production et de l'exportation d'armes, le rapatriement de toutes les troupes canadiennes à l'étranger, le retrait de l'OTAN et du NORAD, une réduction de 75% des dépenses militaires et une politique étrangère de paix et de désarmement.

Comment expliquez-vous que le peuple palestinien se fait spolier et massacrer au vu et au su de toute la planète sans qu’Israël soit jugé pour ses crimes ?

Israël est actuellement jugé et reconnu coupable de ses crimes contre le peuple palestinien par le tribunal de l'opinion publique. Cependant, le lobby sioniste au Canada est très puissant et a une emprise étroite sur tous les partis au Parlement et dans les assemblées législatives provinciales. Les gouvernements de droite ont travaillé d'arrache-pied pour faire de la critique de la politique israélienne un problème de liberté d'expression et/ou d'antisémitisme. C'est pourquoi le mouvement BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) a rencontré de sérieux obstacles dans ses campagnes pour dénoncer et isoler le gouvernement israélien pour ses crimes.

Nous soutenons le mouvement BDS, qui comprend la section progressiste de la communauté juive du Canada, et nous sommes engagés dans un travail de solidarité avec le peuple palestinien dans sa juste lutte pour un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, pour le droit au retour, pour qu'Israël se retire jusqu'à ses frontières de 1967 et pour la fin des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes.

Ne pensez-vous pas que face aux médias asservis au complexe militaro-industriel, les progressistes du monde doivent intensifier leur présence dans les médias alternatifs pour riposter ?

Oui, nous pensons que c'est très important. Des informations précises et objectives sont essentielles pour que les travailleurs puissent reconnaître et comprendre ce qui se passe dans le monde, dans leurs communautés et lieux de travail, et de faire ce qu'ils ont à faire dans leur propre intérêt. Dans les sociétés capitalistes, la seule presse libre est celle que vous possédez.

Nous pensons également que la protection des médias publics est très importante, car des pressions peuvent être exercées que les médias privés peuvent ignorer. Dans ce contexte, l'éducation et la culture publiques sont également un domaine important pour maintenir et renforcer la propriété et le contrôle publics sur le contenu et la gestion.

Au vu du désastre climatique que l’on subit, le capitalisme avec son modèle de consommation débridée n’est-il pas nocif pour la planète ? D’après vous, comment lutter efficacement contre le capitalisme et l’impérialisme qui détruisent le monde ?

En fait, ce sont les 100 plus grandes entreprises du monde, plus les militaires, qui sont responsables de la plus grande proportion des émissions de carbone et de gaz à effet de serre sur la planète. En d'autres termes, c'est le capitalisme qui détruit la planète, pas les travailleurs.

Nous luttons pour nationaliser le secteur pétrolier et gazier et les ressources naturelles au Canada, afin que les émissions puissent être réduites et éliminées rapidement et de façon décisive. Nous proposons que les travailleurs de ces industries se voient garantir des emplois et des salaires équivalents dans le secteur des énergies renouvelables ou dans d'autres secteurs respectueux de l'environnement. Nous proposons de passer de l'automobile individuelle au transport en commun rapide dans les villes et au transport interurbain, et d'éliminer les frais de transport. Nous proposons de moderniser l'infrastructure existante, y compris les écoles, les hôpitaux et les édifices publics, ainsi que les maisons et les lieux de travail, et d'utiliser la technologie verte pour construire des logements sociaux abordables partout au Canada.

Le Canada doit prendre des mesures en matière d'environnement et de changement climatique pendant qu'il en est encore temps, ce qui signifie s'attaquer aux grandes multinationales du pétrole et du gaz et aux gouvernements actuels qui les servent.

Vous êtes une grande militante avec un parcours remarquable et vous avez risqué votre vie pour vos idées. Que pouvez-vous nous dire à propos de votre engagement ?

Je suis convaincue que le XXIe siècle sera le siècle des nouvelles révolutions socialistes, des nouvelles luttes et victoires pour la libération nationale et sociale, et du succès dans la lutte pour la paix et la justice climatique. Mais ces succès dépendent de la volonté et de la capacité de la classe ouvrière, des jeunes, des femmes, de se mobiliser, de s'organiser et de s'unir pour un changement social fondamental. Pour le socialisme. Et pour mettre fin une fois pour toutes au système inhumain et vicieux du capitalisme.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Liz Rowley ?

Elizabeth Rowley est l’actuelle chef du Parti communiste du Canada. Femme politique, écrivaine et militante politique, elle a toujours été active dans la lutte pour l'éducation publique et les soins de santé, la démocratie locale et les droits du travail et civils. Elle écrit pour People's Voice, le principal journal socialiste du Canada. Elle a également écrit de nombreux articles traduits dans plusieurs langues et publiés dans le monde entier.

Liz Rowley a fréquenté l'Université de l'Alberta à Edmonton et a milité activement au sein de la Ligue de la jeunesse communiste du Canada. Elle a rejoint le parti communiste canadien en 1967. Elle est membre de l'exécutif central du Parti communiste du Canada depuis 1978 et a fait campagne à de nombreuses reprises au municipal, au fédéral et au provincial. Liz Rowley a été élue chef du Parti communiste du Canada en janvier 2016 par le Comité central du Parti, à la suite du départ à la retraite de Miguel Figueroa.

Avant de devenir chef du PCC, Liz Rowley était chef du Parti communiste de l’Ontario. Lorsqu’elle était organisatrice provinciale du parti en Ontario en 1975, elle a participé à de nombreuses luttes syndicales pour la défense des emplois, l'amélioration des conditions de vie, les droits des travailleurs, l’égalité des femmes, les programmes sociaux et la souveraineté du Canada. Alors qu’elle faisait campagne pour interdire le Ku Klux Klan, son appartement a été détruit par un incendie criminel et l’année suivante, sa voiture a été la cible d’un attentat à la bombe. Au début des années 1990, avec d’autres responsables et militants du parti, elle a joué un rôle déterminant dans la lutte des membres pour faire échec aux tentatives de dissolution du PCC.

Liz Rowley est la première femme à diriger le Parti communiste du Canada.

Published in American Herald Tribune November 19, 2019: https://ahtribune.com/interview/3659-liz-rowley.html