Robert Shetterly : « Le capitalisme et l’impérialisme détruisent la planète »

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

R. Shetterly

Quel est le regard de l’artiste que vous êtes sur la société américaine actuelle ?


En tant qu’artiste et en tant que citoyen, je considère la société américaine comme désespérée d’éviter les conséquences réelles de son racisme, le militarisme, la distribution oligarchique de la richesse et le système juridique écrit pour permettre aux puissants de maintenir la richesse et le pouvoir. Il y a plusieurs couches de propagande – il y a la propagande évidente et les mensonges des Trumpistes sur les élections volées, mais il y a la propagande moins évidente des politiciens des deux partis à propos de « notre démocratie ». Ce dernier langage est utilisé pour convaincre et réconforter la population que nous avons une démocratie qui fonctionne. Ce n’est pas le cas.

Vous êtes un artiste et un activiste. Quelle est votre analyse sur les récents événements qu’ont connus les états unis ?

Lorsque des pans entiers de la population sont manipulés par le mensonge, le racisme, la peur, la théorie de la conspiration et le chauvinisme afin de les faire participer à des actions et des politiques qui vont réellement à l’encontre de leurs intérêts, le problème à long terme est de savoir comment les rééduquer. Toute tentative de dire la vérité semble donc être une poursuite de la conspiration, une preuve de celle-ci. La meilleure solution consiste à exiger des menteurs qu’ils admettent publiquement ce qu’ils ont fait et pourquoi. Cela est peu probable.

Je pense qu’il est important de comprendre ce qui se cache derrière l’insistance sur le fait que l’élection a été truquée & une fraude. Il s’agit en réalité d’une réclamation de suprémacistes blancs.

Et c’est pourquoi elle a une telle résonance avec la base de Trump. Si nous ne comptons que les votes blancs, c’est Trump qui gagne. Les votes des noirs et des marrons, à leur façon de penser, sont illégitimes dans un pays blanc. La fraude consistait à permettre à des personnes de couleur de déterminer le résultat d’une élection. C’est pourquoi nous voyons les insurgés porter des drapeaux confédérés.

Quel est votre regard sur la prise du Capitole par les partisans de Trump ?

Je vois l’invasion du Capitole comme une métaphore. Il a été envahi depuis longtemps par des intérêts particuliers, beaucoup plus racistes et violents dans leur façon de jouer pour les autres que l’armée de voyous de Trump.

Les lobbyistes qui se présentent en costume Armani sont en fait beaucoup plus violents avec leurs armes, leurs dommages à l’environnement, leurs contrôles de la politique monétaire que tout ce que nous avons vu à la télévision la semaine dernière. Ils sont bien élevés et ont des pedigrees de l’Ivy League, et ils n’ont aucun respect pour « La maison du peuple ».

Les États-Unis, sont-elles vraiment une démocratie ?

Oui et non. Il existe toujours une démocratie locale et de base.

La politique à grande échelle, nationale, n’est pas démocratique. Pour qu’il y ait démocratie, il faudrait que nous obtenions tous les fonds d’intérêt spécial du système politique, tous les profits du militarisme, et tout l’argent des entreprises des médias. En faisant cela, les intérêts du peuple et les intérêts de l’environnement (sans protection de l’environnement, nous ne pouvons pas avoir la vie, la liberté ou la poursuite du bonheur)

Peuvent être représentés.

Ne pensez-Vous pas que la société de consommation capitaliste est fondamentalement fasciste et raciste ?

En ce sens que la société de consommation capitaliste a besoin d’un accès aux matières premières et à une main-d’œuvre bon marché pour maximiser le profit, oui, c’est inévitablement fasciste et raciste. Elle doit exploiter les gens et la nature et doit le justifier.

Americans Who Tell the Truth. Que représente vraiment ce projet pour vous ?

Ce projet est synonyme de respect de soi. Il signifie que je veux être membre d’une communauté qui a défié, a défendu la vérité des idéaux du pays, et non la pratique. C’est une communauté de vérité, de dignité pour tous, de courage et d’amour.

Votre monde est fascinant. Ne pensez-vous pas que l’art doit être un moyen de résistance ?

L’art est un moyen de résistance. La création d’une véritable œuvre d’art est la création d’un fait.  C’est l’art qui inspire, qui modèle une citoyenneté courageuse, qui dit que notre éthique et notre économie doivent découler de notre morale et de nos idéaux, et non de notre désir de profit.

Le mensonge est une arme redoutable aux mains de cette oligarchie qui dirige le monde. Votre quête de vérité n’est-elle pas vitale pour contrer la propagande de cette oligarchie ?

 Oui, c’est l’intention. Mais le pouvoir reste généralement entre les mains de ceux qui contrôlent les médias, qui contrôlent le récit. Pour vraiment affronter les mensonges profonds, on a besoin de grands médias.

Vous dénoncez le capitalisme, les guerres impérialistes. Ne pensez-vous pas qu’il faut impérativement trouver une alternative au capitalisme et à l’impérialisme ?

Bien sûr. Le capitalisme et l’impérialisme détruisent la planète et l’avenir, ils cannibalisent l’avenir. Peut-être que c’est la survie, et non l’idéologie politique, qui révélera les alternatives. Mais nous savons quand même quelles sont ces alternatives. Commencez,

L’extermination des Amérindiens, la guerre du Viêtnam, la guerre d’Irak, les coups d’État en Amérique latine…, Etc. Pourquoi d’après vous l’empire a toujours besoin de guerres ?

Les guerres sont nécessaires pour plusieurs raisons : le contrôle des ressources, le contrôle du travail, mais – c’est peut-être le plus important –

Les fabricants d’armes et les militaristes contrôlent le gouvernement pour les immenses profits dans la préparation et la fabrication de la guerre. Souvent, ils n’ont pas tant besoin de la guerre que de la peur de la guerre et de l’argent volé au peuple leur est donné au nom de la sécurité.

Est-ce que c’est une fatalité d’avoir des médias au service des grands capitalistes et de la propagande et des mensonges de l’oligarchie ? Le rôle principal des media n’est-il pas d’informer et non pas de servir les puissants ?

Oui, la vérité et la démocratie sont impossibles lorsque les entreprises contrôlent les médias.

Nous avons besoin du regard et de la vision de l’artiste pour comprendre le monde. Comment voyez-vous le monde actuel ?

Mon œil d’artiste voit la complexité — mais surtout le chagrin. Nous sommes sur le point de gaspiller et de tuer un miracle cosmique, la Terre.

Et des systèmes d’économie et de contrôle ont été construits qui nous poussent tous à la complicité avec ce gaspillage. D’un côté, cela me met furieusement en colère, mais de l’autre, cela me remplit d’amour pour ce qui reste.

William Sloane Coffin a dit : « Si vous diminuez votre colère contre les structures du pouvoir, vous diminuez votre amour pour les victimes du pouvoir.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Robert Shetterly ?

Robert Shetterly est né en 1946 à Cincinnati, dans l’Ohio. Il a obtenu en 1969 un diplôme de littérature anglaise au Harvard College. À Harvard, il a suivi des cours de dessin qui ont changé l’orientation de sa vie créative – de l’écrit à l’image. Pendant cette période, il a également été actif dans le domaine des droits civils et dans le mouvement contre la guerre du Vietnam.

Après l’université et son déménagement dans le Maine en 1970, il a enseigné lui-même le dessin, la gravure et la peinture. Tout en essayant de devenir compétent en matière de gravure et de peinture, il a beaucoup illustré. Pendant douze ans, il a fait les dessins de la page éditoriale du journal The Maine Times, a illustré le journal pour enfants Audubon Adventures du National Audubon, et une trentaine de livres.

Les peintures et les gravures de Robert sont dans des collections partout aux États-Unis et en Europe. Une collection de ses dessins et gravures, Speaking Fire at Stones, a été publiée en 1993. Il est bien connu pour sa série de 70 gravures peintes basées sur les « Proverbes de l’Enfer » de William Blake, et pour une autre série de 50 gravures peintes réfléchissant sur la métaphore de l’Annonciation.

Sa peinture tend vers le narratif et le surréel, cependant, depuis près de vingt ans, il peint la série de portraits « Americans Who Tell the Truth », qui en compte aujourd’hui plus de 250. L’exposition circule dans tout le pays depuis 2003. Elle a été présentée dans des musées universitaires, des bibliothèques d’écoles primaires, des sandwicheries, la cathédrale de Saint John the Divine à New York et la Cour supérieure de San Francisco. À ce jour, les expositions ont visité 31 États. En 2005, Dutton a publié un livre des portraits du même nom. En 2006, le livre a remporté le premier prix de l’International Reading Association for Intermediate non-fiction.

Les portraits ont donné à Shetterly l’occasion de parler avec des enfants et des adultes de tout le pays de la nécessité de la dissidence dans une démocratie, des obligations de la citoyenneté, de la durabilité, de l’histoire des États-Unis et de la façon dont la démocratie ne peut pas fonctionner si les hommes politiques ne disent pas la vérité, si les médias ne la rapportent pas et si le peuple ne l’exige pas.

Shetterly s’est engagé dans une grande variété de travaux politiques et humanitaires avec de nombreuses personnes dont il a fait le portrait. Au printemps 2007, il s’est rendu au Rwanda avec Lily Yeh et Terry Tempest Williams pour travailler dans un village de survivants du génocide de 1994. Une grande partie de son travail actuel se concentre sur le changement climatique et sur la poursuite du racisme systémique aux États-Unis, notamment en ce qui concerne le pipeline entre l’école et la prison.

De 1990 à 2015, il a été président de l’Union des artistes visuels du Maine (UMVA), et producteur du Maine Masters Project de l’UMVA, une série de documentaires vidéo sur les artistes du Maine.

Prix et distinctions :

-En 2005, l’Alliance populaire du Maine lui a décerné son prix Rising Tide.

-En 2005, il a également été nommé membre honoraire de la section du Maine des Vétérans pour la paix.

-En mai 2007, Rob a reçu un Distinguished Achievement Award de l’Université du Maine du Sud et a prononcé le discours de lancement à l’Université de Nouvelle-Angleterre qui lui a décerné un doctorat honorifique en lettres humaines.

-En 2009, il a été nommé Woodrow Wilson Visiting Fellow, ce qui lui permet d’effectuer des séjours d’une semaine dans des universités de tout le pays.

-L’université du Maine à Farmington lui a décerné un doctorat honorifique en lettres humaines en 2011.

 

Published in https://ahtribune.ca/interview/4526-robert-shetterly.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/01/11/interview-le-peintre-americain-robert-shetterly-les-etats-unis-ne-sont-pas-une-democratie/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/robert_shetterlycapitalismeimperialismeplanete/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/robert-shetterly-le-capitalisme-et-limperialisme-detruisent-la-planete/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :