Dr Charles McKelvey : «La minorité oligarchique occidentale a construit une façade de démocratie»

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Dr. Charles McKelvey : « Le Venezuela est une menace pour le système  néocolonial mondial ». - Algérie Résistance II

Mohsen Abdelmoumen :  Que se passe-t-il réellement à Cuba ?

Charles McKelvey : Ce qui se passe à Cuba suit le scénario de ce que les analystes cubains ont appelé une « guerre non conventionnelle », c’est-à-dire une campagne aux multiples facettes qui vise à provoquer la chute du gouvernement. Les gouvernements visés sont ceux qui cherchent une voie souveraine vers une véritable indépendance, qui rejettent le rôle économiquement dépendant et politiquement subordonné que le système mondial néocolonial a assigné à leurs nations. Dans le cas de l’Amérique latine, la guerre non conventionnelle a éclaté en 2015, et les nations ciblées ont inclus Cuba, le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua.  Les stratégies de la guerre non conventionnelle comprennent un blocus économique et financier, qui vise à créer des difficultés, et une campagne idéologique par le biais des médias sociaux et des médias grand public, avec l’intention de confondre le peuple, créant ainsi une division dans la nation ciblée, et établissant des justifications pour l’intervention américaine aux yeux du peuple des États-Unis. On suppose que le but ultime de la stratégie est de créer le chaos, la déstabilisation politique et l’ingouvernabilité, ou l’apparence d’une telle situation, afin d’établir un prétexte pour une occupation militaire directe. Cependant, en ce qui concerne l’Amérique latine, l’intervention militaire directe n’a pas eu lieu dans la guerre actuelle, du moins jusqu’à présent. Il se peut que la guerre n’ait pas atteint le niveau de déstabilisation prévu et/ou que l’establishment politique américain craigne que le peuple des États-Unis rejette une intervention militaire dans la région.

Dans le cas particulier de Cuba, on assiste depuis 2019 à une intensification du blocus économique qui dure depuis des décennies, illustrée par les 243 nouvelles mesures imposées par l’administration Trump, et non annulées par Biden. Ces mesures se concentrent sur le blocage des transactions financières cubaines avec des entreprises de pays tiers, permettant au gouvernement américain de menacer les banques et les entreprises de pays tiers d’amendes et de sanctions si elles commercent avec Cuba. Le gouvernement cubain a constaté qu’au cours des deux dernières années, certains de ses achats de nourriture, de pétrole, de matières premières pour son industrie pharmaceutique et de médicaments n’ont pu être livrés en raison de l’absence de services financiers pour finaliser les transactions. Il a également constaté que certains producteurs et expéditeurs ont annulé des accords antérieurs et que certains fournisseurs antérieurs ont indiqué qu’ils ne pouvaient plus poursuivre ces accords.

Les restrictions financières des deux dernières années, combinées à l’effet de la pandémie sur l’économie, ont créé des pénuries, qui se sont accumulées. Ces derniers mois, il y a eu de longues files d’attente pour les produits dans les magasins de détail ; et certains articles ne sont pas disponibles. Il n’y a pas de désespoir ou de faim ; c’est une situation à laquelle on peut s’adapter. Mais cette situation a engendré un certain mécontentement au sein de la population. 

La campagne sur les médias sociaux a tenté d’exploiter le mécontentement de la population.  Elle se concentre sur les difficultés, cherchant à présenter une image du gouvernement comme étant incapable de gérer l’économie. Les difficultés sont réelles, la campagne médiatique a donc un impact sur certains.  De plus, ces développements ont coïncidé avec d’importants changements dans le modèle économique cubain, impliquant une augmentation des prix et des salaires, ce qui ajoute à l’incertitude que certains ressentent.  Évidemment, ceux qui sont plus attentifs aux développements politiques et économiques sont plus à même de comprendre les changements qu’ils vivent, et sont donc moins vulnérables à la campagne médiatique.

Le 11 juillet, des agents payés à Cuba ont mis en place un plan d’organisation de protestations du gouvernement dans ce qui semble avoir été cinq localités, dont trois à La Havane.  Celles-ci se sont transformées en actes collectifs de vandalisme et de violence, auxquels des dizaines de personnes ont participé.

En réponse à ces événements, le président cubain Miguel Díaz-Canel s’est rendu sur les lieux de l’une des perturbations pour discuter avec les manifestants. Sa présence a permis d’éviter que cette manifestation ne dégénère en actes de vandalisme et de violence. Sa présence a également stimulé l’arrivée de dizaines de personnes engagées dans la révolution, de sorte que, dans les faits, les révolutionnaires ont repris le contrôle des rues.

Le même jour, Díaz-Canel est apparu à la télévision nationale pour expliquer ces événements à la population.  Il a conclu son intervention en appelant les révolutionnaires, menés par les communistes, à reprendre le contrôle des rues. Le peuple a répondu avec force à cet appel et les révolutionnaires ont mis fin à l’affaire, non pas par la force des armes, mais par la force du nombre. L’endiguement des troubles a été facilité par la police, qui a utilisé une force minimale pour arrêter ceux qui se livraient au vandalisme et à la violence.

Depuis le lundi 12 juillet, Cuba a retrouvé la tranquillité et la normalité. Les gens sont allés au travail et dans les magasins de détail. Lundi et mardi, on pouvait voir un nombre plus élevé de voitures de police et d’autres mesures de sécurité supplémentaires, mais à la fin de la semaine, même cette vigilance supplémentaire s’est atténuée. La semaine a été marquée par un nombre élevé de reportages et d’émissions d’information de la télévision cubaine consacrés aux événements, y compris des explications détaillées des dirigeants cubains. De nombreuses organisations de la société civile ont organisé des événements et publié des déclarations de soutien à la révolution et au gouvernement. Le samedi 17 juillet, des manifestations de soutien à la révolution ont eu lieu sur les principales places de toutes les capitales des quatorze provinces ; les contre-révolutionnaires n’étaient nulle part visibles.

Au cours de la semaine qui a suivi le 11 juillet, les médias sociaux internationaux ont été remplis d’un nombre extraordinaire de déformations et de fake news concernant les événements à Cuba. Des images de prétendues protestations contre le gouvernement le 11 juillet étaient en fait des manifestations dans d’autres pays ou des manifestations antérieures à Cuba demandant la fin du blocus. On a même prétendu que Raúl Castro avait quitté l’île, en utilisant une image de Raúl débarquant d’un avion lors d’une visite officielle qu’il avait effectuée lorsqu’il était chef d’État. Au fur et à mesure que ces exemples de fake news étaient découverts et analysés par les journalistes cubains, ils étaient présentés quotidiennement dans les journaux télévisés cubains pendant la semaine. Ainsi, les Cubains étaient de plus en plus conscients de la piètre moralité des ennemis de la révolution.

Dans un de vos articles, vous avez évoqué une campagne de désinformation qui cible le gouvernement cubain. Qui est derrière cette manipulation ?

Selon les analystes de l’information cubains, la principale agence est l’USAID, qui fait partie du Département d’État américain.  L’USAID opère généralement à partir des ambassades américaines, mais dans le cas de Cuba, elle semble opérer depuis Miami.

On évoque l’implication de la mafia cubaine basée en Floride dans ces troubles. Qu’en pensez-vous ?

Cette guerre non conventionnelle sert les intérêts du secteur le plus conservateur des États-Unis, notamment la mafia cubano-américaine de Floride. Trump a ouvertement rencontré des représentants de ce groupe infâme. Dans la mesure où Biden n’a pas tenu sa promesse de campagne de réexaminer les nouvelles sanctions imposées par Trump à Cuba, on soupçonne l’influence de la mafia cubano-américaine sur l’administration Biden. Cependant, les reportages cubains se sont concentrés sur une nouvelle génération d’agents politiques cubano-américains qui utilisent les médias sociaux et qui sont à la solde de l’USAID.

Des sources évoquent l’implication de certaines officines liées à la CIA dans ces troubles. Quel est le rôle de la CIA dans les récents évènements à Cuba ?

Les analystes de l’information cubains ne font aucune mention de la CIA en relation avec ces événements.

Qu’en est-il de la nouvelle feuille de route de l’administration Biden qui veut déstabiliser toute l’Amérique latine ?

Je pense que l’administration Biden poursuit la guerre non conventionnelle en Amérique latine, lancée au cours des deux dernières années de l’administration Obama et intensifiée par Trump, qui a visé les quatre nations d’avant-garde susmentionnées. L’objectif de cette guerre est de briser le processus d’intégration et d’union latino-américaine, qui a été initié par Hugo Chávez et Fidel Castro comme la meilleure voie pour les nations latino-américaines dans la défense de leur souveraineté.

Il peut sembler que le geste d’Obama de normaliser les relations avec Cuba soit incompatible avec la guerre non conventionnelle, mais le projet d’Obama par rapport à Cuba était impérialiste. L’administration Obama a reconnu le caractère avancé de la révolution socialiste à Cuba, ce qui impliquait une stratégie spéciale, impliquant la séduction de Cuba parallèlement à l’intimidation et à la destruction des projets socialistes au Venezuela et au Nicaragua. Bien entendu, cette considération spéciale pour Cuba a été abandonnée par Trump, et l’attaque contre Cuba s’est intensifiée.

Il existe un courant de pensée impérialiste qui soutient que les objectifs impérialistes américains doivent être poursuivis en particulier en ce qui concerne l’Amérique latine, puisque la région est géographiquement adjacente, qu’elle est le terrain d’origine du projet impérialiste américain et que les États-Unis n’ont plus la capacité économique de dominer le monde entier. Peut-être que l’administration Biden, du moins à l’heure actuelle, est orientée vers l’intensification du projet impérialiste en Amérique latine comme la meilleure stratégie pour défendre les intérêts impérialistes américains dans le contexte du panorama mondial actuel.

Pourquoi l’administration américaine et ses officines ont-elles choisi ce timing pour tenter de déstabiliser Cuba ?

Cuba est particulièrement vulnérable en ce moment, en raison des effets cumulés de l’intensification du blocus au cours des deux dernières années, de l’effet de la pandémie sur son industrie touristique et son économie en général, et de la nécessité de détourner des ressources pour faire face à la pandémie.  Comme l’a dit Díaz-Canel au peuple, « ils ont décidé que c’était maintenant ou jamais ».

Quel est le rôle exact des médias mainstream liés au grand capital dans cette vaste campagne de déstabilisation de Cuba, du Venezuela et de tous les gouvernements de gauche en Amérique latine ?

Les médias grand public reproduisent régulièrement les fausses hypothèses sur le socialisme qui ont été diffusées dans la culture politique américaine au cours du vingtième siècle, en particulier depuis le lancement de la guerre froide après la Seconde Guerre mondiale.  Notamment : la démocratie représentative est la seule forme possible de démocratie ; les gouvernements socialistes sont intrinsèquement tyranniques et violent inévitablement les droits politiques et civils ; et les économies socialistes ne fonctionnent pas.  En outre, les grands médias accordent régulièrement de l’espace aux voix conservatrices d’Amérique latine ; et ils diffusent fréquemment des distorsions et de fausses informations dans les médias sociaux.

Mon pays l’Algérie est la cible d’une campagne de déstabilisation. Ne pensez-vous pas qu’il est plus que nécessaire d’avoir un front mondial anti impérialiste et anti capitaliste ?

Oui, un front mondial anti-impérialiste et anticapitaliste est plus nécessaire que jamais, et à mon avis, le développement d’un tel front est le plus avancé en Amérique latine.  Cependant, à mon avis, pour être le plus efficace, un tel front doit inclure des organisations de gauche formées par le peuple des États-Unis. Et pour que cela se produise, la gauche américaine doit se réinventer. Elle doit formuler les problèmes de manière à unifier le peuple, plutôt que de provoquer des divisions ; et elle doit être plus respectueuse des opinions religieuses et traditionnelles des gens ordinaires. En outre, elle doit rompre avec l’isolement ethnocentrique de la culture politique américaine, afin de développer une meilleure compréhension des dynamiques mondiales et des mouvements et dirigeants du tiers monde. Un monde plus juste, démocratique et durable ne peut être développé que par l’ensemble des peuples et des mouvements travaillant en coopération et en solidarité.

A votre avis, pour déjouer ces campagnes de déstabilisation impérialistes et néocolonialistes, ne faut-il pas gagner la bataille de l’information ? Dans cette lutte, les médias alternatifs n’ont-ils pas un grand rôle à jouer ?

Oui, il est nécessaire de gagner ce que Fidel appelait la « bataille des idées », et les médias alternatifs ont un rôle central à jouer dans cette lutte. Selon moi, les médias alternatifs doivent se concentrer sur l’éducation populaire, sur le développement d’une conscience historique et politique au sein de la population, et sur la formulation d’arguments qui persuadent.

Le président cubain a appelé le peuple à résister contre cette campagne de déstabilisation. D’après vous, face à l’offensive féroce néolibérale et impérialiste, le monde n’a-t-il besoin de nouveaux leaders qui portent l’étendard des peuples opprimés ?

Les peuples colonisés ont forgé des révolutions anticoloniales depuis plus de deux siècles, à commencer par la révolution menée par Toussaint en Haïti. Je considère ces révolutions comme constituant une seule et même révolution de libération nationale du Tiers monde.  Dans ce long processus révolutionnaire, de nouveaux leaders ont toujours émergé, des leaders avec des niveaux élevés d’engagement moral et une compréhension exceptionnelle, formés par les luttes et les conditions particulières de leurs nations. Dans le cas de Cuba, des leaders exceptionnels existaient bien avant Fidel, et Fidel lui-même a été formé par cette lutte historique. Je crois qu’en ce moment, Miguel Díaz-Canel démontre qu’il possède les qualités nécessaires d’un engagement moral élevé, une compréhension bien développée des facteurs qui ont façonné la réalité actuelle et un sens intuitif de ce qui doit être fait.

A votre avis, pourquoi les Etats-Unis et l’Occident arrogants ne cessent-ils pas de donner des leçons au monde entier de « démocratie », de « droits de l’homme », de « liberté d’expression », alors que cet Occident est dirigé par une minorité oligarchique qui pille les richesses de toute la planète ?

La minorité oligarchique occidentale qui pille la planète a réussi à construire une façade de démocratie, masquant ainsi son véritable rôle et son caractère amoral.  Les intellectuels et les dirigeants du monde entier doivent démasquer cette façade démocratique, en tant que composante importante de la création d’un front mondial anti-impérialiste et anticapitaliste.

Un dernier commentaire.

J’invite vos lecteurs à consulter ma chronique bihebdomadaire Substack, « Connaissance, idéologie et socialisme réel à notre époque », qui se trouve à l’adresse suivante : https://charlesmckelvey.substack.com.

Parmi les commentaires particulièrement pertinents pour les thèmes abordés ici, on peut citer :

“From colonialism to neocolonialism: Beyond the false ‘human rights’ frame of the representative democracies,” June 15, 2021

https://charlesmckelvey.substack.com/p/from-colonialism-to-neocolonialism

“Neocolonialism and Cuba:  The structures of a neocolonial republic,” June 18, 2021

https://charlesmckelvey.substack.com/p/neocolonialism-and-cuba

“Cuba and the neocolonial world-system:  An unseen, noble quest for sovereignty,” June 22, 2021

https://charlesmckelvey.substack.com/p/test

“Political and civil rights in Cuba: The politicization of the issue of human rights,” June 24, 2021

https://charlesmckelvey.substack.com/p/political-and-civil-rights-in-cuba

“The US unconventional war against Cuba: The revolutionary people quickly retake the streets of Cuba,” July 16, 2021

https://charlesmckelvey.substack.com/p/the-us-unconventional-war-against

 

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Charles McKelvey ?

Charles McKelvey est professeur émérite au Presbyterian College de Clinton, Caroline du Sud, États-Unis, et membre du Conseil consultatif de la Section honoraire de sciences politiques du Sud de la Faculté de philosophie et d’histoire de l’Université de La Havane, La Havane, Cuba.

Il a obtenu un baccalauréat en études religieuses de la Pennsylvania State University en 1969, une maîtrise en études des centres-villes de la Northeastern Illinois University en 1972 et un doctorat en sociologie de la Fordham University en 1979. À Penn State, il a rencontré le mouvement étudiant anti-guerre et le mouvement Black Power parmi les étudiants noirs. Charles McKelvey a étudié l’œuvre de Marx et divers courants de la pensée marxiste, en particulier entre 1979 et 1990. Il s’est consacré au processus de rencontre soutenue avec les mouvements sociaux : la Jesse Jackson Rainbow Coalition de 1988 à 1990 ; le mouvement populaire au Honduras de 1990 à 1998 ; et le projet révolutionnaire cubain de 1993 à nos jours.

Boursier Fulbright, Charles McKelvey s’est rendu au Honduras, en Amérique centrale, d’août 1994 à juin 1995, pour mener des recherches sur le problème du sous-développement au Honduras et sur le travail de la Commission chrétienne pour le Développement. En 1996, le Dr. McKelvey a fondé le Center for Development Studies dont il a été directeur jusqu’en 2001. Le Centre d’études était un organisme sans but lucratif dont les objectifs étaient d’accroître la compréhension de l’Amérique centrale et des Caraïbes en menant des programmes qui intègrent le travail universitaire et les expériences de voyage. Il a mené des programmes à Cuba de 1997 à 2001, développés en coopération avec la Faculté latino-américaine des sciences sociales (FLACSO-Cuba). Des professeurs d’université, des étudiants diplômés et des professionnels de dix pays ont participé à ses programmes. Le Dr. McKelvey a dirigé 11 programmes éducatifs à Cuba de 1996 à 2010. En 2011, il a créé Global Learning, une société à responsabilité limitée à un seul membre, dédiée à l’éducation internationale et à la promotion d’événements académiques à Cuba.

Ayant beaucoup voyagé à Cuba depuis 1993, il a de nombreux contacts et relations dans les secteurs cubains de l’enseignement supérieur, de la culture et du tourisme et connaît bien le fonctionnement du système cubain. Défenseur informé et passionné du projet révolutionnaire cubain, il vit la majeure partie de l’année à La Havane.

Son livre The Evolution and Significance of the Cuban Revolution (2018) interprète le mouvement révolutionnaire cubain de 1868 à 1959 comme un processus continu qui visait l’indépendance politique et la transformation sociale et économique des structures coloniales et néocoloniales. Cuba est un symbole d’espoir pour le tiers monde. Il a aussi écrit : The African American Movement: From Pan Africanism to the Rainbow Coalition; Beyond Ethnocentrism: A Reconstruction of Marx’s Concept of Science, ainsi que de nombreux articles.

 

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/07/29/interview-dr-charles-mckelvey-la-minorite-oligarchique-occidentale-a-reussi-a-construire-une-facade-de-democratie/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :