Le scandale Pegasus éclate en Belgique

Publié le par Mohsen Abdelmoumen

Scandale Pegasus : une enquête ouverte à Paris - Le Point

C’est un vrai séisme politique qui touche la Belgique en ce moment. Après que le ministère du commerce américain ait mis sur liste noire l'entreprise israélienne NSO qui fabrique le logiciel espion Pegasus, logiciel de piratage perfectionné pour placer sur écoute les smartphones et permettant d’accéder à distance aux mots de passe, SMS, photos, listes de contacts, données de localisation ainsi qu’au micro et à la caméra, on apprend que les citoyens belges se font espionner régulièrement par des pays tiers via Pegasus. Sachant qu’Israël a équipé le Maroc de ce logiciel, tout porte à croire que le Makhzen marocain se livre à de l’espionnage en Belgique, un espionnage qui cible tous les ennemis d'Israël et du Makhzen marocain. Comme dans toutes les affaires d’espionnage de masse, nous avons peu d’informations mais les éléments dont nous disposons nous permettent néanmoins de conclure que nous sommes face à un fascisme ordinaire et que les pays occidentaux sont devenus incapables de protéger leurs citoyens de l’espionnage, ce qui est très grave. Ainsi nous apprenons que sur les 50.000 numéros de téléphone récoltés par Forbidden Stories, des centaines appartiennent à des personnalités politiques et fonctionnaires gouvernementaux, parmi lesquels Charles et Louis Michel.

 

Les déclarations de la ministre belge de la Défense Ludivine Dedonder confirment nos propos : « Le Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) estime de manière très probable que le logiciel Pegasus a pu être utilisé par un régime étranger à l’encontre de citoyens belges » a-t-elle déclaré, soulignant que « nos services de renseignements n’ont pas été vraiment surpris par cette nouvelle, compte tenu de précédents similaires avec des logiciels espions de la firme NSO. » La ministre ajoute qu’« il est de notoriété publique que le groupe NSO est sous la supervision directe et la réglementation du ministère israélien de la Défense, qui doit approuver toutes les ventes de ce logiciel Pegasus au préalable. » La ministre de la Défense a affirmé que le SGRS et la Sûreté de l’État suivent de près ce dossier : « Un certain nombre de téléphones appartenant à des cibles potentielles ont bien été examinés. Les services de renseignement belges approfondissent ce dossier, mais il est trop tôt pour communiquer des conclusions ». Elle ajoute : « Les traces d’intrusion laissées par un logiciel espion ne permettent pas de déterminer l’origine. En conséquence, pour déterminer la nationalité, d’autres moyens de collecte doivent être engagés. Ces moyens et les données qui en résultent sont classifiées ». Et la ministre de conclure : « Il est impossible de protéger totalement les citoyens belges contre ce type d’espionnage. » La ministre belge des Affaires étrangères et ancienne Première ministre, Sophie Wilmès, a déclaré quant à elle : « Il est évident que si ces informations se révèlent exactes, il est inadmissible que des conversations soient écoutées par quelque pays que ce soit. À ce stade, la question a été soulevée auprès de l’ambassadeur israélien », ajoutant « nous attendons les résultats de l’enquête en cours, y compris sur d’autres pays qui pourraient s’être livrés à ces pratiques. »

Aujourd’hui, Israël et le Maroc se livrent à l'espionnage de masse en toute impunité, et pourtant de nombreux scandales liés aux agissements de ces entités hors-la-loi sont régulièrement révélés. On sait très bien, en outre, que le lobbying du Makhzen marocain utilise la corruption comme une arme au sein des institutions européennes et chez de nombreux politiciens qui se laissent acheter sans état d’âme. Idem pour l’entité sioniste. Ce n'est pas la première fois que le Makhzen se livre à des actes d'espionnage en Belgique, l'affaire Brahim Dekhinet est là pour témoigner des agissements de cet entité scélérate qu’est le Maroc. Rappelons mon article traitant de ce député algérien qui, lorsqu’il était en poste au Consulat général d’Algérie en Belgique, récoltait toutes les données des ressortissants algériens pour les transmettre au Makhzen marocain. 

L'opinion publique belge est-elle au courant de ce scandale Pegasus et des ramifications de cette histoire digne d’un roman d'espionnage de John Le Carré ? Où sont les médias pour éclairer cette opinion publique décérébrée qui gobe toutes les fadaises que les médias mainstream déversent ?

Concernant les récents événements et l'attaque que subit l'Algérie de la part de ce Makhzen et de ses maîtres, ils ont beaucoup perdu avec les décisions patriotiques des autorités algériennes. Ces événements ont uni tous les Algériens derrière notre armée, l’ANP digne héritière de la glorieuse ALN qui est en train de donner une leçon à tous les ennemis de l’Algérie. Vous ne perdez rien pour attendre, notre riposte sera sans pitié.

Mohsen Abdelmoumen


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :